Nouvelles Du Monde

Klimt, le tableau des mystères mis aux enchères. Attendu pour un montant record

Klimt, le tableau des mystères mis aux enchères.  Attendu pour un montant record

2024-04-24 14:44:23

La vente aux enchères des mystères pourrait devenir la vente aux enchères des records. La « Miss Lieser » de Gustav Klimt sera battue cet après-midi par la Viennoise imKinsky. Et les doutes continuent de s’accumuler autour du portrait du génie du Jugendstil de 1917, tant sur son origine que sur la femme représentée dans le tableau. Mais les experts estiment que la base d’enchères de 30 millions d’euros pourrait être rapidement brûlée. Certains font déjà des comparaisons avec le record de “La Dame à l’éventail” de Klimt, vendu l’été dernier à Londres pour plus de 85 millions de livres (98 millions d’euros). Des rumeurs couraient depuis des jours selon lesquelles un acheteur de Hong Kong pourrait remporter le portrait.

Repubblica a été la première à émettre des doutes sur la découverte sensationnelle de l’un des derniers tableaux de Klimt, annoncée par imKinsky en janvier ; entre-temps, les médias internationaux comme le New York Times, la BBC ou la Sueddeutsche Zeitung font la une des journaux sur l’énigme de la femme représentée et les questions non résolues concernant les transferts de propriété survenus au siècle dernier, notamment sous le régime nazi. profession. Les protagonistes de cette histoire, les membres de la famille Lieser, de riches industriels juifs convertis au catholicisme, avaient fui à l’étranger ou avaient été déportés dans des camps de concentration dans les années qui suivirent l’Anschluss de 1938. Et dans ces années sombres, la toile de Klimt disparu dans les airs.

Le Klimt retrouvé à Vienne, les nazis et les enchères mystères. “Ne vendez pas le portrait de Miss Lieser”

par notre correspondante Tonia Mastrobuoni


Le tableau volé

Erika Jakubovits elle est l’une des plus grandes expertes en Autriche dans le domaine de la restitution des œuvres d’art volées par les nazis aux familles juives : elle s’occupe de ce sujet depuis un quart de siècle au nom de la communauté juive autrichienne. Et il explique à Repubblica qu'”il est important que l’histoire d’un tableau volé par les nazis soit minutieusement reconstituée et que le processus de vérification soit transparent”. La maison de vente aux enchères imKinsky assure n’avoir trouvé aucune preuve de vol ou de détournement de fonds. Mais Monika Mayer, directrice des archives du prestigieux musée du Belvédère à Vienne, a également déclaré à l’hebdomadaire Profil que “de nombreux points mériteraient d’être clarifiés plus en profondeur”. Et que la provenance de « Miss Lieser » « n’est pas entièrement résolue ».

Lire aussi  C'est la scène de sexe dans "Harry Potter" dont peu se souviennent ! - Actualités cinéma

Pour bien comprendre les raisons, il faut aussi affronter le deuxième mystère de cette incroyable histoire. Ce qui concerne l’identité de la femme représentée dans le tableau. Klimt faisait toujours référence à “Lieser” ou “Liser” lorsqu’il parlait du modèle qui se rendit neuf fois dans son atelier viennois pour faire peindre son portrait, c’est-à-dire de manière générique un membre de la famille Lieser. Mais les frères Justus et Adolf Lieser, riches industriels d’origine juive et allemande, avaient trois filles adolescentes.

Jusqu’à présent, on a toujours pensé que la femme représentée était Margarethe, fille d’Adolf et Silvia. Et c’est ce que continuent de soutenir deux des plus grands experts mondiaux de Klimt, Tobias Natter et Alfred Weidinger. Le fils de Margarethe, le banquier londonien William de Gelsey, n’a jamais douté que la femme représentée était sa mère et a désespérément recherché le tableau jusqu’à sa mort à l’âge de 99 ans en 2021. Avant sa mort, elle a affirmé que le tableau ferait surface après sa disparition. . Et c’était ainsi.

Lire aussi  Le jour de la Saint-Georges, les animaux ont été frappés avec une branche verte alors qu'ils étaient chassés

L’identité de la femme

Le banquier est mort sans enfant, son héritage est allé à une fiducie. Outre les nombreuses lettres qui témoignent de ses recherches inlassables, il existe deux autres éléments de preuve, a expliqué Natter à Repubblica, qui attribuent « Miss Lieser » aux descendants d’Adolf et Silvia : « L’un vient du fils du plus important Collectionneur de Klimt à Vienne, Erich Lederer (également collectionneur de Klimt et Schiele), l’autre est le témoignage de la belle-sœur de Margarethe qui s’appelait également Margarethe et était la seconde épouse de son frère Hans. On lui a demandé à deux reprises, en 1984, qui était la femme représentée, et elle a toujours répondu : Margarethe ».

La maison de vente aux enchères affirme cependant que la femme représentée est sa cousine Hélène, fille de Justus et Henriette (« Lilly ») Lieser. Mère Lilly a été déportée à Riga au début des années 40 et on ne sait pas où et quand elle a été tuée. Le journal autrichien Standard soutient cette thèse et affirme qu’une lettre de 1961 démontre que le tableau a fini entre les mains d’un homme, peut-être un membre du parti nazi, nommé Adolf Hagenauer. Dans la lettre, le conservateur et futur directeur du musée d’art moderne Mumok, Werner Hofmann, accuse Hagenauer d’avoir acheté le tableau à une femme juive “morte dans les chambres à gaz”, qui pourrait donc être Lilly. Et Hagenauer, selon Standard, était marié à la fille de l’ancien majordome de Lilly, Hans Juerka. Il se peut donc qu’il ait obtenu le tableau en échange de ses services.

Les taches sombres

Mais même dans ce cas, Erika Jakubovits parle de “trop ​​de détails qui ne sont pas encore élucidés”, notamment le rôle de Juerka dans cette affaire. “Même si Juerka est entré en possession du tableau, il est très douteux qu’il puisse être considéré comme son propriétaire légitime.” Et selon Jakubovits, “si le tableau avait été vendu pendant la Seconde Guerre mondiale à un musée autrichien, il aurait normalement été jugé comme le résultat d’une expropriation illégale et aurait été restitué à ses héritiers légitimes”. Par ailleurs, il existe un autre doute quant à l’attribution présumée à la succession de Lilly (où le tableau n’apparaît jamais, pas même dans la déclaration de patrimoine de 1938 imposée par le régime hitlérien) : « Les filles de Lilly ont réclamé et obtenu la restitution des biens de sa mère après la seconde Guerre mondiale. Et Klimt n’apparaît nulle part », se souvient Jakubovits. Lilly resta à Vienne jusqu’à sa déportation en 1942 : elle vivait dans la peur constante des nazis et il aurait été impensable qu’elle fasse une fausse déclaration.

Lire aussi  Exclusif : Moscou exige des rabais plus importants aux entreprises étrangères qui quittent la Russie

D’un point de vue juridique, la maison de ventes affirme avoir trouvé un accord avec les deux branches de la famille, bref, être protégée des plaintes. Mais lors de la tournée préalable aux enchères, la toile a été exposée en Suisse, en Allemagne, au Royaume-Uni et à Hong Kong : pas aux États-Unis. Précisément par crainte que sa provenance floue puisse conduire à sa saisie, comme cela s’est déjà produit dans le passé. En outre, pour Jakubovits, l’accord avec la famille est également discutable : « dans ce cas, un accord a été signé avec les héritiers de deux branches différentes de la famille. Mais une seule branche en est le propriétaire légitime. Je suis donc d’avis qu’on ne peut pas parler d’une solution équitable : les héritiers légitimes ont été désavantagés.”



#Klimt #tableau #des #mystères #mis #aux #enchères #Attendu #pour #montant #record
1713960836

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT