Dunkirk: la vidéo révèle des failles dans la sécurité de la centrale nucléaire de Gravelines

"C'est mal fait", "Il y a des traces de corrosion jusqu'à présent", "Tout rouille là-dedans" … L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a effectué un contrôle de sécurité à l'usine de Gravelines-Dunkerque en mai. Et ses conclusions mettent en évidence des failles de sécurité. Une vidéo repérée par Le Phare Dunkerquois et publiée par l'ASN dresse le bilan de cette inspection. Les experts s’expriment en termes techniques, parfois difficiles à comprendre, mais ils signalent clairement des défauts qui leur semblent "étonnants".
Maîtriser la sûreté nucléaire – Une inspection de l'ASN
L'inspecteur en chef Christophe Quintin donne le ton. En dépit d'une "impression généralement positive de l'état du site", il poursuit: "Je vois qu'il y a beaucoup d'idées pour améliorer ses pratiques." Petit appartement: les idées, c’est bien, mais le but, l’implémentation concrète et concrète, et vous n’êtes pas encore "La centrale située à la périphérie de Dunkerque compte six réacteurs. Les premiers réacteurs ont démarré en 1980 et font l’objet d’une surveillance particulière compte tenu de leur âge avancé. Onze inspections thématiques ont été effectuées ainsi qu’une autre inopinée au milieu de la nuit.
"L'état général est surprenant au début, il y a des corrosions actives, avancées, mais ça ne semble pas les choquer et ça me surprend que ça ne les choque pas", souligne un autre expert. Tout au long de la vidéo, on voit Les inspecteurs de l'ASN soulignent diverses vulnérabilités de sécurité. "Ils nous ont dit qu'ils avaient vu [qu’il y avait du vernis égratigné, NDLR] Un autre inspecteur constate une vidéo surprenante dont la conclusion est sans appel: «L’état des installations est parfois sous le niveau attendu, voire fortement inférieur», assure l’inspecteur en chef de l’ASN. .

Dans une lettre adressée au président d'EDF, l'autorité de sûreté nucléaire demande la mise en œuvre de travaux visant notamment à améliorer la sécurité contre les risques de séismes. L'ASN prendra position fin 2020 "sur le caractère suffisant des dispositions que vous envisagez de mettre en œuvre", explique son président dans cette même lettre. Il peut, le cas échéant, "imposer des exigences techniques" pour compléter les dispositions prévues ou contrôler leur mise en œuvre.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.