Nouvelles Du Monde

César García, joueur de Marino: “Le derby va se décider sur coup de pied arrêté, nous devons être attentifs défensivement”

César García, joueur de Marino: “Le derby va se décider sur coup de pied arrêté, nous devons être attentifs défensivement”

2023-11-24 06:07:00

César García (Avilés, 1999) affronte un nouveau derby dans la région d’Avilés, mais cette fois d’un point de vue différent. L’année dernière, il a déménagé à Miramar avec le maillot d’Avilés, mais cet été, il a décidé de changer de scène et de rejoindre les rangs de Marino, convaincu par son président, Luis Gallego. Après avoir passé une année et demie difficile, l’idée de revenir dans la grande famille des marins le séduit. Petit à petit, il retrouve son meilleur niveau et a la confiance absolue de Sergio Sánchez, qui l’a fait jouer dans tous les matchs de cette saison. En prévision de dimanche, César est clair : “Je crois que nous pouvons les battre.”

– Comment ça se passe au Marin ?

– Heureux, vraiment. Pour le moment, nous n’obtenons pas tous les points que nous aurions souhaité, mais sur le plan personnel, je suis très heureux. Pour le moment, je compte sur la confiance de l’entraîneur, Sergio Sánchez, et je me sens de mieux en mieux et je retrouve ma meilleure version.

–Vous connaissez bien Sergio Sánchez depuis son passage à Mareo.

–Nous sommes d’accord sur Mareo, mais la situation de nous deux était très différente. J’étais un enfant des catégories inférieures et l’équipe était une filiale, ce qui n’a pas les mêmes exigences qu’aujourd’hui. Maintenant, nous sommes plus des compatriotes. Avant, Sergio avait plutôt un rôle d’éducateur, ce qui était très important chez Mareo. Ici, chez Marino, on n’est plus obligé de répéter mille fois les choses, comme lorsqu’on a affaire à des enfants. Nous sommes plus âgés maintenant et c’est là que la différence est notable.

Lire aussi  LE BALLON - Les Dragons parlent d'une "distorsion du classement" et se jettent sur la VAR du match Benfica (FC Porto)

– Votre entraîneur et vous étiez présents lors du dernier match d’Avilés contre le Rayo Cantabria. Qu’attendez-vous du derby de dimanche ?

–Ça va être un match serré. Je ne pense pas que le terrain de Miramar soit bon, ce qui va rendre tout un peu plus serré. Nous connaissons vos faiblesses et nous essaierons de les exploiter pour obtenir le meilleur résultat possible.

–Quelles sont les faiblesses que vous avez constatées ?

– Nous n’avons pas encore précisé qu’il reste encore quelques jours avant le match. Mais, par exemple, on sait qu’ils essaient de faire monter beaucoup leurs latéraux pour attaquer. Avec cela, nous pouvons avoir une chance de les surprendre.

–Vous connaîtrez bien Iván Serrano et Marcos Trabanco. Il en a rencontré un l’année dernière à Avilés et un autre dans l’équipe réserve du Sporting.

– Ce sont tous les deux de vieilles connaissances. Ce sont tous les deux des joueurs qui savent très bien attaquer, mais j’espère qu’attaquer dans leur dos les obligera à être un peu plus attentifs à leur défense.

Lire aussi  Championnats du monde de cyclisme à Glasgow : le paracycliste Hausberger décroche le bronze

– Selon vous, qu’est-ce qui peut faire la différence dans le derby ?

– Dans cette catégorie, une grande partie des matchs se décident sur coups de pied arrêtés. Lors des coups de pied arrêtés défensifs, nous devons être très attentifs pour qu’ils ne nous blessent pas, puis profiter de tous les corners et fautes. De plus, le terrain ne sera pas dans les meilleures conditions. Vous pouvez jouer, mais les plus efficaces sont toujours ces situations. Je le dis toujours, il y a des moments où Miramar aide plus les défenseurs que les attaquants.

– Sont-ils motivés ?

–L’équipe veut gagner. Pour l’instant, nous n’avons pris que trois points en deux matchs, donc nous ne pensons qu’à gagner à nouveau.

–Ils étaient sur une bonne séquence, mais lors des derniers matchs, ils ont enregistré deux défaites et un nul.

–Coruxo nous a surpris, ils n’ont pas l’équipe pour être là où ils étaient et maintenant il a été démontré qu’ils sont déjà onzièmes. Pontevedra a une grande équipe. Je pense honnêtement qu’ils sont les meilleurs que nous ayons affrontés cette année. Nous savons qu’Avilés présente un danger important devant, avec des noms comme Natalio lui-même, mais si nous gardons notre cage inviolée, nous avons beaucoup à gagner.

Lire aussi  LA BALLE - La promesse est déjà certaine : Carlos Alcaraz remporte l'US Open et est le nouveau numéro 1 (Tennis)

– L’un des gros problèmes d’Avilés est de ne pas obtenir ces feuilles blanches dont vous parlez.

–C’est pourquoi nous nous efforçons d’en marquer un et de garder notre cage inviolée. Je pense qu’ils subissent beaucoup de pression, c’est pourquoi ils viennent vers eux et marquent un but avec une moyenne de moitié.

–L’année dernière, il faisait partie d’Avilés. Comment était ton été?

–Je n’ai pas eu d’offre de renouvellement d’Avilés. Durant l’été, j’ai beaucoup parlé avec Luis Gallego, qui a insisté pour que je signe à Marino. J’ai eu une année et demie très difficile et maintenant je me sens à nouveau très bien. Je le dis toujours, El Marino est une famille. Cela fait cinq ans que je suis au club pour la première fois et ce sentiment est toujours intact.

–Avez-vous parlé avec vos anciens coéquipiers avant le derby ?

–Non, je ne suis pas du genre à parler pendant la semaine où nous nous affrontons. Après le match, je serai avec eux pendant un moment, mais maintenant je ne pense qu’à jouer.



#César #García #joueur #Marino #derby #décider #sur #coup #pied #arrêté #nous #devons #être #attentifs #défensivement
1700800263

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT