Nouvelles Du Monde

Andrea Bocelli sur le maintien de sa voix, l’éducation de sa fille et l’amour des chevaux

Andrea Bocelli sur le maintien de sa voix, l’éducation de sa fille et l’amour des chevaux

Andrea Bocelli s’est imposé comme sans doute la star d’opéra vivante la plus connue au monde.

Son label estime qu’il a vendu plus de 90 millions d’albums dans le monde, en plus de plus de 5 milliards de streams. Il a enregistré des duos avec Céline Dion, Tony Bennett, Dua Lipa et Luciano Pavarotti. Il a récemment chanté pour le président Joe Biden et le président de la Chambre des représentants Mike Johnson lors du petit-déjeuner de prière national.

Le ténor italien de 65 ans, qui mélange habilement musique classique et pop, est actuellement en tournée. Il se produit dimanche au Little Caesars Arena de Détroit. Bocelli n’était pas disponible pour un entretien téléphonique mais a fourni des réponses aux questions envoyées par courrier électronique. En voici des extraits :

Question : Vous avez eu des problèmes de voix à la fin de l’année dernière qui vous ont obligé à reporter quelques rendez-vous, ce qui, selon vous, arrive rarement. Quel était le problème et comment est votre voix maintenant ?

UN: Je vais bien, merci, je suis complètement rétabli. Malheureusement, nous devons apprendre à vivre avec les maladies et, même si les précautions habituelles que je prends suffisent à me maintenir en bonne santé générale et avec une bonne voix, cette année, la grippe a pris le dessus sur ma gorge et m’a obligé à faire un ‘pit stop’ pendant quelques jours. Bien sûr, c’était très décevant pour les désagréments que cela causait à mon public. Je les remercie de tout cœur et je ferai tout mon possible pour me rattraper en leur rendant l’extraordinaire affection que j’ai reçue à cette époque, en leur donnant tout ce que j’ai sur scène.

Question : Comment maintenez-vous votre voix incroyable ?

UN: Avoir une voix agréable et reconnaissable est un cadeau du ciel, un cadeau pour lequel je n’ai aucun mérite. Ce que j’ai fait, c’est essayer de ne pas gaspiller le talent que le Bon Dieu m’a confié. Quant à ma technique vocale, j’ai travaillé, réfléchi et expérimenté ; J’ai étudié dur tous les jours pendant des années. Aujourd’hui, je pense avoir une solidité que je n’avais pas encore atteinte dans mes jeunes années. Le passage du temps entraîne des changements à la fois positifs et moins positifs. … Je ne pense pas être capable de reproduire la même qualité de vibrato serré de mes premières années de chanteur. Techniquement, cependant, en vieillissant, j’ai gagné en facilité dans le registre aigu, ce que je n’aurais jamais pensé faire.

Lire aussi  Football : Kylian Mbappé a montré la voie au PSG – coup dur pour le Bayern Munich

Question : Yaffa Adar, 85 ans, a passé ses 49 jours en captivité au Hamas à Gaza, à fredonner vos chansons. Vous lui avez écrit une lettre sincère et lui avez proposé de prendre l’avion pour jouer pour elle. Quelles émotions avez-vous ressenties lorsque vous avez appris comment votre musique l’avait aidée à traverser cette épreuve ?

UN: Son histoire m’a touché et ému. Le témoignage de Yaffa Adar, au-delà du témoignage d’une femme courageuse et sensible, est un brillant exemple du pouvoir de la musique : une expression de la beauté qui se traduit inévitablement par une aspiration vers le bien ; un langage privilégié pour atteindre les royaumes les plus profonds de notre être. Son épreuve qui s’est bien terminée est une raison d’optimisme pour tous, car elle montre à quel point le bien est finalement plus fort que le mal.

Question : Pourquoi avez-vous décidé d’emmener votre fille Virginia, 11 ans, avec vous pour votre tournée actuelle ? Quelle est la particularité de ses performances et de sa voix ?

UN: Virginia est une enfant sur le point de faire ses premiers pas vers l’adolescence ; sa première et plus importante activité reste ses études. Bien sûr, lorsqu’elle nous rejoint en tournée, elle perd quelques jours d’école, mais nous veillons à ce qu’elle se tienne au courant, même à distance, de ses cours, de ses matières et de son programme académique. Il va peut-être sans dire que, tout comme ses frères, Virginia a également été élevée « au pain et à la musique ». Musique pour laquelle elle a montré un penchant naturel et qu’elle poursuit tout au long de ses études de piano. Elle sait tenir un air, mais n’aime pas seulement chanter. Elle suit des cours de théâtre et pratique la gymnastique à un niveau compétitif. En tournée, elle est dorlotée par tout le monde. Pour l’instant, ses apparitions lors des concerts ne sont qu’un peu plus qu’un jeu, bien qu’utiles, je crois, du point de vue de sa formation, car elles lui donnent l’occasion de faire l’expérience de la discipline et de la responsabilité nécessaires à celui qui se produit sur scène.

Lire aussi  Le Hamas reçoit une réponse israélienne à la proposition de trêve alors qu’une frappe tue six personnes à Rafah – The Irish Times

Question : Comment façonnez-vous votre set list maintenant ?

UN: La structure est en général la même qu’il y a 10 ou 20 ans, même si mon répertoire s’est progressivement enrichi de nouveaux ajouts, même les plus récents. Je suis un artiste chanceux ; mes goûts musicaux sont alignés sur ceux du public. J’essaie de constituer pour mes concerts une sorte de concentré de musique que j’aime le plus, qui me semble la plus capable de susciter des émotions positives. Je recherche la beauté, c’est ce que j’espère transmettre, au-delà de tout genre. En fait, ma programmation comprend toujours des pièces d’opéra ainsi que de nombreux « classiques » pop, dont certains que le public associe à ma voix et s’attend, à juste titre, à m’entendre en direct.

Question : Y a-t-il des artistes avec lesquels vous n’avez pas fait de duo et avec lesquels vous aimeriez travailler ?

UN: Je préfère éviter de donner un ou deux noms pour ne froisser personne. Comme tout le monde le sait, j’adore faire des duos ; mélanger les différentes voix est un défi, un pari. Chanter avec quelqu’un est toujours une expérience gratifiante. Tout au long de mes 30 ans de carrière, j’ai eu l’honneur de chanter avec des artistes extraordinaires, de Tony Bennett à Stevie Wonder, de Barbra Streisand à Céline Dion, mais le monde regorge de talents… et j’espère qu’il y en aura beaucoup. des opportunités de nouvelles collaborations passionnantes à l’avenir.

Lire aussi  Demain à Venise, le pape trouvera une église en lutte contre le déclin

Question : Vous avez été nominé pour un Grammy du meilleur nouvel artiste il y a 25 ans. Que ressentez-vous le passage du temps à ce stade de votre carrière ?

UN: Je n’ai pas peur du temps qui passe ; Je crois que c’est un privilège de pouvoir vivre les différentes saisons de la vie. Je suis toujours une personne curieuse ; J’aime mon métier et j’ai fait mienne cette devise : « Quand on apprend quelque chose de nouveau, on grandit. Quand on n’apprend plus, on vieillit.

Question : Pourquoi les chevaux occupent-ils une place si importante dans votre vie ? Quel est le contexte à ce sujet ?

UN: C’est une relation qui a commencé dès ma petite enfance. J’ai grandi à la campagne et j’ai reçu mon premier cheval à l’âge de huit ans. J’ai commencé à apprivoiser les chevaux moi-même depuis l’adolescence, on peut donc dire sans se tromper que j’ai appris à comprendre, apprécier et aimer cet ami fiable et fiable de l’homme. J’apprécie son intelligence, sa capacité à exprimer son affection, son caractère obstiné et la complicité qu’il offre lorsque vous roulez à deux. Le cheval est le compagnon idéal pour ce que je considère comme une façon amusante et excitante de rester en forme. L’équitation est aussi pour moi un moyen privilégié de me réconcilier avec la vie et la nature qui m’entoure.

Question : Combien de temps pensez-vous continuer à tourner à travers le monde ?

UN: Jusqu’à ce que le bon Dieu me le permette. Pour le moment, ma voix est réceptive, mais moi aussi, comme tout le monde, je suis entre les mains de Dieu. Quand je ne serai plus en mesure de proposer une prestation adéquate, quand je n’aurai plus la qualité vocale que j’ai essayé de construire et de conserver au fil des années, alors j’en tirerai les conséquences avec sérénité.

Andrea Bocelli

19h30 dimanche

Arène Little Caesars

2645 Woodward, Détroit

Billets : 100 $ et plus

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT