Nouvelles Du Monde

Cienciaes.com : Exoplanète en vue. Nous avons parlé avec María Rosa Zapatero Osorio.

2015-06-18 10:44:35

Cette année marque le vingtième anniversaire de la découverte de la première planète hors du système solaire qui tourne autour d’une étoile similaire au Soleil et il n’y a rien de mieux que de le célébrer en présentant une exoplante. Ce moment historique s’est produit en 1995 et a été publié cette année-là dans Nature par les chercheurs Michel Mayor et Didier Queloz de l’observatoire de Genève. En réalité, ce n’est pas la première planète extrasolaire découverte ; le mérite revient à l’astronome polonais Alexander Wolszczan qui, avec le canadien Dale Frail, a publié en 1992 la découverte de deux planètes en orbite autour du pulsar. RPS B1257+12, c’est-à-dire une étoile à neutrons qui tourne très rapidement.

Cependant, une étoile à neutrons est un objet cosmique très différent de notre étoile bien-aimée. Le mérite de Mayor et Queloz a été de découvrir une planète autour de l’étoile 51 Pegasi qui ressemble beaucoup au Soleil, une découverte qui a ouvert devant nous la possibilité d’étudier des systèmes planétaires comme le nôtre, capables peut-être d’héberger des planètes dans des conditions durables. vie. C’est la raison pour laquelle les planètes découvertes par Wolszczan et Frail ont été « éclipsées », dans les médias, trois ans plus tard par la planète 51 Pegasi b.

Lire aussi  Les aurores boréales en Espagne laissent un spectacle en photos et vidéos

Aujourd’hui, 20 ans plus tard, le nombre de planètes extrasolaires découvertes s’est multiplié de manière extraordinaire. Leur nombre approche les 2 000 et augmente à un rythme rapide. Les méthodes de détection et les instruments d’observation ont également été améliorés. La planète 51 Pegasi-b a été détectée par une méthode indirecte, c’est-à-dire en étudiant les variations qu’elle provoquait dans le mouvement de son étoile. C’est comme déduire l’existence de la Lune sans la voir, simplement en étudiant l’oscillation que son attraction gravitationnelle provoque dans le mouvement de la Terre lorsque les deux corps gravitent autour d’un centre commun. Plus tard, on a découvert une autre méthode, également indirecte, basée sur l’assombrissement qu’une planète provoque à la lumière de l’étoile lorsqu’elle passe devant elle, l’éclipsant, même si ce n’est que partiellement.

Ces méthodes de détection indirecte sont complétées par une autre qui est aujourd’hui protagoniste du programme : la détection directe. C’est une chose de déduire la présence d’une planète extrasolaire sans la voir et une autre de pouvoir l’observer directement. C’est cette dernière possibilité qui nous a permis de découvrir la planète VHS 1256b présenté aujourd’hui par notre invitée Maria Rosa Zapatero Osorio, scientifique du SCCI au Centre d’Astrobiologie.

Lire aussi  Ils vont modifier génétiquement la capucette pour la rendre plus grosse pour son élevage

La planète en question a une taille remarquable, elle est 11 fois plus massive que Jupiter, elle orbite à deux fois la distance qui sépare Pluton du Soleil, autour d’une étoile plus petite et plus jeune qui se trouve à 40 années-lumière de nous.

L’image de toute planète extrasolaire, pour l’instant, n’est rien d’autre qu’un point plus ou moins faible proche de celui de son étoile brillante, rien qui ne ressemble aux illustrations artistiques que nous fournissent habituellement les médias (nous nous incluons parmi eux) dont la fonction est n’est autre que d’aider à la diffusion des découvertes. Les images de droite illustrent bien la situation, tout d’abord nous proposons l’image réelle du VHS 1256b et, ci-dessous, l’interprétation artistique de la planète.

A pesar de las dificultades de observación, el hecho de haber obtenido una imagen directa implica que se ha logrado captar la luz del planeta, ya sea visible o infrarroja, y la luz transporta consigo una enorme cantidad de información que puede ser extraída e interpretada por les scientifiques. La lumière, et le rayonnement électromagnétique en général, sont générés dans les atomes et y laissent la signature de leur existence imprimée. Ainsi, l’analyse de la lumière captée par la planète VHS 1256b a permis de déterminer avec une approximation enviable la taille, la température, le mouvement et la composition chimique de la planète.

Lire aussi  Selon Qualcomm, la technologie eSIM prendra fin avant qu'elle ne décolle vraiment. Les prochaines années devraient clairement appartenir à iSIM - MobilMania.cz

María Rosa Zapatero Osorio nous invite à découvrir les différents aspects de cette découverte et présente l’état actuel des recherches sur les systèmes planétaires autres que le nôtre. María Rosa nous raconte les étapes précédentes de la recherche qui a conduit à l’observation et à la détection de la planète VHS 1256b et les projets qui contribueront à l’avenir à une compréhension plus détaillée de ce système et d’autres systèmes planétaires qui abondent dans la Voie Lactée.

LES RÉFÉRENCES

Découverte d’un jeune compagnon de masse planétaire du nain M voisin VHS J125601.92{125723.9, B. Gauza, VJS Béjar, A. Pérez-Garrido, MR Zapatero Osorio, N. Lodieu, R. Rebolo, E. Pallé, G. Nowak. Le Journal d’Astrophysique, 804, 2, 96 (2015).

Un superjupiter en vue

Un système planétaire autour du pulsar milliseconde PSR1257, A. Wolszczan et DA Frail. Nature 355, 145-147 (9 janvier 1992) ; est ce que je:10.1038/355145a0

Un compagnon de masse Jupiter pour une étoile de type solaire, Michel Maire & Didier Queloz. Nature 378, 355-359 (23 novembre 1995) ; est ce que je:10.1038/378355a0



#Cienciaes.com #Exoplanète #vue #Nous #avons #parlé #avec #María #Rosa #Zapatero #Osorio
1717015702

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT