Nouvelles Du Monde

Index – Patrie – “Le but est seulement de créer la peur” – Gábor Iványi a parlé de la procédure engagée contre eux

Index – Patrie – “Le but est seulement de créer la peur” – Gábor Iványi a parlé de la procédure engagée contre eux

Comme nous l’écrivions, mardi matin, après une perquisition de trois heures, le chef du bureau économique de la Fraternité évangélique hongroise (MET) et de ses institutions a été emmené menotté par les enquêteurs de l’Office national des impôts et des douanes (NAV). ). Le pasteur István Onodi a été emmené à Békéscsaba et des poursuites ont été engagées contre lui en raison de « soupçons fondés de délit économique ».

Gábor Iványi, président du MET, a déclaré à Népszava que le pasteur était détenu pendant 72 heures.

et a également révélé que Kurina Laura, directrice d’une institution à Dunaújváros, avait également été interrogée mardi en début d’après-midi.

Selon le pasteur principal, « ces perquisitions n’ont aucun sens. Je crois qu’il y a presque exactement 2 ans, des hommes armés de la NAV ont envahi le siège et le bureau financier de l’église et ont confisqué sans discernement tous les supports de données et documents officiels, que nous n’avons pas reçus depuis. , ils sont toujours parmi nous , mais nous n’avons reçu aucune information sur la procédure depuis lors”.

Il en ressort clairement que la mesure actuelle vise uniquement à susciter la peur

– a ajouté Gábor Iványi.

Lire aussi  Poisson d'avril de Hambourg : contrainte de genre et mini-Elbtower

Il estime qu’« il est évident que Viktor Orbán essaie de détourner l’attention de sa propre responsabilité, puisque personne ne le croit s’il n’était pas au courant de la grâce présidentielle ».

Aujourd’hui, le rôle de Zoltán Balog et de l’Église réformée devient de plus en plus évident, c’est pourquoi ils créent une fois de plus un dossier qui peut réduire les limites de ce scandale.

dit le pasteur principal.

Concernant Laura Kurina, Iványi a déclaré que le directeur de l’école avait été emmené à Székesfehérvár pour être interrogé après la perquisition de la maison, puis relâché.