Nouvelles Du Monde

C’est pourquoi l’AfD de Hesse ne veut pas être un cas suspect

C’est pourquoi l’AfD de Hesse ne veut pas être un cas suspect

2023-12-04 09:38:16

DL’AfD de Hesse continue de se défendre juridiquement contre sa classification comme cas suspect pour l’Office pour la protection de la Constitution de Hesse. Elle a interjeté appel contre une décision correspondante du tribunal administratif de Wiesbaden du 14 novembre dans le cadre d’une procédure accélérée. La partie et le tribunal le confirment.

Le tribunal administratif de Hesse (VGH) de Kassel pouvait soit rejeter la plainte, soit l’accepter et annuler la décision du tribunal administratif. Au niveau fédéral, l’AfD est déjà classée et surveillée par l’Office fédéral de la protection de la Constitution comme cas présumé d’extrême droite.

Juge : l’AfD veut provoquer la haine ou l’envie

Le tribunal administratif de Wiesbaden a expliqué dans sa décision (6 L 1166/22.WI) que l’AfD de Hesse voulait provoquer la haine ou l’envie chez les auditeurs avec « des noms humiliants ou des comparaisons inappropriées et intenables ». Cela pourrait ouvrir la voie à des « comportements non pacifiques », notamment à l’encontre des réfugiés et des musulmans. L’AfD, qui est devenue la deuxième force lors des élections du Land de Hesse le 8 octobre avec 18,4 pour cent des voix, s’éloigne de la liberté d’expression protégée par la Constitution.

Lire aussi  ARD Talk : Caren Miosga veut également parler aux politiciens de l'AfD dans son émission

Les porte-parole de l’AfD, Robert Lambrou et Andreas Lichert, s’y opposent : « Dans une démocratie, l’échec politique manifeste dans de nombreux domaines, et pas seulement dans la politique migratoire, doit pouvoir être critiqué. » Il s’agit ici de décisions politiques concrètes. L’AfD ne dépasse pas les limites de la liberté d’expression dans ses critiques. “Les éventuels déraillements individuels ne sont pas représentatifs du parti”, ajoutent Lambrou et Lichert.

Selon un expert, l’AfD apparaît différemment en Hesse que dans certains autres pays. “Il existe des différences stratégiques notables entre l’AfD dans les différents Länder”, a déclaré Dorothée de Nève, politologue à Giessen, à l’agence de presse allemande. “Contrairement à la Bavière, l’AfD s’est montrée moins criarde et moins bruyante lors de la campagne électorale en Hesse”, a-t-elle ajouté, faisant référence aux élections régionales du 8 octobre, où les populistes de droite sont devenus la deuxième force. Par exemple, le chef de l’AfD de Thuringe, Björn Höcke, que l’Office fédéral pour la protection de la Constitution qualifie d’extrémiste de droite, n’est pas apparu en Hesse.

Selon ses propres mots, Lambrou est « peu connue du grand public. Le parti n’a pas été élu en raison de ses travaux antérieurs au parlement du Land de Hesse. Au contraire, il a bénéficié d’une tendance nationale de soutien croissant aux populistes de droite. » De Nève a prévenu qu’il ne faut pas oublier que l’AfD a été fondée il y a dix ans en Hesse : « Il existe certainement un potentiel de soutien pour ce parti dans la politique de l’État de Hesse. , en particulier dans les régions où d’autres partis d’extrême droite – comme le NPD – avaient déjà réussi.»

Le Lambrou en « feuille de vigne »

Selon le politologue Sascha Schmidt du « Réseau de conseils Hesse – Ensemble pour la démocratie et contre l’extrémisme de droite », il existe certainement des associations étatiques AfD plus radicales à l’Est. “Mais les Hessois se sont radicalisés ces dernières années”, a ajouté Schmidt. D’anciens militants de « l’aile » de l’AfD dissoute en 2020 occupent des postes de direction au sein du parti hessois et « façonnent son orientation ». Le chef du groupe parlementaire Lambrou, en revanche, rassemble depuis longtemps des courants qui divisent et apparaît dans les médias comme un « soi-disant modéré, une feuille de vigne pour le parti ».

L’AfD de Hesse a souligné qu’elle était démocratique et a rappelé qu’elle avait obtenu 18,4 pour cent des voix aux élections régionales, soit plus que le SPD ou les Verts. Lambrou avait déjà confirmé il y a quelques semaines que les parlementaires de l’AfD avaient une attitude « bourgeoise, conservatrice et libérale ». Un porte-parole du groupe parlementaire de l’AfD s’attend à une attitude plus confiante au sein du nouveau parlement du Land, « mais sans que la culture du débat change beaucoup ».



#Cest #pourquoi #lAfD #Hesse #veut #pas #être #cas #suspect
1701672207

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Qui participe, comment les médias vont-ils évoluer

Réunion de grève de la GSEE et de l’ADEDY / Photo d’archive © Eurokinesis ” )+(“arrêter\”> “).length); //déboguer contenttts2=document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.substring( 0, document.querySelector(“.entry-content.single-post-content “).innerHTML.indexOf( “” )); contenttts2=contenttts2.substring(contenttts2.indexOf(

ADVERTISEMENT