Nouvelles Du Monde

Chasseurs – La Terre Aride

Chasseurs – La Terre Aride

2024-06-03 10:00:25

(c) Sam Porter

Dans les quatre années difficiles, épuisantes et bouleversantes qui se sont écoulées depuis la sortie de « Mandala Of Fear ». Chasseurs toujours dans la structure du groupe. Entre autres choses, les maladies chroniques ont provoqué des états d’urgence répétés. Dans une alliance amicale, ils ont riposté personnellement et de manière créative pour élargir le son extrême déjà complexe entre post et prog, psych et Americana. Pour la première fois, la chanteuse Aimee Bueno-Knipe était entièrement impliquée dans le processus de création d’un album, et c’est ce qui s’est passé “La Terre Aride” a porté ses fruits de manière audible.

La tracklist et la durée de lecture nettement plus compactes sont immédiatement perceptibles. Au lieu d’être complètement dépassée, la formation américaine apparaît désormais plus concentrée et précise, comme le démontrent de manière très impressionnante des perles comme le dernier « The Herbsight ». Chant polyphonique, atmosphère mystique et menaçante et lourdeur plombée au milieu de douces mélodies peignent une atmosphère très étrange et fascinante. Des swings répétés à toutes sortes d’extrêmes, un climax proggy et anthémique ainsi que des grognements méchants pour accompagner la résolution explosive font du bien et créent de véritables montagnes russes d’émotions.

Lire aussi  Diffusez son nouvel album en entier

Vous êtes rapidement entraîné dans ce maelström, même s’il est beaucoup plus impétueux et brutal. « In Time, All Things », par exemple, passe immédiatement à l’overdrive, jouant du post black metal et du Borknagar avant qu’un break folky remette tout au début. Oui, c’est en fait le même groupe qui aspire désormais à une lourdeur majestueuse et à des solos classiques, même si le prochain abîme n’est jamais trop loin et laisse présager une finale en colère correspondante. « Cruelly Dawns », quant à lui, inclut des guitares black metal glaciales, mais les réinterprète musicalement autant que possible sans aucune distorsion majeure. Des attaques explosives vives, du rock psychédélique, des harmonies mordantes et une post-explosion folle au climax font l’affaire.

L’accablement reste un moyen de réussite, même s’il est beaucoup moins utilisé. La présentation toujours aussi étonnante, quoique plus délicate, de « The Dry Land » révèle un gros plus en termes de valeur divertissante. Les chasseurs continuent de faire tourner leurs roues complètement, même si la concentration sur l’essentiel leur convient bien. Beaucoup plus de folk et de psyché soulignent le penchant Americana, tandis que les extrêmes proggy semblent distants mais jamais épuisants. Les chasseurs vont certainement dans le bon sens et sont doublement, voire triplement excités pour le prochain chapitre, espérons-le, plus sain.

Lire aussi  Alexandra Lencastre accusée d'avoir abandonné deux chiens - Ferver

Note : 8/10

Disponible à partir du : 7 juin 2024
Disponible via : Dossiers prothétiques (Cargo Records)

Site web: huntsmendoom.com
Facebook: www.facebook.com/HuntsmenBand

Mots clés: americana, métal extrême, chasseurs, post metal, métal progressif, rock psychédélique, revue, boue, la terre ferme

Catégorie: Magazine, Critiques



#Chasseurs #Terre #Aride
1718975064

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT