Nouvelles Du Monde

Deux cas de «vache folle» détectés en Suisse: pas d’inquiétude, selon l’OSAV

Deux cas de «vache folle» détectés en Suisse: pas d’inquiétude, selon l’OSAV
Depuis le début de l’année, deux cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) ont été détectés en Suisse. Cependant, selon l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires alimentaires, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Il s’agit de cas atypiques d’ESB et la viande des bovins malades n’est pas entrée dans la chaîne alimentaire.

Mise à jour: 27 septembre 2023, 16h18

Depuis le début de l’année, deux bovins en Suisse ont été euthanasiés après avoir contracté la maladie de la «vache folle». Il s’agit de cas atypiques d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Contrairement à la forme classique, l’ESB atypique peut apparaître spontanément et sans lien avec l’utilisation de farines animales comme aliment pour les animaux.

Il y a une vingtaine d’années, la Suisse a été traumatisée par l’ESB classique, qui pouvait être transmise à l’homme sous la forme de la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Elle a causé la mort de 19 personnes rien qu’en 2001. Cependant, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires alimentaires (OSAV) se veut rassurant. Dans les deux cas détectés dans les cantons des Grisons en mars et de St-Gall en juillet, “la viande des bovins malades n’est pas entrée dans la chaîne alimentaire. Il n’y avait aucun risque pour les humains ni pour les animaux”, a déclaré Martin Reist, chef du département Santé et protection des animaux, à l’Agence d’information agricole romande (AGIR). De plus, l’ESB est sous surveillance active dans notre pays.

Lire aussi  Ministre de la Santé : 34 000 vaccins bivalents contre le Covid-19 seront jetés | Minsa | César Vasquez | PÉROU

En 2022, plus de 10 000 animaux ont été testés en Suisse. En plus des 22 cas suspects examinés dans 22 exploitations et des analyses effectuées au cours des sept dernières années, ces chiffres sont suffisants pour répondre aux exigences de l’Organisation mondiale de la santé animale afin d’obtenir le statut de “risque négligeable”, la catégorie la plus sûre, a ajouté Martin Reist. Selon Torsten Seuberlich, vétérinaire et professeur à l’Université de Berne, il n’y a aucune raison pour que le nombre de cas atypiques augmente si l’interdiction d’alimenter les ruminants avec des farines d’os de viande, en vigueur depuis 1990, est maintenue. L’expert signale environ un cas par an pour un million de bovins adultes dans l’Union européenne et dans les autres pays qui appliquent cette surveillance.

Rappelons que la crise de la “vache folle” avait entraîné l’interdiction d’alimenter les animaux d’élevage avec des protéines animales. Cependant, cette pratique sera à nouveau autorisée en Suisse pour les porcs et les poulets, sous des conditions très strictes. Dans les pays de l’Union européenne, l’interdiction a été levée en 2021.

Lire aussi  1 mort, plusieurs passagers transportés à l'hôpital après un accident de voiture à Layton

Dans les années 90, les bovins avaient été infectés en consommant des farines animales contenant des prions (protéines pathogènes) et avaient contracté l’ESB classique, la forme la plus connue de cette maladie infectieuse. Elle peut provoquer chez l’homme la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Afficher les commentaires
#Deux #cas #vache #folle #détectés #pas #dinquiétude #dit #lOSAV
2023-09-27 17:18:07

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Accès bloqué

Accès bloqué Incapable d’accéder meioemensagem.com.br Pourquoi ai-je été bloqué ? Le site Internet est protégé par un service de sécurité en ligne qui le protège

ADVERTISEMENT