Nouvelles Du Monde

Des dizaines de personnes auraient été tuées dans une frappe israélienne sur Rafah

Des dizaines de personnes auraient été tuées dans une frappe israélienne sur Rafah

Thomas Mackintosh,David Gritten

Guerre à Gaza : une vidéo montre la dévastation dans un camp de Palestiniens déplacés après une frappe israélienne

Au moins 45 personnes ont été tuées, dont des femmes et des enfants, lors d’une frappe aérienne israélienne contre un camp de Palestiniens déplacés dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, a déclaré le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Des vidéos de la scène dans la région de Tal al-Sultan dimanche soir ont montré une grande explosion et d’intenses incendies.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont déclaré avoir tué deux « terroristes de haut rang du Hamas » et qu’elles « enquêtaient sur les circonstances de la mort de civils dans la région ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié cela de « tragédie ».

Getty Bâtiments et personnes endommagés à Rafah, GazaGetty

L’armée israélienne a déclaré qu’elle ciblait de hauts responsables du Hamas mais qu’elle examinerait les pertes civiles.

Quelques heures plus tôt, le Hamas avait tiré huit roquettes depuis Rafah vers Tel Aviv – les premières attaques à longue portée contre la ville du centre d’Israël depuis janvier.

Quelque 800 000 personnes ont fui Rafah depuis le début d’une opération terrestre israélienne il y a trois semaines, mais on pense que des centaines de milliers d’entre elles y trouvent toujours refuge.

Par ailleurs, lundi, l’armée égyptienne a déclaré qu’elle enquêtait sur une fusillade près de la frontière avec Gaza, juste au sud de Rafah, au cours de laquelle un membre des forces de sécurité égyptiennes a été tué.

L’armée israélienne, dont les forces ont pris le contrôle du côté gazaoui du poste frontière de Rafah, a déclaré qu’elle discutait d’un incident de tir avec les autorités égyptiennes.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que la frappe aérienne de dimanche était ciblée tentes pour personnes déplacées près d’une installation de l’ONU à Tal al-Sultanà environ 2 km (1,2 miles) au nord-ouest du centre de Rafah.

Des images graphiques montraient un certain nombre de structures en feu à côté d’une banderole indiquant « Camp de la paix koweïtien ‘1’ », ainsi que les premiers intervenants et les passants transportant plusieurs corps.

“Nous étions assis à la porte de la maison en toute sécurité. Soudain, nous avons entendu le bruit d’un missile”, a déclaré un témoin, Fadi Dukhan, à l’agence de presse Reuters.

Lire aussi  Anette Hoff (62 ans) tombe en panne sur TV 2 – voici la raison déchirante : "Énorme choc"

“Nous avons couru et avons trouvé la rue couverte de fumée”, a-t-il déclaré, ajoutant que lui et d’autres avaient vu une fille et un jeune homme qui avaient été tués par l’explosion.

Abed Mohammed al Attar a déclaré que son frère et sa belle-sœur avaient été tués, laissant leurs enfants orphelins.

“Le [Israeli] l’armée est un menteur. Il n’y a pas de sécurité à Gaza. Il n’y a aucune sécurité, ni pour un enfant, ni pour un homme âgé, ni pour une femme », a-t-il déclaré.

L’armée israélienne a déclaré lundi après-midi dans un communiqué que l’avocat général militaire d’Israël, Yifat Tomer-Yerushalmi – chargé de veiller à ce que l’armée agisse conformément à la loi – avait ordonné une enquête sur l’incident.

Des avions de l’armée de l’air israélienne (IAF) ont « mené dimanche une frappe basée sur les renseignements dans la région de Rafah contre d’importantes cibles terroristes dans la région de Rafah », a-t-il indiqué.

L’armée israélienne les a identifiés comme étant Yassin Rabia, le chef d’état-major des combattants du groupe armé en Cisjordanie occupée, et Khaled Nagar, un autre haut responsable de la Cisjordanie, qu’elle accuse d’avoir dirigé et mené des attaques meurtrières contre des soldats israéliens et civils.

“Avant la frappe, un certain nombre de mesures ont été prises pour réduire le risque de blesser des civils non impliqués pendant la frappe, notamment la mise en place d’une surveillance aérienne, le déploiement de munitions précises par l’IAF et des informations supplémentaires”, ajoute le communiqué.

« Sur la base de ces mesures, il a été estimé qu’il n’y aurait aucun préjudice attendu pour les civils non impliqués… L’armée israélienne regrette tout préjudice causé aux civils non impliqués pendant les combats. »

Le porte-parole du gouvernement israélien, Avi Hyman, a déclaré à la BBC : « Il ressort des premiers rapports qu’un incendie s’est déclaré d’une manière ou d’une autre, et cela a malheureusement coûté la vie à d’autres. »

Dans un discours lundi matinle général de division Tomer-Yerushalmi a qualifié l’incident de Rafah de « très difficile ».

Reuters L'incendie fait rage dans une zone désignée pour les Palestiniens déplacés à Gaza, le 26 mai Reuters

L’incendie fait rage dimanche dans une zone désignée pour les Palestiniens déplacés dans la région de Rafah.

Le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, a déclaré lundi après-midi qu’au moins 45 personnes, dont 23 femmes, enfants et personnes âgées, avaient été tuées lors de l’attaque contre le camp.

Lire aussi  Le président Poutine sera tué, la Russie et les États-Unis sont au bord de la guerre ouverte

Un haut responsable de l’agence de défense civile du Hamas à Gaza, Mohammad al-Mughayyir, a déclaré à l’AFP que les secouristes de l’agence avaient vu « des corps calcinés et des membres démembrés », ainsi que « des cas d’amputations, des enfants, des femmes et des personnes âgées blessés ». ».

Médecins Sans Frontières a déclaré dans la nuit que 15 corps et des dizaines de blessés avaient été transportés vers un point de stabilisation des traumatismes soutenu par l’association..

« Nous sommes horrifiés par cet événement meurtrier, qui montre une fois de plus que nulle part n’est sûr. Nous continuons d’appeler à un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza », a ajouté MSF.

Une porte-parole de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, Unrwa – la plus grande organisation humanitaire à Gaza – a déclaré qu’il avait été très difficile de communiquer avec ses équipes sur le terrain à Rafah.

« Mais ce que nous savons, c’est qu’un incident grave s’est produit tout près de l’un des plus grands bâtiments de l’Unrwa, au nord-ouest de Rafah. Nous parlons de dizaines de personnes qui ont été tuées et de nombreux autres blessés”, a déclaré Juliette Touma à la BBC.

« Aucun endroit n’est sûr à Gaza. Personne n’est en sécurité, y compris les travailleurs humanitaires.

Le chef du bureau de presse du gouvernement du Hamas, Ismail al-Thawabta, a déclaré que le camp était à l’écart des récentes actions militaires et que Tsahal avait « appelé les citoyens et les personnes déplacées à se rendre dans ces zones sûres ».

Cependant, Tsahal a déclaré : « La frappe n’a pas eu lieu dans la zone humanitaire d’al-Mawasi, vers laquelle Tsahal a encouragé les civils à évacuer ».

Le président français Emmanuel Macron s’est dit “indigné” par ce qui s’est passé.

“Ces opérations doivent cesser”, a-t-il posté sur X, anciennement Twitter. “J’appelle au plein respect du droit international et à un cessez-le-feu immédiat.”

Le Qatar a par ailleurs averti que cette frappe pourrait compliquer ses efforts de médiation pour parvenir à un accord de cessez-le-feu et de libération des otages.

Getty Images Des Israéliens se mettent à couvert lors de tirs de roquettes près d'Herzliya, le 26 mai.Getty Images

Les Israéliens se mettent à l’abri dimanche lors de tirs de roquettes près d’Herzliya

Quelques heures avant l’attaque de dimanche, les sirènes des raids aériens ont retenti autour de Tel Aviv alors que le centre d’Israël était attaqué par des roquettes du Hamas tirées depuis le sud-est de Rafah.

Lire aussi  Victoire de Häcken contre le Brommapojkarna après un début de rêve

Les huit roquettes ont été pour la plupart interceptées par des systèmes de défense aérienne ou sont tombées dans des champs. Une maison a été endommagée au nord de Tel Aviv.

Le barrage a mis en évidence la menace que le Hamas représente toujours pour la population à travers Israël, même si aucun blessé n’a été signalé.

Cela illustre également les défis auxquels Tsahal est confronté alors qu’elle s’enfonce davantage dans le sud de Gaza pour évincer le Hamas de ce qu’elle appelle son « dernier bastion majeur ».

La branche militaire du Hamas a déclaré avoir agi en réponse au « massacre de civils ».

Les opérations militaires israéliennes se sont poursuivies à Rafah malgré un arrêt rendu vendredi par la Cour internationale de Justice (CIJ).

La plus haute juridiction de l’ONU a déclaré que « conformément à ses obligations au titre de la Convention sur le génocide, Israël doit immédiatement mettre fin à son offensive militaire et à toute autre action dans le gouvernorat de Rafah, qui pourrait imposer au groupe palestinien de Gaza des conditions de vie qui pourraient entraîner sa destruction physique en tout ou en partie ».

Les responsables israéliens ont déclaré ce week-end que cette formulation n’excluait pas toute action militaire. “Israël n’a pas mené et ne mènera pas d’opérations militaires dans la région de Rafah qui créent des conditions de vie susceptibles de provoquer la destruction de la population civile palestinienne, en tout ou en partie”, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale, Tzachi Hanegbi, dans un communiqué.

Environ 1,5 million de personnes avaient trouvé refuge à Rafah avant le 6 mai, lorsqu’Israël a lancé ce qu’il a appelé des opérations terrestres « ciblées » dans les zones orientales de la ville pour détruire les derniers bataillons du Hamas et sauver les otages qui, selon lui, y sont détenus.

L’ONU estime que plus de 800 000 personnes ont fui en réponse aux ordres de l’armée israélienne d’évacuer vers une « zone humanitaire élargie » s’étendant d’al-Mawasi, juste au nord-ouest de Rafah, jusqu’à la ville méridionale de Khan Younis et la ville centrale. de Deir al-Balah.

Israël a lancé une campagne militaire à Gaza pour détruire le Hamas en réponse à l’attaque transfrontalière du groupe contre le sud d’Israël le 7 octobre, au cours de laquelle environ 1 200 personnes ont été tuées et 252 autres prises en otage.

Depuis lors, au moins 36 050 personnes ont été tuées à Gaza, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT