Nouvelles Du Monde

Bryson DeChambeau un one-man show alors qu’il mène l’US Open par 3 coups

Bryson DeChambeau un one-man show alors qu’il mène l’US Open par 3 coups

Bryson DeChambeau s’est esquivé hors des cordes vers un espace privé dans les bois, à plat sur le dos pendant que les entraîneurs travaillaient sur les hanches qui semblaient trop serrées. Quelques instants plus tard, il a déclenché un swing qui a envoyé son drive sur 347 mètres, laissant un coin pour préparer un birdie et une autre pompe à poing.

DeChambeau a livré de la puissance, des birdies et un divertissement sans fin samedi à l’US Open. Il a transformé Pinehurst n ° 2 en un one-man show avec un 3-under 67 et a construit une avance de trois coups alors qu’il se rapprochait d’un autre titre de l’US Open.

“Je vais juste le dire. Demain, c’est la même citation que j’ai dite toute la semaine : essayer d’avoir un golf ennuyeux”, a déclaré DeChambeau. “Le milieu des greens ne bouge jamais.”

Il n’y avait rien d’ennuyant dans sa performance devant une galerie ensoleillée et délirante à Pinehurst qui a terminé une journée étouffante en scandant son nom. Il a toujours aimé l’attention des fans, encore plus lorsqu’ils l’aiment en retour.

“Oui, c’était incroyable. Je ne peux pas les remercier assez. C’était une bénédiction”, a-t-il déclaré. “Mec, ils m’ont énervé.”

Le sentiment était clairement réciproque.

L’enjeu est une chance de remporter un deuxième titre à l’US Open avec un jeu réinventé – toujours aussi puissant – et un physique qui n’est pas tout à fait le “Incredible Bulk” qu’il était à Winged Foot en 2020.

Il reste encore un dernier tour avec Rory McIlroy (69), Patrick Cantlay (70) et Matthieu Pavon (69) à trois coups de retard et tous semblent capables de lui donner une chance au trophée d’argent.

Lire aussi  Au moins un mort après une vague d'attentats à Kiev

Corey Conners, de Listowel, en Ontario, est à égalité au neuvième rang à égalité et n’est pas hors de la course. Taylor Pendrith, de Richmond Hill, en Ontario, est à égalité au 12e rang avec un over. Adam Svensson, de Surrey, en Colombie-Britannique, est à égalité au 47e rang avec plus de 7 points.

“J’adore le test présenté par Pinehurst, et vous devez vous concentrer sur chaque tir”, a déclaré McIlroy. “C’est à cela que devrait ressembler un US Open. C’est évidemment génial d’être dans le mix.”

Finaliste au Championnat PGA

DeChambeau, finaliste d’un coup le mois dernier au Championnat de la PGA avec un autre top 10 au Masters en avril, était à 7 sous 203. Il est le seul joueur à avoir réalisé trois tours consécutifs de 60 dans un US Open à Pinehurst. N°2.

Ludvig Aberg, le super Suédois qui a commencé le troisième tour avec une avance d’un coup, a été victime des greens lisses et en forme de dôme pour commettre un triple bogey au 13e trou qui l’a envoyé à 73 et lui a laissé cinq coups en arrière avec Hideki. Matsuyama (70).

DeChambeau a déclaré que ce sont « deux hanches qui ne sont pas fantastiques » issues de son entraînement de vitesse qui l’ont amené à demander un entraîneur et à se faire travailler dans les bois après le 10e trou.

Il est allé au 11e, a parcouru un drive de 347 verges, a frappé le coin en toute sécurité au centre du green et a réussi un putt juste à l’extérieur de 12 pieds pour devenir le premier joueur à atteindre 7 sous toute la semaine.

Lire aussi  Pourquoi les hommes vivent-ils moins et meurent-ils plus tôt que les femmes ?

Avec le tee légèrement en avant le 13, il a souhaité essayer le green à voix haute, a pensé que ce n’était pas pratique et a dit à la galerie : « Ne me huez pas », alors qu’il cherchait le fer. Il a raté le fairway dans un bunker et a envoyé son approche danser près de la coupe.

Il a raté ce 6 pieds pour un birdie, mais a décroché un birdie le 14 et a mené jusqu’à quatre tirs. Mais il n’était pas à l’abri d’un grand nombre, comme tant d’autres.

Pavon, vainqueur à Torrey Pines lors de sa première année sur le PGA Tour, a rejoint DeChambeau en tant que seul joueur à éviter un tour au-dessus de la normale cette semaine. Il a sauvé un par devant une brosse à gazon et a attaqué les quilles quand il le pouvait pour entrer dans le groupe final.

“Je n’ai pas peur de prendre des photos. Je n’ai jamais eu peur de prendre des photos”, a-t-il déclaré.

McIlroy et Cantlay adversaires

McIlroy et Cantlay, adversaires à la Ryder Cup et dans la salle du conseil d’administration du PGA Tour, seront dans l’avant-dernier groupe. Ils sont restés de différentes manières.

McIlroy a commencé à s’envoler dès le début des neuf derniers en effectuant un bon putting – un birdie de 10 pieds au 12e, un arrêt clé par de 6 pieds le 13e, un coin pour taper dans la plage le 14e et un autre énorme arrêt par. le 16.

Mais il a laissé tomber deux coups sur les par 3 et s’est retrouvé plus loin qu’il ne l’aurait souhaité. C’est quand même une chance. Il a déclaré l’année dernière, alors qu’il était vice-champion de l’US Open : “Je passerais 100 dimanches comme celui-ci pour mettre la main sur un autre championnat majeur.”

Lire aussi  Nous vous montrons le menu du premier jour de PEN

Il est là avec une autre chance de terminer une décennie sans spécialisation.

Il en va de même pour Cantlay, qui a lui aussi réalisé une solide performance au putting. Cantlay a raté toutes ses bonnes chances de birdie, mais il est resté dans le match avec cinq putts de 7 pieds ou plus qui sauvent la normale. Il a également réussi un putt de birdie de 20 pieds le 17 qui l’a maintenu à portée.

“Je sens que je suis dans une bonne position”, a déclaré Cantlay.

Pinehurst était étouffant pour la deuxième journée consécutive, avec un indice de chaleur proche de 100 degrés (38 Celsius) et des taches brunes d’herbe donnant au parcours n°2 un aspect rapide et terrifiant.

Le troisième tour a débuté avec 15 joueurs sous le par, et il a été réduit à huit joueurs avant la finale, test exigeant du tournoi majeur qui récompense uniquement le golf le plus propre.

Collin Morikawa a remarquablement réalisé un tour sans bogey avec un 66 qui l’a fait passer d’une égalité à la 51e place juste dans le top 10.

Aucun de ceux qui ont joué tôt n’a réussi à bouger. Le cours est si exigeant qu’il expose toute personne qui n’est pas au sommet de sa forme. Cela inclut Scottie Scheffler, le joueur n°1 qui a dû se contenter d’un 71. Il s’agissait de son quatrième tour consécutif au-dessus de la normale depuis dimanche au Memorial, la première fois qu’il connaît une telle séquence dans sa carrière.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT