Nouvelles Du Monde

Cent ans de crimes de guerre ?

Cent ans de crimes de guerre ?

La tragique réalité est que Kissinger, après avoir échappé à la justice, a démontré que les puissants peuvent échapper à leurs responsabilités pour…

L’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger.—Reuters

Au crépuscule de la conscience de l’histoire, Henry Kissinger, l’orchestrateur, le spectateur et parfois l’architecte sans vergogne de certains des crimes de guerre les plus flagrants des États-Unis, a tiré sa révérence mercredi à l’âge de 100 ans.

Certains qualifient son époque de cent ans de « duplicité ».

Alors que le rideau tombe sur un siècle de vie, il laisse dans son sillage un héritage complexe, marqué par les ombres des atrocités et les échos des décisions diplomatiques qui continuent de se répercuter dans les annales de la politique étrangère américaine.

Au lendemain de sa disparition, les médias du monde entier ont proposé toute une gamme de nécrologies, certains le qualifiant de « controversé » et d’autres vantant son héritage.

Cependant, malgré les efforts visant à assainir l’héritage de Kissinger, il est impératif de ne pas perdre de vue l’homme qu’il était réellement.

Kissinger, par ses actions, porte la responsabilité directe de la mort de trois à quatre millions de personnes au cours de son mandat de huit ans, de 1969 à 1977, selon le livre de l’historien Greg Grandin de l’Université de Yale, “Kissinger’s Shadow”. Sa politique a ouvert la voie aux guerres durables qui ont suivi.

Lire aussi  Ramaphosa signera le projet de loi NHI mercredi

Reconnu comme l’architecte des efforts américains visant à freiner l’influence soviétique et communiste à l’échelle mondiale, Kissinger a préconisé une approche « des bombes plutôt que de la diplomatie », approuvant certaines des campagnes de bombardement les plus brutales de l’histoire moderne.

Pendant la guerre du Vietnam, cette approche impliquait des bombardements massifs non seulement sur le Vietnam, mais également sur le Cambodge voisin, où opéraient des guérilleros cambodgiennes et vietnamiennes.

L’approbation par Kissinger de 3 875 raids aériens au cours de la première année, largant 540 000 tonnes de bombes sur le Cambodge, a eu des conséquences durables, avec des vies innocentes encore tuées par des munitions non explosées.

Les bombardements en tapis n’ont pas réussi à empêcher l’ascension des communistes vietnamiens et cambodgiens, les Khmers rouges ayant gagné au Cambodge et perpétré un génocide.

L’implication de Kissinger en Asie du Sud-Est lui a valu le prix Nobel de la paix en 1973, une ironie amère compte tenu de ses efforts clandestins pour saboter les pourparlers de paix et de son approche impitoyable pour remporter la victoire.

Lire aussi  Disparition en Angleterre : - Nouveaux développements après la disparition

Les transgressions de Kissinger se sont étendues au-delà du Vietnam et du Cambodge. En Asie du Sud, il a soutenu Islamabad alors qu’il perpétrait un génocide au Pakistan oriental (aujourd’hui Bangladesh) pour empêcher une Inde de tendance soviétique de provoquer l’effondrement d’un allié américain.

Plus loin, Kissinger a donné le feu vert à l’invasion indonésienne du Timor oriental en 1975, entraînant un génocide faisant plus de 200 000 victimes.

Dans toute l’Amérique latine, Kissinger a soutenu les forces de droite et les putschistes, contribuant ainsi au renversement de dirigeants démocratiquement élus et aux violations des droits de l’homme qui en ont résulté.

Son influence au Moyen-Orient l’a amené à saboter les propositions de paix et à faire preuve d’un mépris choquant pour la vie juive. Ses propos insensibles à l’égard des Juifs soviétiques dans les chambres à gaz ont souligné son manque d’empathie.

Même après avoir quitté ses fonctions, Kissinger a continué à prôner la mort et la destruction.

Lire aussi  Maserati prête pour 2024 : Gorini-Tamburini le duo LP

Son rôle dans la prise de décision de l’administration Bush pendant la guerre en Irak est particulièrement troublant, avec son influence évidente dans la stratégie du « choc et de la crainte » qui a causé des pertes civiles.

Le soutien de Kissinger à la guerre israélienne contre Gaza en 2023 souligne encore davantage son soutien indéfectible à l’agression militaire.

L’héritage laissé par Kissinger est un témoignage horrible de la conviction que les politiques impériales violentes sont justifiées par la poursuite de l’intérêt national.

Alors que nous assistons à des conflits en cours, comme à Gaza, il devient évident que cet état d’esprit persiste chez les responsables américains.

La tragique réalité est que Kissinger, après avoir échappé à la justice, a démontré que les puissants peuvent échapper à la responsabilité des millions de vies perdues et être néanmoins loués après une disparition pacifique.

2023-12-02 20:54:17
1701584293


#Cent #ans #crimes #guerre

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT