Nouvelles Du Monde

Innocent en prison : suspect d’erreur judiciaire

Innocent en prison : suspect d’erreur judiciaire

2023-04-26 16:53:00

Manfred Genditzki a-t-il été innocemment emprisonné pendant 13 ans ? Le soi-disant meurtre dans la baignoire est jugé – pour la troisième fois.

Manfred Genditzki entre son avocat et son avocat Photo : Matthias Balk/dpa

MÜNCHEN taz | Lorsque Manfred Genditzki est entré dans la salle d’audience A 101 du palais de justice de Munich mercredi matin, il l’a fait pour la première fois en tant qu’homme libre. Le tribunal ne voit pas de suspicion urgente chez l’homme de 62 ans. C’est exactement l’homme qui a déjà été condamné deux fois pour le meurtre de Liselotte K. dans cet immeuble et qui est en prison depuis plus de 13 ans. Exactement à cause de la chose dont on reparlera mercredi.

Le 28 octobre 2008, selon le tribunal de l’époque, Genditzki a noyé Liselotte K., 87 ans, dans sa propre baignoire dans un complexe résidentiel où il travaillait comme gardien. La raison alléguée : l’homme avait auparavant assommé Liselotte K. lors d’une dispute et voulait ensuite dissimuler cet acte.

Non, il ne peut y avoir de fin heureuse dans ce nouveau procès de toute façon. Si tout se passait comme l’accusé l’a décrit – et il y a de nombreuses indications à ce sujet – et qu’il devait finalement être acquitté, Manfred Genditzki serait encore en prison pendant plus de 13 ans. Des années où ses deux plus jeunes enfants grandissaient, où ses premiers petits-enfants sont nés, où il ne pouvait voir sa famille que lors de visites occasionnelles en prison.

Cela semble presque anodin lorsque Genditzki lui-même ne parle que de “flux et reflux de sentiments” et de “nombreux mauvais jours” qu’il a passés en prison.

Des preuves bancales

Pour son avocate Regina Rick il s’agit ni plus ni moins d’un scandale judiciaire, qui entre dans le troisième tour ce mercredi, alors qu’elle gronde à nouveau les caméras lors de la pause déjeuner devant la salle. En tout cas, c’est une chose : un morceau d’histoire judiciaire. Parce que les nouveaux procès sont très rares, les obstacles juridiques sont très élevés.

Lire aussi  Le gouvernement exhorté à augmenter le financement du secteur de la santé

Dans la salle d’audience, Genditzki a enlevé son cardigan gris. Dans sa chemise blanche, il est assis bien droit sur sa chaise, les mains sur les genoux. Il fixe le procureur alors qu’il lit l’acte d’accusation. Deux ou trois fois un léger hochement de tête à peine perceptible. Une fois, l’avocat assis derrière lui pose une main rassurante sur son dos et lui chuchote quelque chose.

Ce n’est pas la première fois que Genditzki entend le texte lu par le procureur. L’acte d’accusation est daté du 18 août 2009 et a servi de base au premier procès. Mais il s’est passé beaucoup de choses depuis. Non seulement Genditzki a été condamné à deux reprises à la réclusion à perpétuité en raison de preuves fragiles, d’abord en 2010, puis à nouveau lors de l’appel en 2012. De nouveaux rapports et déclarations ont également ébranlé la chaîne d’arguments initiale du procureur.

Avant sa mort, Liselotte K. vivait dans un appartement de trois pièces à Rottach-Egern am Tegernsee. Genditzki était la gardienne de son complexe d’appartements et s’occupait de la vieille femme, surtout après la mort de son mari, faisait les courses, la conduisait à ses rendez-vous et buvait du café avec elle. Selon le procureur, il était sa “personne de référence la plus importante”. De plus, il y avait un service infirmier qui passait quotidiennement, principalement pour surveiller la prise de médicaments.

Ce jour d’octobre, Genditzki venait d’aller chercher Liselotte K. à l’hôpital, où elle était restée cinq jours à cause de problèmes intestinaux. Genditzki l’a ramenée chez elle, a bu un autre café avec elle et a quitté l’appartement. Lorsqu’une infirmière s’est arrêtée tôt ce soir-là, elle a trouvé la femme allongée entièrement vêtue dans sa baignoire rodée, une jambe suspendue au bord de la baignoire. Liselotte K. était morte.

Motif : un simple argument ?

Jusqu’à présent, toutes les parties sont d’accord sur le cours des événements. Mais en ce qui concerne la cause du décès, les récits diffèrent. Alors que Genditzki a déclaré qu’après le café qu’ils avaient pris ensemble, rien de spécial ne s’était passé, la police et les procureurs sont rapidement arrivés à la conclusion qu’il s’agissait d’un crime violent. On parlait toujours du « meurtre dans la baignoire » par la suite. Ils avaient Manfred Genditzki dans leur ligne de mire.

Lire aussi  Une femme flic du Dakota du Nord « baptise » la neige après avoir fermé la porte du garage

Au début de la première procédure, le procureur de la République était toujours d’avis que le gardien avait volé un total de 8 000 euros, des bijoux et deux manteaux de fourrure dans l’appartement de Liselotte K. alors qu’elle était hospitalisée. Après que K. ait découvert le vol, Genditzki a voulu le dissimuler avec le meurtre.

Au cours du procès, cependant, le procureur a découvert qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour étayer cette hypothèse et a abandonné l’allégation de vol. Cependant, puisque cela représentait le motif du meurtre présumé, elle a par la suite seulement soutenu qu’un différend avait surgi pour une raison insignifiante.

Le tribunal a conclu qu’il ne pouvait s’agir d’un décès accidentel en se basant principalement sur le rapport du médecin légiste qui a pratiqué une autopsie sur K. En conséquence, la morte aurait dû être allongée différemment dans la baignoire si elle était tombée. De plus, le cadavre a trouvé deux hématomes sur la tête qui ne pouvaient pas provenir d’une chute.

La simulation informatique montre qu’une chute aurait été possible

Le tribunal a suivi ce raisonnement dans les deux affaires. “Après avoir examiné toutes les circonstances, la chambre est convaincue que le seul auteur possible est l’accusé”, a annoncé le tribunal après la deuxième condamnation le 17 janvier 2012. Et s’il n’y avait aucune action du tout ?

Même alors, il y avait un certain nombre d’indices de cette possibilité – par exemple le motif manquant. Mais entre-temps, les indications sont devenues massives. Avec l’aide de donateurs privés, l’avocate de Genditzki, Regina Rick, a commandé un nouveau rapport qui utilise une simulation informatique pour montrer que la chute aurait été possible. Liselotte a également pu contracter l’hématome à l’automne.

Lire aussi  Le projet de parc éolien offshore suscite des inquiétudes dans les communautés de la côte est – The Irish Times

Un rapport thermodynamique est également arrivé à la conclusion que l’heure du décès devait être beaucoup plus tardive que prévu à l’origine. Genditzki lui donnerait un alibi. La thèse du tribunal selon laquelle Liselotte K. n’avait aucune raison de remplir elle-même la baignoire, puisqu’elle ne se baignait qu’avec l’aide du service infirmier à l’époque, semble désormais douteuse : une connaissance de K. se fréquentait depuis des années rapportée après la condamnation et rapporta que la vieille femme avait l’habitude de toujours prélaver son linge dans la baignoire.

Confiance gagnée, pas volée

Malgré les arguments de poids, fin 2020, la 1ère chambre criminelle du tribunal de district a rejeté une demande de nouveau procès de l’avocat Rick comme irrecevable. Cependant, le tribunal régional supérieur a confirmé l’appel de Rick contre cette décision. Le 12 août 2022 la 1ère Chambre de première instance a alors ordonné le nouveau procès et a libéré Genditzki.

Au début du nouveau procès de mercredi, l’avocat Rick a lu une déclaration décrivant Genditzki comme une personne très correcte. Il n’avait jamais commis de crime violent, même juste combattu. Il n’a jamais rien volé. Au contraire : une fois, il devait vider l’appartement d’une femme décédée. Lorsqu’il a découvert deux boîtes de bijoux en or, il aurait pu les voler sans se faire remarquer. Au lieu de cela, il a informé les proches.

Il n’a pas trompé la confiance de Liselotte K., comme le prétend le procureur de la République, mais l’a acquise par sa manière correcte et sa volonté d’aider. Elle décrit le déroulement des événements du point de vue de sa cliente et conclut : « M. Genditzki ne lui a rien fait. Il a été innocemment emprisonné pendant 13 ans et sept mois.

Que ce soit réellement le cas, si la justice bavaroise devra être accusée d’une erreur grave et évitable, c’est maintenant au tribunal sous la présidence de la juge Elisabeth Ehrl de décider. Elle a prévu 20 jours de négociations pour cela.



#Innocent #prison #suspect #derreur #judiciaire
1682518229

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT