Selon les auteurs de la lettre, le comportement de Balog a jeté le discrédit sur l’Église et entraîné la discorde et la division au sein de sa communauté.

Le scandale de la grâce de Katalin Novak

Même dans les rangs des partis au pouvoir, le fait que la présidente Katalin Novák ait gracié l’une des personnes impliquées dans l’affaire pédophile du foyer pour enfants de Bicske, Endre K., a provoqué un tollé important. Katalin Novák et la ministre de la Justice Judit Varga sont également tombées dans le scandale. Vous pouvez suivre les derniers développements de l’affaire dans notre série d’articles.

“Par les actions de Mgr Balog, l’Église est intervenue dans le fonctionnement de l’État lorsqu’il a accordé la grâce à Endre K. comme évêque et président du synode”, ont écrit dix intellectuels réformés dans une lettre ouverte adressée aux représentants du synode. , qui a été publié par le Je te regardelivré à

“Les actions de Mgr Balog sont l’incarnation d’interférences et d’enchevêtrements malsains entre l’État et l’Église. Mgr Zoltán Balog incarne en une seule personne la vulnérabilité politique de notre Église. Il a obtenu sa position grâce à son pouvoir mondain et à la promesse d’avantages matériels, devenant ainsi un symbole du matérialisme dans notre église. Surtout depuis le début de l’affaire de grâce, nous avons honte chaque jour d’être membres de l’Église qu’il dirige”, ajoutent-ils dans la lettre, dans laquelle ils demandent aux représentants synodaux de “nous ôter cette honte” en dépouillant Balog de sa fonction épiscopale.

Lire aussi  "Emmanuel Macron exhorte l'Europe à ne pas suivre Washington ni Pékin sur la question taïwanaise", suscitant des réactions controversées de part et d'autre de l'Atlantique. Le président français a plaidé pour "l'autonomie stratégique" de l'Union européenne mais a été critiqué pour sa "mollesse" envers Pékin et son "signal" aux Chinois. Certains estiment que sa position affaiblit la dissuasion contre l'agression chinoise tandis que d'autres le soutiennent dans sa réclamation de l'indépendance et de la souveraineté européennes.

Comme ils l’écrivent, ils “exigent” le remplacement de Balog, dont “le comportement a donné une mauvaise réputation à l’Église, a provoqué la discorde, la division de la communauté et son comportement a provoqué le scandale”. Tribunal synodal.

“Tout le monde continue de danser sous les sifflets de Mgr Balog alors que c’est le chaos complet. (…) L’affaire Balog, si les acteurs concernés ne se réveillent pas, restera parmi nous pendant des années”, indique la lettre ouverte.

La session de printemps du Synode de l’Église réformée de Hongrie aura lieu les 24 et 25 avril. des journées sont organisées. Un nouveau président du synode sera élu après la démission de Balog de ce poste, mais sa compétence épiscopale ne fait pas partie des sujets prévus.

Zoltán Balog : j’ai démissionné de la présidence pastorale du Synode

“J’ai commis une grave erreur politique, mais dans une affaire de grâce. J’ai demandé grâce. Je voulais la pitié de quelqu’un. Et si c’est pour cela que je dois partir maintenant, ne pensez pas que ce sera la solution”, a-t-il déclaré dans son discours de démission. En même temps, Balog reste évêque et pasteur sur cette base.

Comme hvg.hu l’a également rapporté, le lendemain de l’annonce de la démission de Katalin Novák Direct36 est dans Télex avec l’information selon laquelle, selon des sources gouvernementales et présidentielles, Zoltán Balog, qui entretenait de bonnes relations avec Katalin Novák et faisait également partie de son conseil consultatif, est à l’origine de la demande de grâce de K. Endre. Selon des sources journalistiques, lorsque l’entourage du Premier ministre a demandé des comptes à Balog, le chef de l’Église réformée s’est défendu en affirmant que ce n’était pas sa seule décision, mais que plusieurs personnes au sein de la direction de l’Église réformée voulaient s’assurer qu’Endre K ., qui avait de bons liens familiaux réformés, recevrait une grâce.

Balog a admis qu’il était au milieu du cas de K. Endre, mais il n’a pas immédiatement démissionné de la présidence du Synode de l’Église réformée hongroise, en fait, après une réunion diacre-tuteur, il a rapporté que 86 pour cent des personnes présentes a voté pour qu’il reste. En raison de l’énorme indignation au sein de l’Église, il a annoncé quelques jours plus tard qu’il quittait le conseil d’administration.

Lire aussi  Arvid sjødin, Sandnes | Arvid Sjødin a acheté une maison individuelle : - J'ai été impliqué dans une affaire de meurtre à Sandnes lors de l'appel d'offres

Zoltán Balog peut sacrifier la présidence du synode pour rester évêque

Zoltán Balog, expliquant le scandale de la grâce, visite Canossa dans son quartier paroissial. La semaine dernière, il a tenu plusieurs réunions à huis clos avec des pasteurs réformés. L’ancien ministre a échoué en tant que président du synode en raison du scandale de la grâce, même si l’acceptation de sa démission est toujours en attente. Il tente désormais de sauver son évêché, tandis que la question est de savoir quelle influence il pourra conserver, car la préservation de son soutien politique peut également être en cause.

Après sa démission de son poste de président du Synode, il a commencé à visiter les communautés de son district ecclésial, visitant un à un les diocèses appartenant à son district ecclésial. Au début, il semblait que son objectif était de revenir à la présidence du synode, mais plus tard nos sources ont rapporté qu’il se battait pour conserver son évêché. Fin mars, dans une lettre particulièrement dure, 24 intellectuels réformés ont demandé à Balog de démissionner de son poste d’évêque de Dunamellek.

Lundi, nous avons écrit sur Zoltán Balog qui essayait non seulement d’aider Endre K. L’évêque en a parlé en mars dernier lors d’une conférence des pasteurs généraux et des tuteurs.

{{#isHVG360Article}}

{{/isHVG360Article}}

{{légende}}