Donald Trump dénonce les propos "insultants" de Macron à propos d'une armée européenne

À Paris pour sa deuxième visite depuis son entrée en fonction, le président américain a demandé à l'Europe de payer sa part à l'OTAN, plutôt que d'évoquer une armée européenne.

Le Monde.fr avec AFP
|
• Mis à jour

Donald et Melania Trump à la sortie de l'Air Force One à l'aéroport international d'Orly, près de Paris.

Dès son arrivée à Paris, le président américain a attaqué son homologue français. Donald Trump a dénoncé, vendredi 9 novembre au soir, les mots "Très insultant" prononcé sur la création d'une armée européenne.

"Le président Macron vient de suggérer que l'Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie"tweeté Trump alors que l'avion Air Force One atterrissait à l'aéroport international d'Orly. "Très insultant, mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa part à l'OTAN que les États-Unis subventionnent largement!"

Dans son tweet, le président américain faisait apparemment allusion aux déclarations de mardi de M. Macron qui appelaient à la création d'un "Vraie armée européenne" pour mieux protéger le continent.

"Nous ne protégerons pas les Européens si nous ne décidons pas de disposer d'une véritable armée européenne"avait plaidé le président français. Il est nécessaire "Pour se protéger contre la Chine, la Russie et même les Etats-Unis", a-t-il déclaré, se référant à la décision des États-Unis de se retirer d'un traité de désarmement nucléaire datant des années 1980. Il n'y a actuellement aucune armée européenne supranationale. Le sujet, récurrent, reste fragilisé car il touche au cœur la souveraineté des États membres.

A lire aussi:


Le divorce Europe-USA: la famille occidentale sous tension

De profonds désaccords politiques

Une grande partie de l’Europe s’est cachée sous le bouclier américain depuis l’après-guerre, sans payer un prix satisfaisant pour Donald Trump. Depuis son élection, Emmanuel Macron a plaidé pour un renforcement de la défense européenne, la France mettant précisément en avant l'incertitude stratégique engendrée par les positions du président américain.

Donald Trump est attendu vers 11 heures dans la cour de l'Elysée où l'hôte est l'hôte de son homologue français, avant de clore un échange face à face qui pourrait être orageux. Il s'agit de la deuxième visite du président américain en France depuis son arrivée à la Maison Blanche, après celle du 14 juillet 2017, qu'il discute régulièrement avec un grand enthousiasme.

Au moment de quitter la Maison-Blanche, Donald Trump avait opté pour un ton beaucoup plus conciliant. "Ce sera un moment merveilleux"il avait prédit. "Il y aura beaucoup de pays"a ajouté, assurant que l'annonce de sa présence avait poussé de nombreux autres dirigeants à faire le voyage.

A lire aussi:


Europe-États-Unis: scènes de ménage à la table de l'Oncle Sam

Plus largement, cette projection illustre les désaccords politiques profonds entre les deux hommes, sur l’environnement, le nucléaire, les relations commerciales et, d’une manière générale, sur la gouvernance des affaires mondiales, pour lesquels M. Macron défend le multilatéralisme, détestait par M. Trump. Le chef de l'Etat français a également organisé dimanche un important forum international sur la gouvernance mondiale qui, schématiquement, servira de forum au multilatéralisme. Le dirigeant américain sera absent de ce forum, préférant se rendre au cimetière américain de Suresnes, près de Paris.

Après la réunion, Melania Trump arrivera vers midi et les deux couples présidentiels déjeuneront ensemble à l'Elysée avant de se quitter pour l'après-midi. Le président américain devrait se rendre dans le nord de la France au cimetière américain de Bois Belleau, tandis que M. Macron se dirigera vers une clairière près de Compiègne, au nord de Paris, pour retrouver la chancelière Angela Merkel lors d'une cérémonie très symbolique. C'est ici que le 11 novembre 1918 a été signé dans un armistice de restaurant scellant la fin de la Première Guerre mondiale, qui fit 18 millions de morts.

A lire aussi:


Défense européenne: Florence Parly et ses homologues travaillent sur "l'initiative d'intervention"

Dans la soirée, Macron, Trump, Merkel et plusieurs autres dignitaires se réuniront au musée d'Orsay à Paris pour une visite de l'exposition dédiée à Picasso et un dîner officiel sur place avant la grande cérémonie du dimanche. Matinée sous l'Arc de Triomphe en présence de plusieurs dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement, point culminant des commémorations.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.