Nouvelles Du Monde

Guerre totale entre le Hamas et Israël : La tragédie des Kedem : un couple et leurs trois enfants exécutés dans le bunker du kibboutz dans lequel ils vivaient

Guerre totale entre le Hamas et Israël : La tragédie des Kedem : un couple et leurs trois enfants exécutés dans le bunker du kibboutz dans lequel ils vivaient

2023-10-10 19:15:43

Tamar, Yonathan – dit Johnny –, Shahar, Arbel et Omer Kedem étaient une famille juive vivant en Israël. Ce samedi, ils auraient été assassinés par le Hamas alors qu’ils se trouvaient à l’abri de leur maison, dans le kibboutz où ils résidaient. Les enfants de ce couple, qui se trouvait avec sa mère au moment du drame et qui a également été exécutée, étaient mineurs : les jumelles avaient six ans et le garçon quatre ans.

«Samedi à 6h40, elle nous a envoyé un message dans le chat que nous avons partagé. Elle a dit qu’elle et sa famille allaient bien et qu’elle avait aussi besoin de nos nouvelles. Et il ne nous a plus répondu. » L’oratrice est Eva, elle est originaire d’Uruguay et vit en Israël. Il a rencontré Tamar lorsqu’il lui enseignait la municipalité, la politique et le gouvernement à l’université et depuis lors, ils entretiennent une bonne amitié : « C’était une femme impressionnante. “Je pourrais déplacer des montagnes”, la définit-il d’une voix brisée.

Dans une conversation avec le journal ‘ABC’, Eva raconte comment les membres du groupe WhatsApp qu’elle avait avec son ancien professeur ont commencé à s’inquiéter alors qu’ils ne savaient rien de Tamar. Ils se mirent à s’interroger inlassablement jusqu’à recevoir la pire nouvelle : “Hier après-midi, ils nous ont dit qu’ils avaient été assassinés”.

Lire aussi  Ils appliquent plus de 65 000 doses de vaccin contre la grippe à Chiriquí

Johnny et Tamar vivaient dans le kibboutz Nir Oz, un village agricole situé au sud d’Israël qui compte environ 400 habitants, selon les médias internationaux. Là, il a travaillé comme directeur d’exploitation et producteur de blé, selon le propre site Internet de Kedem, alors qu’elle était au conseil municipal depuis 15 ans, dans les domaines de “la culture, l’éducation et l’art”.

Petite-fille de grands-parents migrants et fille de parents indépendants, comme elle le dit elle-même sur son propre site Internet, Tamar a grandi à Jérusalem. De plus, il a servi dans l’armée. Son « action pionnière et sans compromis pour le bien commun » est un héritage de ses prédécesseurs. “C’était une femme qui voulait s’éduquer, elle voulait faire de son mieux au monde”, raconte Eva au journal. «Il a été avec nous pendant trois ans et nous a tous élevés dans la vie même si nous avions plus de 20 ans. Dans tout ce que nous avions, nous l’appelions, elle nous serrait dans ses bras, elle prenait soin de nous. “C’était une personne très spéciale”, se souvient-il.

Politique indépendante

Tamar Kedem était une dirigeante communautaire et une militante pour les droits des femmes. De même, elle a travaillé comme conseillère au Département de coopération régionale du ministère de l’Intérieur, selon son profil Facebook, dans lequel elle avait partagé des publications d’elle-même et de sa famille. Il a également accumulé une expérience en politique locale, en aidant les jeunes à se former dans ce domaine ou en étudiant dans ce domaine. Il a également fondé « The Guild », un groupe regroupant une centaine d’artistes, ou encore l’école de dialogue « Lev HaNegev ».

« Puissions-nous tous passer une bonne année » ou « L’espoir est contagieux. “Passez de bonnes vacances, pleines de bonnes choses” étaient quelques-uns des derniers messages qu’il avait publiés sur ses réseaux sociaux accompagnés de photos de moments en famille ou entre amis.

En plus d’être une mère et une enseignante dévouée, Tamar a également participé à la politique. « Elle était candidate aux élections municipales de sa circonscription », raconte à cette rédaction son ancienne élève. “J’y étais dévoué : j’allais partout, demandant aux gens comment je pouvais améliorer le quartier (…) Je n’arrive toujours pas à croire qu’on en parle au passé.”

La mère des Kedem ne soutenait aucun parti, elle était indépendante, raconte Eva. Sur son propre site Internet, il avait indiqué six points sur lesquels il fondait sa candidature : la participation active des habitants à la formulation des politiques ; l’effort pour atteindre chaque voisin ; la transparence, pour générer la confiance ; la lutte pour le bien commun et le changement de leadership et de méthodes de travail.

“Nous n’oublierons jamais leurs visages”

L’attaque contre tous les membres de cette famille a atteint les réseaux sociaux, où les événements ont été condamnés. « Une famille entière assassinée de sang-froid », a déploré Natali Bennett, l’ancienne Première ministre d’Israël, sur son profil Twitter. “Regardez leurs visages heureux, leur amour”, poursuit-il en faisant référence à une photographie qui accompagne le message. «Ils sont morts aux mains des terroristes palestiniens. “Tout simplement parce que nous sommes juifs”, a-t-il conclu.

«Une famille entière est partie. “Cela doit cesser”, a déclaré la politicienne de gauche Stav Shaffir sur son profil sur le réseau social X. “Nous n’oublierons jamais leurs visages.” La famille Kedem donne un visage à cinq des plus d’un millier de vies détruites par la guerre des deux côtés.



#Guerre #totale #entre #Hamas #Israël #tragédie #des #Kedem #couple #leurs #trois #enfants #exécutés #dans #bunker #kibboutz #dans #lequel #ils #vivaient
1696956694

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT