Nouvelles Du Monde

“Faire la paix est facile. Si vous vous disputez, serrez-vous la main”

“Faire la paix est facile. Si vous vous disputez, serrez-vous la main”

Les émotions arrivent à la fin, lorsque la chanson mélancolique et poignante d’Amina, une jeune fille malvoyante de Gaza, rassemble dans une seule étreinte, dans un seul battement de cœur, les 50 000 personnes qui ont afflué vers le stade olympique. “Jérusalem, ville de Dieu – chante Amina les yeux mi-clos vers le ciel –, la solution n’est pas la violence mais la paix et la dignité, ce n’est pas l’humiliation mais la résurrection”. Il y avait des enfants des cinq continents mais aussi d’autres pays en guerre comme l’Ukraine (101 nationalités au total), hier avec le pape François pour la première Journée mondiale de l’enfance. Un événement conçu par Bergoglio lui-même et qui se poursuivra aujourd’hui sur la Place Saint-Pierre puis à Regina Coeli avec la participation de Roberto Benigni. Pendant ce temps, hier, Francesco, une fois de plus, n’a pas hésité à répondre aux questions des plus petits.

Lire aussi  Prix ​​en argent du snooker de l’English Open 2023 : combien le gagnant recevra et montant total du prix

“Pourquoi y a-t-il la guerre ?”, demande-t-on. “Parce qu’il y a de l’égoïsme”, répond le pape. Geronimo le presse : “Mais la paix est-elle toujours possible ?”. “Oui, c’est vrai”, répond Francesco. Une petite fille indonésienne le provoque : “Mais si tu pouvais faire un miracle, quel miracle ferais-tu ?”. “Je veillerais à ce que tous les enfants aient tout ce dont ils ont besoin pour manger, jouer et aller à l’école.” Un représentant du continent latino-américain : “Pourquoi y a-t-il des gens sans logement et sans emploi ?”. Ici aussi, le pape répond franchement : “C’est injuste et vous devez demander compte à Dieu”. Puis, à cœur ouvert, il s’adresse à tous : « Je porte dans mon cœur les enfants qui souffrent de la guerre. Les enfants veulent construire un monde de paix où nous sommes tous frères. Je sais que vous aussi êtes triste pour eux. sont des enfants blessés, malades et personne ne s’occupe d’eux. »

Lire aussi  Championnat d’Europe de handball : Gislason avant le duel avec l’Autriche : « Ce ne sont pas mes affaires »

Dans la matinée, au palais apostolique du Vatican, il a reçu une délégation d’enfants palestiniens et ukrainiens. Même certains d’entre eux, arrivés de Lviv, présentaient des membres amputés à cause des bombes. Victimes innocentes de l’horreur. “Les enfants ukrainiens ne sourient pas”, a dû constater François en leur prodiguant des bénédictions, des caresses chaleureuses et des baisers. Il enseigne aux enfants du stade olympique des petits trucs pour faire la paix : “Il peut arriver que quand on joue avec d’autres enfants, on se bat mais il faut passer à autre chose. On s’excuse, on dit merci, on pardonne. Et puis, regardez bien. , on se serre la main : faites-le quand il faut faire la paix.”

2024-05-26 07:14:39
1716698285


#Faire #paix #est #facile #vous #vous #disputez #serrezvous #main

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT