Nouvelles Du Monde

La Belgique prend des mesures contre la pollution automobile : le rétrofit comme alternative aux zones de basses émissions

La Belgique prend des mesures contre la pollution automobile : le rétrofit comme alternative aux zones de basses émissions

En Belgique, seules trois zones de basse émission sont actuellement en place : celle d’Anvers, pionnière en la matière, suivie de la Région bruxelloise et de la ville de Gand. À Bruxelles, tous les véhicules diesel ne répondant pas à la norme Euro 4 ou plus sont interdits, sous peine d’amendes trimestrielles de 350 euros. Et à partir de 2025, seuls les véhicules diesel répondant aux normes Euro 6 et plus seront encore tolérés sur les routes bruxelloises. En Wallonie, on a décidé d’adopter un calendrier plus clément : les premières interdictions ne débuteront qu’au 1er janvier 2025. Et concerneront les véhicules diesel répondant aux normes Euro 3 ou moins, déjà interdites de circuler à Bruxelles depuis 2020. Deux choix s’offraient donc aux dizaines d’automobilistes concernés par la future interdiction : soit continuer à rouler et payer les lourdes amendes, soit revendre leur véhicule pour en acheter un neuf. Depuis peu, un troisième choix s’offre à lui : le rétrofit. Zone de basse émission : 24 % du parc automobile wallon risque d’être envoyé à la casse. Késako ? Il s’agit d’un mécanisme, sorte de transplantation cardiaque pour véhicule en fin de vie : on retire le moteur thermique de votre véhicule pour le remplacer par un moteur électrique. Finies les émissions de CO2. Fini aussi les passages à la pompe à essence, place aux bornes de recharge. Depuis le 1er juin, cette transformation énergétique est facilitée en Belgique. “Le rétrofit était déjà possible en Belgique, mais l’absence de législation sur le sujet rendait les projets très difficiles à concrétiser, confiait, fin mai, le cabinet du ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet. Il était nécessaire de faire homologuer le véhicule modifié à l’étranger, puis de lui faire passer un contrôle technique dans notre pays. Une procédure compliquée, longue et onéreuse et de nature à décourager les plus motivés.” Encore fallait-il que les autorités régionales d’homologation, compétentes en la matière, publient leurs propres réglementations. Ce qui a été fait la semaine dernière en Wallonie. Et qui l’est depuis cette semaine à Bruxelles. Le gouvernement bruxellois vient d’adopter les dernières mesures nécessaires pour permettre aux entreprises du secteur d’évoluer dans un cadre précis. Concrètement, tous les véhicules thermiques actuels (voitures, motos, bus, camions,…) peuvent bénéficier du rétrofit. Un processus qui permettra aux véhicules bannis des zones de basse émission de pouvoir y circuler à nouveau, sans amende. Vraie avancée pour les automobilistes ? Pas forcément. D’abord parce que poids des batteries étant ce qu’il est, il ne sera pas possible d’intégrer dans le véhicule une batterie permettant d’obtenir une grande autonomie. Selon les diverses expériences recensées à l’étranger, on parlerait d’autonomies maximales de 200 km. Mais en moyenne, ce serait plutôt une centaine de kilomètres. Parfait pour les automobilistes qui ne font que des parcours urbains, pas idéal pour ceux qui parcourent plusieurs fois la distance sur une seule journée. Ensuite, le prix du rétrofit est relativement élevé et varie en fonction des modèles. On parle d’environ 8 000 euros pour une citadine et de plus de 15 000 euros pour des voitures aux dimensions plus importantes. Un coût qui reste largement inférieur à l’achat d’un nouveau modèle électrique – 20 990 € pour la moins chère du marché actuellement – mais relativement important pour un véhicule dont les autres pièces pourraient lâcher plus tard. C’est à l’automobiliste de bien réfléchir. Sachant qu’à raison de 1400 € d’amende par an, le rétrofit bruxellois serait amorti en un peu moins de six ans. Et que le prix de la transformation est encore voué à diminuer d’ici 2025.
#processus #pourrait #permettre #aux #véhicules #bannis #des #zones #basses #émissions #pouvoir #circuler #nouveau #sans #amende
publish_date]

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT