Nouvelles Du Monde

“J’ai de moins en moins peur de montrer le côté spirituel de ma musique”

“J’ai de moins en moins peur de montrer le côté spirituel de ma musique”

“Ça y est un disque de reconnexion et de célébration, qui recherche un état de paix et de bien-être là où les personnes que vous choisissez sont absentes“, il assure la chanteuse Judit Neddermann sur son cinquième ouvrage, Larqui publie le 14 avril et présente samedi àAuditorium de Géroneà l’intérieur de Festival de Strènes. Selon la chanteuse, c’est l’album où le sens profond que doit avoir selon elle la musique est le plus évident : “Je m’ouvre de plus en plus et j’ai de moins en moins peur de montrer le côté spirituel de ma musique”.

Lar c’est, dit-il, le résultat d’une conjonction de choses, dont le confinement, qui ont donné naissance à “un disque festif sans le chercher”. “Je venais de faire trois albums en grandissant petit à petit, je sentais que c’était très solide et avec le quatrième Airej’ai osé chercher plus loin et c’était très bien pour moi. Avec la pandémie, cependant, il a vraiment été une étape difficile en raison du contraste entre les attentes et la réalité“, précise-t-il. Dans l’ensemble, cela l’a amené à réfléchir sur “ce qui est le plus important et ce que nous emportons avec nous. Plus il y a de moments de paix et de partage, d’avoir des proches qui s’additionnent, mieux c’est », dit-il d’une œuvre qui comprend des titres tels que Célébrer.

“Les chansons sont nées d’une manière lumineuse, et il y a plus de célébration que d’introspection, cependant l’apprentissage pandémique comprend également», explique-t-il et donne des exemples tels que lumière dans le ciel, sur le sentiment d’épuisement et comment la musique l’inverse ou Fum, qui parle de la frustration lorsque les choses ne se passent pas comme prévu. “Je ne sais pas si je n’en étais pas conscient avant ou si tout s’était passé plus facilement, mais maintenant que c’est la première fois que j’ai été retenu et j’ai dû faire l’effort de penser à quel point Je suis et d’être attentif à ce que je peux apprendre”, poursuit-il.

Lire aussi  Suzan & Freek ont ​​utilisé le budget d'un clip vidéo pour des vacances en Italie | Musique

Comme dans ses travaux précédents, dans les paroles, le catalan alterne avec l’espagnol et il y a aussi une incursion dans le portugais. “Jusqu’au quatrième album, je n’avais jamais composé en espagnol et c’est vraiment une langue qui a beaucoup de possibilités, je suis content parce que je les combine de manière naturelle et je pense que quand on écoute l’album, ça ne change rien. quelle que soit la langue dans laquelle vous chantez, comme lorsque vous entrez en portugais, et rien ne se passe », poursuit-il.

Et c’est que, dans le champ sonore, Lar c’est un disque d’airs brésiliens, une influence qui est apparue “naturellement”. Neddermann a travaillé avec le percussionniste brésilien Cra Rosa sur Celebrar : “J’ai beaucoup aimé parce que la chanson nous a emmenés ici, sans penser à rendre hommage à une musique en particulier, il n’y a rien de forcé”.

Cra Rosa collabore à nouveau, avec un autre Brésilien, Dani Black, dans Vivo viva, un morceau “avec un son qui se rapproche de la pop brésilienne où la percussion a beaucoup de présence”.

Plus travaillé directement

Concernant la tournée de présentation de Lar, qui combinera le format quintette, avec son orchestre habituel, et les performances en trio avec choristes, Judit Neddermann explique que il a fait un travail de scène qu’il n’avait jamais fait auparavant.

“Travailler au théâtre, dans la musique de Je chante et la montagne danse, et voir récemment des concerts où la partie scénique m’a permis d’expliquer beaucoup de choses m’a influencé. J’ai cependant cherché un équilibre sans exagérer, car Je suis désolé que la musique soit devenue une chose si visuelle et un tel spectacle. Il y a des concerts où tout est séquencé et enregistré, où il y a plus de spectacle que de musique live”, déplore-t-il.

Lire aussi  Michel Sardou dédicace ironiquement "Je vais t'aimer" à Sandrine Rousseau

“Je le respecte, mais en tant qu’artiste, je résiste à cela, parce que dans mes concerts, tout ce qui sonne est joué à ce moment-là et a cette fragilité et cette spontanéité. Je voulais quelque chose qui ait la valeur de l’imperfection, car les chansons sont très vivantes et l’exigent », raconte l’artiste, qui a commencé à jouer ses premières chansons il y a dix ans.

“A travers ma musique, j’aime offrir aux gens le travail de musiciens exceptionnels, c’est l’une des meilleures expériences musicales que l’on puisse vivre, car c’est le moment présent et puis c’est parti”, dit-il des musiciens qu’ils l’accompagnent.

En ce sens, il progresse déjà le concert à Gérone sera “une fête festive, grande” et “une synthèse de ce qu’est l’album, pour inviter les gens qui m’aident vraiment”. Le quintette, deux choristes, le producteur Pau Figueres, quatre percussionnistes et des artistes invités tels que Vernat, « un diamant brut à découvrir », Las Karamba ou Ferran Savall, se produiront sur la scène de l’Auditorium.

Neddermann se sent très proche du public de Gérone et a présenté tous ses disques à Strènes. “J’ai commencé au Cafè Context, avec quarante spectateurs et j’étais très nerveux, car c’était mon premier concert avec mes chansons, puis à chaque album nous allions dans un lieu plus grand : la petite salle de l’Auditorium, le Théâtre Municipal, et maintenant le grand”, pointe le chanteur, qui se retrouve avec le regret de ne pas avoir pu se produire sur les marches de la Cathédrale en raison de la pandémie.

Neddermann a déjà chanté récemment à Gérone, mais dans un cadre très différent, devant les patients de la Trueta, dans le cadre du cycle Sinèrgic, qui emmène la musique dans les hôpitaux, les centres pénitentiaires et les résidences, dans lequel il collabore avec l’organisation.

Lire aussi  Télévision : prix Grimme pour Böhmermann et l'homme de sable

“L’industrie de la musique et la vie quotidienne peuvent vous éloigner de l’essence de la musique et de la raison pour laquelle nous la fabriquons. Pour moi, faire de la musique est une raison spirituelle et vitale, une voie que je choisis du fond de mon âme. Aller à l’hôpital me rappelle ce moteur», raconte le chanteur.

Programmation avec une perspective de genre

Au-delà de sa facette artistique, Neddermann elle a fait ses débuts l’an dernier en tant que co-directrice du festival Floral, à Vilassar, avec une programmation entièrement féminine. Intégrer la perspective de genre dans la programmation, dit-il, est “hyper-nécessaire, car même si on y fait de plus en plus attention, il y a des affiches où il n’y a que des hommes et c’est injustifiable”. «Je vois tellement de femmes talentueuses à qui il est difficile de se faire une place dans les programmes et de la conserver. J’ai travaillé dur et j’ai réussi, mais je vois beaucoup de gens qui travaillent dur et n’y arrivent pas”, avoue-t-il.

“En tant que programmatrice, je dois aussi vendre des billets, mais il faut trouver la formule pour que les femmes puissent être programmées, car quand on change, les gens en consomment aussi. Le bon artiste est là, il suffit d’y penser. Nous avons été très clairs chez Floral, c’est au moment de la programmation que l’on peut opérer une évolution vers quelque chose de plus juste. Il faut miser sur les artistes, si on ne les voit pas sur scène, les filles n’auront aucune référence”, conclut-il.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT