Nouvelles Du Monde

En Gambie, les mutilations génitales risquent de redevenir légales

En Gambie, les mutilations génitales risquent de redevenir légales

NOS Nieuws•vandaag, 19h05

  • Saskia Houttuin

    correspondant Afrique

  • Saskia Houttuin

    correspondant Afrique

Jaha Dukureh avait 15 ans lorsqu’elle a été forcée de se marier et a couché avec un homme pour la première fois. La nuit de noces, elle découvrit que lorsqu’elle était petite fille, elle avait non seulement été excisée, mais aussi recousue. C’est le début d’un combat qu’elle mène encore vingt ans plus tard.

Dukureh est le chef de Des mains sûres pour les filles, une organisation qui s’engage à mettre fin aux mutilations génitales féminines (MGF) en Gambie. En 2015, elle a persuadé le gouvernement gambien d’interdire par la loi l’excision.

Dans un pays où plus des trois quarts des femmes âgées de 15 à 49 ans ont été excisées, c’était une grande nouvelle. Mais cette interdiction risque de finir bientôt à la poubelle. En mars, le Parlement a accepté de poursuivre l’examen de la loi par une commission spéciale. Un vote sur le maintien de la loi suivra bientôt.

NOSJaha Dukureh sur la plage de Serrekunda, Gambie

Lire aussi  "Bombardment d'une église à Omdurman par les forces armées soudanaises en violation du droit international humanitaire"

« Nous voulons que les gens soient libres de pratiquer leur culture et leur religion », a déclaré Almameh Gibba, le député à l’origine du changement de loi. Il qualifie l’interdiction de l’excision féminine de « complot occidental » et estime qu’il est « absurde » que l’excision soit dangereuse ou traumatisante.

Gibba est soutenu par Abdoulie Fatty, un imam influent et respecté dans les milieux conservateurs en Gambie. En plus d’être imam, il est également enseignant et directeur adjoint d’une école secondaire.

L’été dernier, il a fait la une des journaux en Gambie lorsqu’il a collecté des fonds pour trois femmes reconnues coupables d’avoir excisé plusieurs enfants. Ce moment est considéré comme la réouverture du débat autour de l’excision féminine, ce qui signifie que la loi est actuellement de nouveau sur la table.

L’interdiction de l’excision féminine est levée en Gambie

« Nous, les femmes, sommes parfaitement faites », déclare Jaha Dukureh en secouant la tête. “Tout ce qui nous est enlevé physiquement ou psychologiquement, nous n’oublierons pas. Nous devons reconnaître ce que nous, en tant que communauté, faisons à nos filles. Les femmes sont maltraitées pour faire avancer les intérêts des hommes.”

Lire aussi  Hotellegende an der Côte d’Azur: Hôtel du Cap-Eden-Roc

Un précédent pour le reste du monde

Dukureh est très préoccupée par ce qui attend le pays laïc si l’excision redevient légale. “S’ils réussissent, l’interdiction du mariage des enfants est la prochaine étape. Ils peuvent renverser la loi contre la violence domestique et toutes les lois progressistes de la Gambie qui défendent les femmes.”

NOST Jusqu’en 2015, les filles étaient excisées sous cet arbre dans le village rural de Kartung

Dans une lettre adressée aux hommes politiques gambiens, le rapporteur de l’ONU sur la violence contre les femmes écrit qu’il craint un précédent mondial dans lequel des pays pourraient revenir sur la législation sur l’excision féminine à l’instar de la Gambie.

“Vous donnez aux conservateurs d’autres pays le courage d’abolir là aussi la circoncision”, répond Dukureh. « Si la Gambie peut le faire, nous pouvons le faire aussi. »

Qu’est-ce que la mutilation génitale féminine ?

Lors de la mutilation génitale féminine (MGF), ou circoncision des filles, des parties de l’organe génital féminin sont retirées. Cela se produit souvent à un jeune âge, parfois chez les nouveau-nés. Selon l’UNICEF, plus de 230 millions de filles et de femmes ont été excisées dans le monde, principalement dans certaines parties du continent africain, mais aussi en Asie et au Moyen-Orient.

Lire aussi  Décès d'enfants en Gambie liés à des sirops contre la toux fabriqués en Inde, selon l'Organisation mondiale de la santé

L’Organisation mondiale de la santé distingue quatre catégories de mutilations, allant de la simple ablation du clitoris à l’excision des lèvres internes et externes, après quoi l’organe génital est cousu. C’est ce qu’on appelle l’infibulation.

Dans tous les cas, l’excision des filles et des femmes est médicalement inutile et présente de graves dangers. Les effets à court et à long terme comprennent des douleurs intenses et parfois des saignements mortels, des infections, des difficultés à uriner, des complications lors de l’accouchement, des troubles psychologiques et des problèmes sexuels.

2024-05-28 20:05:45
1716924257


#Gambie #les #mutilations #génitales #risquent #redevenir #légales

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Un F16 s’est écrasé à Halkidiki, le pilote est sain et sauf

F-16 ©Eurokinissi ” )+(“arrêter\”> “).length); //déboguer contenttts2=document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.substring( 0, document.querySelector(“.entry-content.single-post-content “).innerHTML.indexOf( “” )); contenttts2=contenttts2.substring(contenttts2.indexOf( “fa-stop\”> ” )+(“arrêter\”> “).length);

ADVERTISEMENT