Nouvelles Du Monde

La BCE “découvre” que l’inflation est causée par les entreprises. Les prix ont augmenté plus que les coûts au détriment des consommateurs et des travailleurs


Plusieurs représentants de la BCE, au premier rang desquels le gouverneur de la Banque d’Italie Ignazio Visco, se sont prononcés à plusieurs reprises contre une hausse généralisée des salaires, malgré la grave perte de pouvoir d’achat des travailleurs italiens, déjà parmi les plus pauvres de la zone euro. . Des masses salariales un peu plus lourdes, selon Visco, provoqueraient inévitablement une “spirale inflationniste”. Pourtant, selon les rapports de l’agence Reuters, le tableau qui ressort des dernières évaluations des économistes de la banque centrale est une réalité bien différente

La rencontre a eu lieu dans un endroit très isolé, le village finlandais de Inari, Laponie. Périodiquement, la Banque centrale européenne se rend dans les différents pays de la zone euro pour tenir certaines de ses réunions qui ont généralement lieu à Francfort. Et dans l’ensemble, étant donné le sujet très difficile à traiter, être un peu à l’écart cette fois-ci était peut-être aussi utile. En effet, les experts de la Banque centrale européenne se sont réunis pour réaliser des études complémentaires et évaluations de la dynamique de l’inflation dans la zone euro. Le dernier chiffre de février affichait un coût de la vie toujours à 8,5% avec une inflation qui a certes cessé de croître mais qui, pour l’instant, peine à redescendre. Et ainsi Francfort adopte la ligne dure : autres hausses de taux d’intérêt, augmentation des coûts d’emprunt e sable dans les engrenages le moteur de la croissance économique. Plusieurs représentants de la BCE, dont le gouverneur de la Banque d’Italie Ignace Visco à l’avant-garde, ont parlé à plusieurs reprises contre une augmentation générale des salaires, malgré la grave perte de pouvoir d’achat des travailleurs italiens, déjà parmi les plus pauvres de la zone euro. Des masses salariales un peu plus lourdes, selon Visco, entraîneraient inévitablement une “spirale inflationniste”.

Lire aussi  Un suspect de crime sexuel sera jugé sans avocat

Pourtant, selon les rapports de l’agence Reuterl’image qui a émergé de la Séance finlandaise réuni une autre réalité. Jusqu’à présent, les économistes ont fait valoir que les augmentations de prix des matières premières, des composants et des produits semi-finis, de l’énergie à l’alimentation en passant par les puces informatiques, se sont traduits par une augmentation des coûts pour les entreprises. Mais, apparemment, l’augmentation finale des prix aurait été bien au dessus du prix. Alors vous obtenez et les bénéfices des entreprises montent en flèche, au détriment des consommateurs qui, de surcroît, se voient refuser la possibilité de demander des augmentations car cela favoriserait une inflation qui pourtant ne dépend pas d’eux. Selon les données utilisées dans l’étude et recueillies oui RefinitifLes entreprises de biens de consommation de la zone euro ont augmenté leurs marges d’exploitation (la différence entre les revenus et les coûts de production) en 2022 en moyenne 10,7% . 106 grandes entreprises suivies comprenaient des groupes tels que Stellantis, le groupe de produits de luxe Hermes et le détaillant nordique Stockmann. Et ce sont eux, selon les rapports à partir des études de la BCE (qui pourtant ne commente pas officiellement ces conclusions), d’avoir poussé prix à la hausse et l’inflation enflammée.

Les données statistiques montrent aussi comment, à l’inverse, les salaires ont augmenté beaucoup plus lentement que l’inflation avec une perte de la valeur effective des salaires en moyenne de 5% par rapport à à 2021. Pourtant, les salaires ont été mentionnés 14 fois dans la dernière conférence de presse du président de la BCE Christine Lagarde , tandis que les bénéfices des entreprises n’étaient jamais mentionnés. Le vice-président Luis de Guindosil a également averti que la BCE devait être vigilante car les syndicats pourraient exiger des augmentations salariales excessives. L’approche descendante, rappelez-vous Reuters, ça provoque aussi de fortes mauvaises humeurs au sein de la banque centrale dont les employés ils ont demandé un ajustement des salaires à l’inflation qui n’est pas encore arrivé. Un “niet” qui a poussé les responsables de la BCE à parler d’un préjugé anti-travailleur de la banque centrale brandissant des études du Fonds monétaire international qui montrent que la hausse des salaires entraîne rarement une hausse de l’inflation.

Lire aussi  Les polygones s'avèrent être localement originaux, voici celui

“Il est clair que la croissance des bénéfices a joué un rôle majeur dans les tendances de l’inflation européenne au cours des six derniers mois environ”, a-t-il déclaré. Reuter Paul Donovan, économiste en chef d’UBS Global Wealth Management. « La BCE aurait du mal à justifier sa politique monétaire dans un contexte où l’inflation dépend avant tout des tarifs des entreprises », ajoute-t-il. L’inflation alimentée par la hausse des marges des entreprises tend à s’autocorriger puisqu’au final les entreprises sont contraintes de se fixer une limite pour ne pas perdre de consommateurs. Dès lors, le resserrement des taux par la BCE serait majoritairement superfluune “douleur” infligée à l’économie sans aucun bénéfice. Les évaluations formulées en Finlande pourraient donc fournir un peu plus de munitions aux soi-disant « colombes », c’est-à-dire aux membres du conseil des gouverneurs de la BCE moins enclins à faire encore augmenter le coût de l’argent dans la zone euro.

Aux États-Unis, où l’inflation est à 6,4 % et où la banque centrale a entamé son resserrement monétaire avant la BCE, il y a environ un an, la question est débattue depuis un certain temps et de manière plus ouverte. Elisabeth Warren.

Lire aussi  Les propriétaires de Nolan Transport enregistrent un jugement de 6,9 ​​millions d'euros contre un ancien avocat - The Irish Times

Anciennement économiste et ancien conseiller économique de la Maison Blanche Robert Reich il a explicitement parlé d’une «inflation des prix motivée par le profit» dans laquelle les prix sont poussés à la hausse
par des entreprises à la recherche de profits plus importants en profitant de la situation. Des idées non encore recueillies par la Fed qui poursuit une ligne de politique monétaire extrêmement orthodoxe et fidèle aux dogmes de l’école monétariste. Selon une analyse de laInstitut de politique économique, cité par Reich, dans les sociétés non financières américaines, qui représentent 75 % du secteur privé, i les prix post-Covid ont augmenté en moyenne de 6,5% (contre une hausse moyenne de 1,8% sur les années 2007-2019) et plus de la moitié de la hausse est imputable aux bénéfices. Le coût du travail n’y a contribué qu’un neuvième contre une moyenne de six dixièmes dans les douze années pré-Covid. Certaines voix ont commencé à s’élever plus récemment en Europe également. Le gouverneur de la banque centrale portugaise mario seigle a soulevé la question de la course aux marges bénéficiaires des entreprises, affirmant qu’elle devrait être inscrite à l’agenda politique européen. Le membre italien du directoire de la BCE Fabio Panetta a noté que jusqu’à présent, les travailleurs ont supporté le poids de la hausse des prix alors que les marges des entreprises sont restées stables, voire ont augmenté dans certains secteurs.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT