Nouvelles Du Monde

«Gorky Park» fête ses 40 ans, William Hurt enquête sur une affaire complexe qui ressemble à un piège – Corriere.it

«Gorky Park» fête ses 40 ans, William Hurt enquête sur une affaire complexe qui ressemble à un piège – Corriere.it

2023-12-14 13:18:29

De Filippo Mazzarella

Basé sur le roman de Martin Cruz Smith, le thriller de Michael Apted se déroulant dans la Russie de la guerre froide commence par trois meurtres horribles confiés à l’enquêteur Arkady Renko.

Il 15 décembre 1983 est sorti dans les salles américaines «Parc Gorki» de Michael Apted, adaptation du premier des dix romans (le dernier, encore inédit chez nous, est sorti cette année) que le spécialiste Martin Cruz Smith se consacre depuis le début des années 80 au personnage de Arkadi Renkoà l’origine enquêteur en chef de la milice de Moscou qui, au fil des décennies, a traversé à divers titres de nombreux moments cruciaux de l’histoire de l’URSS jusqu’à son dissolution et au-delà (à tel point que la nouvelle aventure «Place de l’Indépendance» porte de manière significative le sous-titre «Arkady Renko en Ukraine»). Un film qui avait proportionnellement plus de succès en dehors des frontières américaines, malgré que le livre ait été vendu à plus d’un million d’exemplaires dans le pays, et que surtout en Italie (où il a été distribué fin février 1984) a enregistré une popularité considérable auprès du public à la suite de popularité déjà réalisé avec « The Big Chill » (1983, de Lawrence Kasdan) de son défunt protagoniste William blessé.

«Gorky Park» était en quelque sorte un opéra anormal pour un réalisateur britannique talentueux et inclassable comme le regretté Michael Apted (1941-2021) : un « shooter » de classe supérieure qui jusqu’alors variait entre genre de guerre (“Tripla Eco/Le Triple Echo”, 1972) à drame littéraire fantastique (« Le secret d’Agatha Christie/Agatha », 1979), tiré de biopic romancé (le film primé «Nashville Girl/Coal Miner’s Daughter», 1980, sur la chanteuse country Loretta Lynn, qui a valu à Sissy Spacek un Oscar) à comédie sentimentale sui generis («Call Me Eagle/Continental Divide», 1981, dernier film du champion John Belushi) et qui a poursuivi sa carrière avec bien d’autres grands succès toujours caractérisés parune imprévisibilité fascinante genre (il a également réalisé le troisième et dernier chapitre de la saga Le Monde de Narnia, « L’Odyssée du Passeur d’aurore » en 2010).

Lire aussi  L'Eloignement de Franz Wiederbaum: quand la presse fait trembler un écrivain à Genève

Passer à autre chose coordonnées classiques et autrefois un thriller très répandu sur la « Guerre froide », le film voit le détective Arkady Renko (William Hurt) faire face à un cas complexe, sanglant et ambigu ce qui semble immédiatement m’impliquer services secrets: la découverte pendant l’hiver glacial russe dans le parc Gorki de Moscou de trois cadavres qui avaient été « écorché » visages et bouts de doigts pour rendre l’identification difficile. Après que l’autopsie révèle que l’une des victimes est une citoyenne américaine, l’affaire devient concernant le KGB: et parce que Renko soupçonne un piège, abandonne volontiers l’enquête. Cependant, le procureur Jamskoj (Ian Bannen), qui l’avait auparavant protégé des manœuvre lâche de l’agence gouvernementale de sécurité, le convainc de poursuivre l’enquête en l’invitant dans sa datcha de campagne.

Ici Arkady se retrouvecharmante Sibérienne Irina Asanova (Joanna Pacula), qu’il avait précédemment interrogée comme étant étrangement liée à l’un des trois cadavres et qui est maintenant accompagné par Jack Osborne (Lee Marvin), riche homme d’affaires qui fait du commerce avec l’URSS en fourrures de zibeline. La femme demande à Renko de l’accompagner à Moscou ; et tandis que l’enquêteur tente en vain d’obtenir quelques informations auprès d’elle, le professeur Andreev (Ian McDiarmid) reconstitue dans son laboratoire les visages des victimes. Lorsque Renko, qui a commencé à garder l’hôtel d’Osborne, sauve Irina d’un tueur à gages qui voulait la tuer avec unje
injection létalel’enquêteur américain William Kirwill (Brian Dennehy), sur les traces de son frère mystérieusement disparu, entre également en scène pour sauver autour de vous la vie à Renko. Et les deux commencent à collaborer étroitement jusqu’à ce que le bandolo L’écheveau complexe (et le rôle réel d’Osborne dans les événements) n’est malheureusement pas clair, même pour Irina, qui entre-temps est tombée amoureuse d’Arkady.

Lire aussi  Adriano Silva Martins prend la défense de Romana après avoir photographié son fils en jupe : "Il a donné l'exemple..."

Dans un Moscou sombre et froid (reconstruite entre Helsinki et Stockholm en raison de l’impossibilité contemporaine pour une équipe américaine d’obtenir des autorisations pour tourner dans des lieux réels), l’histoire d’espionnage se déroule selon des caractéristiques plutôt « normatives » : l’intrigue implique connexions inévitables qui impliquent en plus de gouvernement soviétique aussi et même le marché noir international, alors que vous craignez comment la corruptionla se battre pour la vérité dans un système politique oppressant et perfide ou les défis moraux auxquels est confronté le protagoniste dans sa tentative de demander justice dans un contexte aussi complexe et insaisissable sont ceux qui, pendant des décennies, ont constitué l’épine dorsale de nombreux produits de genre basés sur les tensions entre les blocs. Nous ne parlons pas, cela va sans dire, d’un chef-d’œuvreni même un film prototype (aucun des neuf autres romans mettant en scène Renko de Martin Cruz Smith n’a ensuite été adapté au cinéma, malgré les rumeurs depuis des années d’une transposition du second, «Pole Star») ni même un film prototype. «Film culte»: et pourtant, « relu » aujourd’hui et dans les limites de son rythme étrange, de son quelque peu douloureux et peut-être désiré absence de suspense et de l’audace « idéologique » (et presque provocatrice) avec laquelle le caractère droit de Renko est servi comme les grands héros incorruptibles du cinéma policier américain des années d’or d’Hollywood (comme le démontre une citation finale évidente, bien que pèlerine, de « L’Homme qui en savait trop », 1956, d’Alfred Hitchcock), « Gorky Park » en fait également partie à juste titre. sorte de Le (néo)classicisme perdu du cinéma grand public typique du cinéma souvent vilipendé mais tout aussi souvent (même involontairement) années 80 fructueuses.

Lire aussi  Sitara Ghattamaneni, la fille de Mahesh Babu, dit que le cinéma est "dans mon ADN"

Et le casting (à l’exception du nouveau venu, le beau mais maladroit Pacula) est de ceux des grandes occasions, peu importe si, comme dans ce cas, il vous manque en partie : si Hurt (avec son yeux bleus souvent souligné en contraste par l’excellente photographie de Ralf D. Bode) était déjà une garantie (sa carrière décolle définitivement deux ans plus tard, après l’Oscar pour «Le baiser de la femme araignée», 1985, d’Héctor Babenco), voyant l’un des splendide vétéran comme Lee Marvin et un immense acteur comme Brian Dennehy en donne encore (petit, gros) émotion.

Le Corriere della Sera est également diffusé WhatsApp. C’est assez Cliquez ici pour vous abonner à la chaîne et être toujours mis à jour.

14 décembre 2023 (modifié le 14 décembre 2023 | 11:18)



#Gorky #Park #fête #ses #ans #William #Hurt #enquête #sur #une #affaire #complexe #qui #ressemble #piège #Corriere.it
1702774150

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT