Nouvelles Du Monde

Défauts de freins, ceintures de sécurité défectueuses, portes cassées – les allégations portées contre un grand opérateur de bus – The Irish Times

Défauts de freins, ceintures de sécurité défectueuses, portes cassées – les allégations portées contre un grand opérateur de bus – The Irish Times

Nico Holloway est arrivé en Irlande en septembre 2023 pour conduire pour Citi Bus Limited, qui exerce ses activités sous le nom de Dublin Coach mais est mieux connu sous le nom de « The Big Green Bus », les mots inscrits sur sa livrée verte distinctive.

Quelques mois plus tard, il avait été licencié pour ce que la compagnie de bus qualifiait de « performance insatisfaisante au cours de son travail. [his] période de probation”.

Cependant, selon les documents soumis par M. Holloway à la Commission des relations sur le lieu de travail, que l’Irish Times a consultés, il allègue qu’il y avait une autre raison pour son licenciement.

M. Holloway affirme qu’il a en fait été licencié pour avoir soulevé la question des « véhicules gravement dangereux et défectueux » dans la flotte de l’entreprise, et qu’en outre, l’entreprise a tenté de « l’expulser activement » pour l’empêcher d’exprimer ces problèmes de sécurité.

Son cas a été porté devant la WRC mardi. L’avocat de M. Holloway a déclaré à la commission que les allégations de son client contre l’opérateur d’autocars privés étaient « très graves » et relevaient d’une « grave importance publique ». Le WRC a appris qu’il avait récupéré des photos et des séquences vidéo montrant des défauts présumés des véhicules.

Selon les observations de M. Holloway au WRC, certains des bus de la flotte souffrent de problèmes de sécurité importants, allant de problèmes d’essuie-glaces et de ceintures de sécurité à des portes et boîtes de vitesses défectueuses.

M. Holloway a repris l’entreprise et est devenu lanceur d’alerte, déposant des plaintes en vertu de la Protected Disclosures Act 2014 et de la législation protégeant les employés.

Dublin Coach compte plus de 50 chauffeurs qui exploitent des dizaines de bus sur plus de sept routes interurbaines majeures à travers le pays. Beaucoup d’entre eux proposent des services 24 heures sur 24, y compris un service régulier depuis l’aéroport de Dublin.

Selon les observations de M. Holloway au WRC, certains des bus de la flotte souffrent de problèmes de sécurité importants, allant de problèmes d’essuie-glaces et de ceintures de sécurité à des portes et boîtes de vitesses défectueuses.

Lire aussi  Gérone doit quadrupler les points de recharge pour les voitures électriques jusqu'en 2025

Dans sa plainte WRC, il affirme que « tous ces problèmes ont été documentés dans les carnets de bord des véhicules », dans lesquels les conducteurs sont tenus de noter tout défaut du bus à la fin de leur quart de travail.

Il n’était pas le seul à constater les défauts, affirme-t-il. Ces «carnets de bord ont montré que les mêmes plaintes étaient régulièrement déposées par les conducteurs concernant des véhicules gravement dangereux et défectueux», indique le dossier.

Ses observations au WRC comprennent un certain nombre de pièces à conviction qui montrent la nature des dommages allégués. Certains de ces problèmes sont mineurs, comme des toilettes défectueuses ou des climatiseurs bloqués par le froid, mais d’autres présentent des problèmes plus importants.

Une photographie, par exemple, montre un extincteur non entretenu, tandis que des photos des carnets de bord des véhicules montrent que les conducteurs ont remarqué à plusieurs reprises des extincteurs obsolètes.

D’autres formulaires montrent des conducteurs notant que leur bus avait un certain nombre de voyants d’avertissement clignotant sur le tableau de bord.

Une autre série de défauts enregistrés concerne les ralentisseurs du bus, une sorte de système de freinage secondaire. Une entrée du journal indique que « les ralentisseurs s’activent pendant la conduite et ralentissent le bus », tandis qu’une autre entrée montre un conducteur enregistrant que « le ralentisseur ne fonctionne pas ».

Les pièces à conviction dans les observations font également état d’un certain nombre de cas de pare-brise de bus fissurés et de tendeurs de ceinture de sécurité du conducteur ne fonctionnant pas, tandis qu’il y a des références dans d’autres cas à l’absence du rétroviseur d’angle mort, au régulateur de vitesse qui ne fonctionnait pas et à la suspension avant. sur un bus étant « en mauvais état ».

Il y a plusieurs références dans les journaux de bord à la porte d’entrée de certains bus qui ne fonctionne pas, tandis qu’une entrée du journal note : « Porte centrale défectueuse, compromettant en cas d’urgence ».

Lire aussi  Van Aert et Van Empelová ont remporté la première du cyclocross à Dublin

Une photographie jointe aux documents soumis montre la porte passager avant d’un bus fermée de l’intérieur avec une solution de fortune : du ruban adhésif d’urgence rouge et blanc enroulé autour du bras de la porte et noué autour de la rampe métallique de l’escalier menant au sommet. pont.

Il y a également des références à des erreurs sur le tachygraphe de certains bus, qui enregistre le temps passé par les conducteurs à conduire et à se reposer, ainsi qu’à capturer des données sur le véhicule, tandis qu’un autre formulaire de défaut de véhicule mentionne que le compteur de vitesse d’un bus est défectueux.

Une autre photo montre de la fumée s’échappant du dessous du châssis, au-dessus des roues arrière, alors qu’il tourne au ralenti dans une aire de stationnement.

Selon les documents déposés par M. Holloway, il a soulevé ces questions à plusieurs reprises.

Selon les avocats de MR Holloway, la société « considérait [Holloway]le statut de résident comme moyen de contrôle » et, après avoir mis fin à son emploi, il « a tenté d’expulser activement [Holloway]’

En novembre 2023, il a signalé des problèmes avec le moteur d’un véhicule. En décembre, il a signalé que les portes d’un bus fonctionnaient mal, qu’il y avait des problèmes avec les phares antibrouillard, ainsi qu’avec le volant, les essuie-glaces, les rétroviseurs, les ceintures de sécurité et la boîte de vitesses, entre autres.

M. Holloway déclare dans les documents que « la société n’a pris aucune mesure corrective pour remédier à ces véhicules défectueux très graves qui transportaient des passagers ».

Il a été limogé par Citi Bus le 5 janvier 2024, par voie de lettre. Il dit avoir également été approché « à la cantine de l’entreprise et conseillé [the company] allaient l’emmener à l’aéroport, où il avait été réservé sur un vol pour retourner en Afrique du Sud ».

Lire aussi  Les téléspectateurs de RTE sont divisés alors que Bambie Thug interprète une nouvelle version lente de la chanson de l'Eurovision sur Late Late Show

Selon les avocats de M. Holloway, la société « considérait [Holloway]le statut de résident comme moyen de contrôle » et, après avoir mis fin à son emploi, il « a tenté d’expulser activement [Holloway] pour atténuer ses inquiétudes » concernant la sécurité des bus.

Dans ses observations devant le WRC, il fait valoir qu’il a été « placé dans une position vulnérable en raison de sa nationalité où il a été amené dans un pays étranger et isolé et traité d’une manière telle qu’on pouvait s’attendre à ce qu’il accepte un traitement inférieur aux normes ».

Holloway n’est pas le seul conducteur à avoir soulevé des problèmes de sécurité avec les bus de l’entreprise. Un autre chauffeur, Lukas Badenhorst, conteste également son licenciement et a fait état de problèmes de santé et de sécurité similaires liés à l’état des bus. Dans une correspondance consultée par The Irish Times, la société insiste sur le fait que l’emploi de M. Badenhorst a été dûment licencié. Cette affaire n’est pas devant le WRC.

Lors de l’audition du cas de M. Holloway au WRC cette semaine, l’équipe juridique de Citi Bus Limited a demandé un ajournement.

Des Ryan BL, mandaté par Dawson O’Toole Solicitors, a déclaré que certains éléments justificatifs de la réclamation de M. Holloway étaient arrivés en retard et que l’équipe juridique de la société n’avait pas eu le temps d’examiner les éléments et de prendre des instructions. Le matériel supplémentaire comprenait « des séquences vidéo, des photographies et 13 soi-disant notifications de défauts concernant des véhicules », selon M. Ryan.

L’arbitre David James Murphy a accordé l’ajournement pour donner aux parties le temps de présenter d’autres arguments.

L’Irish Times a envoyé la semaine dernière une liste détaillée de questions à l’entreprise concernant les allégations soulevées par Holloway. L’entreprise a reçu l’e-mail mais a refusé de commenter.

2024-05-18 09:02:18
1716087857


#Défauts #freins #ceintures #sécurité #défectueuses #portes #cassées #les #allégations #portées #contre #grand #opérateur #bus #Irish #Times

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Un F16 s’est écrasé à Halkidiki, le pilote est sain et sauf

F-16 ©Eurokinissi ” )+(“arrêter\”> “).length); //déboguer contenttts2=document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.substring( 0, document.querySelector(“.entry-content.single-post-content “).innerHTML.indexOf( “” )); contenttts2=contenttts2.substring(contenttts2.indexOf( “fa-stop\”> ” )+(“arrêter\”> “).length);

ADVERTISEMENT