Nouvelles Du Monde

Gaza : la prolongation du cessez-le-feu dans la bande de Gaza fait polémique

Gaza : la prolongation du cessez-le-feu dans la bande de Gaza fait polémique

2023-11-27 19:40:19

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre des soldats dans un lieu tenu secret dans la bande de Gaza.

Photo : AFP / BUREAU DU PREMIER MINISTRE ISRAÉLIEN

Lundi midi, tout était au point mort. Le gouvernement israélien a déclaré qu’il y avait des problèmes avec la liste des prisonniers palestiniens dont la direction du Hamas exige la libération. Le Service d’information de l’État égyptien (SIS) a indiqué lundi après-midi que des négociations étaient en cours pour libérer 11 otages israéliens en échange de 33 prisonniers palestiniens. Les efforts égypto-qatariens visant à prolonger le « cessez-le-feu humanitaire » dans la guerre à Gaza sont sur le point d’aboutir à une prolongation de deux jours du cessez-le-feu de quatre jours, a-t-il indiqué. Le cessez-le-feu prolongé devrait donc inclure la libération quotidienne de dix otages détenus dans la bande de Gaza en échange de 30 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes.

Les jours précédents, le cessez-le-feu avait suivi le plus petit dénominateur possible : les armes étaient silencieuses. Des prisonniers et des otages qui ne posaient pas de problèmes aux deux camps ont été échangés : pas de soldats, pas de Palestiniens avec « du sang sur les mains » ou des liens avec des groupes violents comme le Hamas ou le Jihad islamique. Depuis vendredi, des listes de noms ont été échangées via des médiateurs en Egypte et au Qatar.

Lundi, des Palestiniens très proches du Hamas sont apparus pour la première fois sur la liste du Hamas – un non-droit pour le gouvernement et les services secrets israéliens, qui se souviennent plus que jamais que l’actuel chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, libéré de Détention israélienne en 2011 dans le cadre d’un échange de prisonniers. Une menace sur le cessez-le-feu entré en vigueur vendredi matin et qui devait perdurer jusqu’à mardi matin. Et effectivement, les combats ont complètement pris fin. Des camions transportant des fournitures humanitaires ont traversé la frontière entre l’Égypte et la bande de Gaza ; les gens respiraient profondément. Dans le même temps, au moins 58 des otages enlevés dans la bande de Gaza le 7 octobre sont désormais rentrés. En échange, environ 110 prisonniers palestiniens ont été libérés.

Lire aussi  Eurostar absorbe Thalys et devient la marque unique de la compagnie ferroviaire européenne.

Ce qui allait se passer ensuite était encore totalement flou lundi après-midi. Tandis qu’Israël et le Hamas négociaient intensivement sur la liste des noms, les diplomates des États-Unis, de l’Égypte et du Qatar tentaient de trouver un mécanisme permettant de prolonger le cessez-le-feu au-delà d’aujourd’hui. La pause dans les combats pourrait être prolongée d’un jour pour chaque échange de prisonniers réussi, y compris des livraisons d’aide supplémentaires.

Mais ce n’est pas non plus une solution permanente. “Le nombre d’otages est limité”, déclare Matthew Miller, porte-parole du Département d’État américain. “À un moment donné, il n’y aura plus que des soldats entre les mains du Hamas, et on peut alors supposer que le Hamas le fera également en retour. “Nous exigerons la libération des terroristes. » Un autre problème est que le Hamas a admis il y a quelques semaines qu’entre 40 et 50 des otages n’étaient pas entre les mains de ses Brigades Al-Kassam ou du Jihad islamique. Outre ces deux grandes organisations, il existe également dans la bande de Gaza un certain nombre de petits groupes armés qui ne coopèrent que dans une mesure limitée avec le gouvernement du Hamas et les Brigades Qassam, aux mains desquelles, selon le Hamas, certains des otages sont détenus. .

Pire encore, les infrastructures sont en grande partie détruites et la liberté de mouvement est restreinte. Le Hamas aura probablement d’énormes difficultés à retrouver ces otages. En outre, il faut s’attendre à ce que ces groupes formulent leurs propres revendications si ces otages sont encore en vie. Car cela se produit également aujourd’hui : des proches découvrent désormais que leurs proches sont morts. Ou que les proches qu’ils ont déjà pleurés apparaissent soudain vivants devant eux.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réaffirmé lundi que la guerre contre le Hamas se poursuivrait. L’objectif reste la destruction de l’organisation. Entre-temps, le président fédéral Frank Walter Steinmeier s’est rendu au kibboutz Beeri, particulièrement touché par le massacre du 7 octobre. Mais malgré toutes les expressions de solidarité envers Israël, la pression internationale pour mettre fin à la guerre est plus forte que jamais. Cependant, le désir de se débarrasser du Hamas est tout aussi grand.

Israël n’est pas le seul à craindre le Hamas : le gouvernement égyptien en particulier le considère désormais comme une menace pour sa propre sécurité. En 2013, l’armée, dirigée par Abdel Fatah Al-Sisi, alors commandant en chef, a destitué le président élu Mohammad Morsi. Morsi est issu des Frères musulmans, étroitement liés au Hamas, une organisation fortement enracinée principalement dans les campagnes et associée à un certain nombre d’attentats terroristes ces dernières années. Aujourd’hui, les services de sécurité égyptiens craignent de tenter de déstabiliser l’État avec l’aide du Hamas. En arrière-plan, les dirigeants égyptiens tentent donc d’élargir le traité de paix israélo-égyptien : ils souhaiteraient stationner davantage de militaires dotés d’armes lourdes dans la péninsule du Sinaï afin d’y agir plus efficacement contre les groupes armés. À l’ombre du Traité de Camp David, la région désertique est devenue un refuge pour ces groupes ainsi que pour la contrebande vers la bande de Gaza. Il est probable qu’Israël acceptera cette demande.

Lire aussi  L'école Burton Latimer marque "Good" Ofsted avec une capsule temporelle

Les options pour la bande de Gaza sont très limitées : la poursuite de la guerre entraînerait encore plus de destructions et de morts. Y mettre fin signifierait probablement que le Hamas resterait au pouvoir et se réarmerait à nouveau. Le ministère qatari des Affaires étrangères ne croit pas non plus que le Hamas soit disposé à coexister avec Israël à long terme. Mais vous vous y sentez également très mal à l’aise avec votre propre réputation de « partisan du terrorisme ». Ils voudraient se débarrasser du bureau politique du Hamas basé à Doha. Mais même si le Qatar est critiqué pour cela : de nombreux diplomates étrangers se réjouissent secrètement que le Qatar ait ces contacts. Sans eux, les affrontements de ces dernières années auraient probablement été encore plus violents.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, a appelé lundi à ce que les travaux visant à mettre en œuvre la solution à deux États doivent commencer dès maintenant ; c’est la seule possibilité d’une paix durable.

#ndstays – Soyez actif et commandez un forfait promotionnel

Qu’il s’agisse de pubs, de cafés, de festivals ou d’autres lieux de rencontre, nous voulons devenir plus visibles et toucher avec attitude tous ceux qui valorisent le journalisme indépendant. Nous avons élaboré un kit de campagne comprenant des autocollants, des dépliants, des affiches et des macarons que vous pouvez utiliser pour être actif et soutenir votre journal.
Vers le forfait promotionnel



#Gaza #prolongation #cessezlefeu #dans #bande #Gaza #fait #polémique
1701172150

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT