Nouvelles Du Monde

J’ai volé la coupe à la maison, dit Hrubec après son prochain titre

J’ai volé la coupe à la maison, dit Hrubec après son prochain titre

Qu’avez-vous réussi après la finale ?

Je n’ai pas beaucoup dormi, c’était orageux. Nous sommes restés au stade jusqu’à quatre heures et demie du matin, familles et amis sont venus au vestiaire, heureusement c’est grand. Le champagne était répandu partout, bu, fait la fête. Je suis content que personne n’ait été blessé. Et en sortant du congélateur, j’ai volé la tasse et je l’ai ramenée chez moi en taxi. Puis nous avons continué avec un ami sur la terrasse de son appartement. Les gars m’ont rattrapé sur le chemin du retour, alors je suis retourné en ville. A six heures du matin. Ensuite, nous avons fait la fête dans le port du lac de Zurich, assis sur la jetée. A sept heures et demie du soir, ça m’a frappé, j’ai pris un taxi et j’ai dormi jusqu’au lendemain.

Vous n’avez plus la tasse ?

J’ai dû le rendre. Ils ont de la chance que je leur prête !

Quel a été le match décisif ?

Notre meilleur toute la saison. Comme le dit le dicton, lancez-vous et gagnez… Mais le septième match est un peu intimidant. Cependant, nous avons volé vers eux avec un tel style que je ne nous ai pas reconnus. Nous les avons dominés 19 : 6 au tir en première période. Nous avons joué de façon si fantastique que ce n’était qu’une question de temps avant de marquer. Il pouvait arriver qu’un rebondissement malheureux survienne et que nous perdions, c’était la seule chose qui me faisait peur. Mais à mesure que nous poursuivions notre démarche, la chance était également de notre côté. Nous avons marqué un but, le deuxième au milieu de la troisième période. Et je pensais déjà que ça pourrait peut-être marcher.

Et est-ce plus doux pour le gardien de but s’il obtient également une cage inviolée ?

C’est gentil. L’entraîneur était content. Il a dit que j’avais toujours gagné le match de promotion, le match décisif, avec zéro. Et c’était également vrai en finale.

Le septième match a-t-il été plus difficile pour vous mentalement puisque vous n’avez pas terminé le sixième ?

Je savais que l’entraîneur devait le faire. Je ne suis pas parti en pensant que j’allais mal attraper. Nous sommes venus sur place pour le remettre, nous leur en avons fait don. Ils ont gagné à juste titre. Le sixième match, en revanche, a été l’un des pires de la saison, donc je n’ai pas géré le remplacement. En fait, je n’étais même pas triste que nous ayons perdu parce que ce n’était même pas près de gagner le match. Je pensais que nous pourrions peut-être nous ressaisir et montrer de quoi nous sommes capables. Et c’est arrivé.

Lire aussi  Le "like" du chef espion ukrainien "mortel" - une théorie folle sur le meurtre d'un commandant de sous-marin russe envahit Internet

Dans quel domaine as-tu été le meilleur en championnat suisse ?

Dans tout. Vraiment. Ne donnez pas l’impression que cela soit stupide, mais nous avons eu les meilleurs jeux de puissance, les meilleurs fondus, peut-être même des taureaux, du temps dans la zone, des rouleaux gagnés. Le coach nous l’avait dit avant la finale : Statistiquement, nous sommes les meilleurs dans tout, il ne reste plus qu’à le prouver ! Ce qui est très délicat. Différentes circonstances comptent en séries éliminatoires. Je suis heureux que nous l’ayons confirmé. Ce n’est pas facile de gagner la saison régulière et même les séries éliminatoires.

Dans ce document, vous avez récupéré une feuille blanche cinq fois, dans la partie de base une seule fois. Qu’est-ce que c’est?

Il faut beaucoup de chance pour en obtenir un, n’importe quel gardien vous le dira. Combien de fois en saison régulière l’ai-je perdu à cause d’un but malheureux, d’un rebond du patin, j’ai eu quatre possessions. J’ai dit après la saison régulière à mon entraîneur : tout va bien, les statistiques de victoire, mais je n’ai qu’un seul blanchissage ! Lui : Peut-être que tu les gardes pour les séries éliminatoires. Et oui aussi. C’est la seule chose qui m’a calmé.

Vous avez également dominé les statistiques de la saison régulière du championnat suisse lors de votre deuxième saison, vous avez eu la meilleure moyenne et le meilleur taux de réussite aux arrêts. Êtes-vous flatteur ?

Ça me rend heureux. D’autant plus que j’ai réussi à le faire pour la deuxième fois consécutive, car la concurrence dans la surface de but est excellente ici. Surtout après l’arrivée des joueurs de la KHL, la ligue s’est énormément améliorée. C’est ce qui rend ces statistiques plus précieuses.

Avez-vous eu du plaisir avec votre compatriote vaincu Jiří Sekáč après la finale ?

Lire aussi  "Real Betis" de Pasečnik et Bertān perdent leur place dans ACB dans une fin dramatique; L'échec de Kurucem lors du premier quart de finale de France

Il a joué des séries éliminatoires fantastiques, il était leur meilleur joueur absolu. Je le connais d’Omsk, où nous avons joué ensemble, c’était une chance. Il est très fort. Lorsqu’il a pris la rondelle et s’est dirigé vers mon défenseur, je savais qu’il allait de toute façon atteindre le but et se créer une occasion de toute façon. Je devais toujours être prêt. Et huit fois sur dix, il passait par les défenseurs, c’était comme un bulldozer. Un joueur extrêmement précieux. Je lui ai alors dit qu’il me trompait. Et il a ri : Mais j’en ai un pour toi ! Moi à lui : je pensais que tu étais un défenseur, ce n’est pas toi ! Pendant un moment, j’ai perdu la trace du joueur que j’avais. Il s’est retrouvé au poste d’arrière latéral en avantage numérique au lieu de traîner autour du but. Et il me l’a sifflé là.

Zurich a remporté le dixième titre, comment les fans le vivent-ils ?

Les célébrations après le match ont été immenses. Les patineurs à roulettes ont délibérément planté un morceau de garde-corps pour que les gens puissent affluer vers la glace derrière nous. Et je n’aime pas trop les espaces exigus ou quand il y a trop de monde quelque part. Cela ne me dérange pas s’ils ne sont pas autour de moi, même s’ils sont des milliers derrière le bar. Soudain, tout le monde cherchait la glace, la tasse. C’était comme si un tsunami s’abattait sur vous, une vague de personnes. Et maintenant? J’ai immédiatement attrapé mon fils, j’ai roulé contre les ventilateurs et je les ai presque écrasés pour que le garçon ne se perde pas quelque part ou ne soit pas piétiné. Je l’ai apporté à la femme, je l’ai remis entre les mains de mon père, qui est venu au match avec mon beau-père, donc il était en sécurité pendant un moment. Ensuite, il n’y avait plus moyen de l’arrêter, la folie de la foule.

Que vous prouve le championnat suisse ?

Ce qu’il y a de mieux chez elle, c’est de voyager. Grâce à notre position sur la carte, le trajet le plus long jusqu’à Genève dure trois heures. Et c’est totalement cool. Même en finale, nous n’avons pas pris une journée d’avance. Nous avons gardé nos matchs à domicile, c’était très important.

Lire aussi  Le hockey FGCU balaie Rival Liberty pour rester au sommet de l'ACHA DII Sud-Est – Eagle Media

Comment le titre suisse se compare-t-il à ceux de Třinec et d’Omsk ?

Tout le monde est différent. Le premier était très important pour moi, c’était à Třinec, après une longue attente de sept ans. Il a été clé pour moi dans ma carrière. Après cela, je me suis calmé, j’ai pensé, oui, maintenant j’ai un diplôme. Il m’a ému. La KHL était à l’époque une compétition de très grande qualité, donc je la respecte d’un point de vue sportif. Et celui de la Suisse, pour moi, c’était une pression que je me suis créé. J’ai dit : j’ai attrapé trois ligues, gagnons les trois ! Je ne ferai pas semblant, mais la veille du match – nous avions deux jours de repos entre eux – j’étais vraiment nerveux. Le pire, c’était l’attente. Meurtre. Je ne savais pas quoi faire, je me promenais comme un tigre en cage attendant qu’il éclate. Ensuite, nous sommes allés au match et la routine classique a commencé, quand on ne sait pas si on va atteindre la finale numéro 7 ou le match 24 de la saison régulière.

N’êtes-vous pas tenté de remporter le titre dans un quatrième pays ?

J’aimerais jouer dans le championnat suédois, mais je suis plus âgé maintenant et les gars m’ont dit que voyager là-bas est plus difficile, les distances sont beaucoup plus longues. Il me reste encore deux ans de contrat en Suisse, donc c’est juste une réflexion à haute voix. Sinon, cela ne sert à rien de regarder aussi loin.

Comment votre association caritative Saves Help, à laquelle les gardiens font un don pour chaque arrêt, a-t-elle été reçue en Suisse ?

Nous avons seize gardiens et je vais m’en occuper maintenant, nous n’avons pas eu le temps en séries éliminatoires. Les gardiens suisses aident en Suisse, les gardiens tchèques en République tchèque. Ici, nous avons eu zéro année et nous devons faire le premier pas, trouver quelqu’un pour nous aider. Paradoxalement, c’est plus compliqué en Suisse car l’assurance ici est tellement bonne qu’elle couvre tout.

Et vous et l’équipe nationale ?

Personnellement, je pense qu’en ce qui concerne la surface de but, la chaussure ne nous y pousse pas. Les trois gardiens sont formidables.


2024-05-03 18:40:13
1714755155


#Jai #volé #coupe #maison #dit #Hrubec #après #son #prochain #titre

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Un F16 s’est écrasé à Halkidiki, le pilote est sain et sauf

F-16 ©Eurokinissi ” )+(“arrêter\”> “).length); //déboguer le contenutts2=document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.substring( 0, document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.indexOf( “” )); contenttts2=contenttts2.substring(contenttts2.indexOf( “fa-stop\”> ” )+(“arrêter\”> “).length);

ADVERTISEMENT