Nouvelles Du Monde

Amoureux des voyages et éco-guerrier irlandais, il évite les avions et le confort des hôtels pour réduire son empreinte carbone

Amoureux des voyages et éco-guerrier irlandais, il évite les avions et le confort des hôtels pour réduire son empreinte carbone

Une amoureuse des voyages qui a visité plus de 40 pays utilise des « astuces intelligentes » pour réduire son empreinte carbone, allant de l’emballage de moins de 10 kg à l’achat de contenants alimentaires en plastique pour pouvoir avoir des « restes pour le petit-déjeuner » et en demandant aux hôtels avant son séjour d’en retirer tous les restes. Toilettes gratuits.

Caitlin Weich (31 ans), de Dublin, essaie d’éviter les vols à tout prix et a parcouru près de 3 000 km de la Grèce au Royaume-Uni en utilisant uniquement des bus, des trains et des ferries – tandis que son partenaire, Adam Boyle (28 ans), a parcouru tout le chemin. au Japon sans monter à bord d’un seul avion.

Pour réduire encore davantage leur impact, le couple a mis au point un large éventail de techniques de réduction des émissions de carbone, notamment en créant une « garde-robe capsule » – une petite collection de vêtements qui peuvent être combinés en une tenue pour toute occasion.

Caitlin voyage également avec une paire de baguettes et une cuillère pour éviter d’utiliser des couverts jetables, ainsi que des barres de shampoing naturelles et des comprimés de dentifrice, qui sont sans plastique.

Le couple évite les hôtels lorsque cela est possible et laisse toujours le panneau « Ne pas déranger » sur leur porte, car Caitlin le souligne : « vous ne changeriez pas vos draps et vos serviettes tous les jours à la maison ».

En 2019, elle a visité neuf pays – Grèce, Italie, Slovénie, Croatie, Allemagne, Luxembourg, Belgique, Angleterre et Irlande – avec un seul vol et un bagage à main de moins de 10 kg, car chaque article supplémentaire se traduit par davantage de gaz à effet de serre. pompée dans l’atmosphère.

Le partenaire de Caitlin, Adam Boyle (28 ans), a voyagé de Dublin à Tokyo au Japon sans prendre un seul vol

Caitlin dit qu’elle est heureuse de grignoter n’importe quel reste, qu’il s’agisse d’un « morceau de pain naan accompagné de smoothie » ou d’un « demi-biscuit et d’une poignée de noix avec des restes de sautés ».

“La prochaine fois que vous partirez en voyage avec vos énormes bagages, notez ce que vous portiez réellement”, a déclaré Caitlin, qui travaille dans le marketing.

« Parce qu’il y a de fortes chances que vous rentriez chez vous et que la moitié des vêtements de votre sac n’auront pas été portés, et que vous les aurez transportés à l’autre bout du monde et en revenant pour rien.

Lire aussi  Jeûne d’Esther 2024 : les horaires d’entrée et de sortie du jeûne, et pourquoi le jeûne ?

“Si vous parcourez la liste des choses que vous pouvez changer, l’une des plus importantes est de regarder vos vols internationaux.”

Caitlin, née en Namibie, voyage depuis qu’elle est petite en raison du travail de ses parents.

La garde-robe capsule de Caitlin
Caitlin voyage avec une garde-robe capsule, qui consiste à emporter seulement quelques vêtements pouvant être combinés pour n’importe quelle occasion.

« Dès le premier jour, j’étais emmitouflée dans la voiture et nous allions voir mes grands-parents en Afrique du Sud – c’est un long trajet depuis la Namibie », a-t-elle déclaré.

Mais à l’âge de 15 ans, elle a pris conscience de son empreinte carbone après avoir rempli un calculateur de carbone en ligne et avoir été choquée par les résultats.

«La chose la plus importante qui était sous mon contrôle et qui a complètement changé mon empreinte carbone était le voyage en avion», a-t-elle déclaré.

“Vous regardez la quantité de carbone que vous produisez au quotidien, puis ajoutez un vol international et cela peut doubler.”

Caitlin dans un avion
Caitlin a visité neuf pays avec un bagage à main pesant moins de 10 kg

Depuis lors, Caitlin travaille sur des moyens tactiques pour réduire son empreinte carbone lors de ses voyages à travers le monde.

À ce jour, elle a visité la Namibie, l’Afrique du Sud, le Botswana, le Mozambique, le Swaziland (aujourd’hui Eswatini), l’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, Hong Kong, la Nouvelle-Zélande, la France, l’Espagne, la Suisse, l’Italie, la Cité du Vatican, la Grèce, Monaco, l’Albanie, Croatie, Monténégro, Hongrie, Autriche, République tchèque, Allemagne, Pays-Bas, États-Unis, Corée du Sud, Malaisie, Singapour, Norvège, Finlande, Estonie, Islande, Azerbaïdjan, Turquie, Canada, Australie, Slovénie, Luxembourg et Belgique.

Le premier et le plus important changement apporté par Caitlin a été de remplacer le vol par la voile et le rail lorsque cela était possible.

«Cela peut littéralement représenter plus de 50 pour cent de votre voyage», a-t-elle déclaré.

Les baguettes de Caitlin
Caitlin voyage avec une paire de baguettes et une cuillère

Caitlin a déjà voyagé d’Athènes en Grèce à Dublin en s’appuyant uniquement sur les trains, les bus et les ferries.

Son partenaire, Adam, a également prouvé que l’avion n’est pas le seul moyen de parcourir de grandes distances en voyageant de Dublin à Tokyo sur une période de trois mois.

“Il a littéralement navigué, s’est entraîné et a transporté en bus jusqu’au Japon”, a-t-elle déclaré.

“C’est donc possible, mais cela vous prendra quelques mois.”

Le prochain sur la liste des meilleurs conseils de Caitlin pour réduire les émissions de carbone est l’hébergement, et même si elle essaie généralement de rester avec ses amis et sa famille, elle opte autrement pour des hôtels à énergie verte lorsqu’elle le peut et essaie de garantir que le personnel des établissements ait le moins de choses à faire. possible.

Lire aussi  Un F16 s'est écrasé à Halkidiki, le pilote est sain et sauf
Caitlin dans un bus
Caitlin essaie d’éviter les vols à tout prix et a parcouru plus de 1 800 miles en utilisant uniquement des bus, des trains et des ferries.

“Les hôtels, à moins qu’ils ne se portent incroyablement bien, sont des bâtiments qui restent la plupart du temps partiellement vides”, a-t-elle déclaré.

“Ils offrent un service de blanchisserie complet pour l’ensemble de votre ensemble de draps et de serviettes, quelle que soit la fréquence à laquelle vous le demandez.”

“Je ne sais pas pour vous, mais quand je suis à la maison, je ne change pas mes draps tous les deux jours”, a-t-elle ajouté.

“L’une des petites astuces que vous pouvez faire est donc d’accrocher le panneau” Ne pas déranger “à l’extérieur de votre porte pendant toute la durée de votre séjour.”

Alors que certaines personnes sont tentées de manger et de boire à leur guise pendant les vacances, Caitlin résiste à l’envie et profite au maximum en achetant le moins de repas possible.

Caitlin à un point de vue
Caitlin voyage depuis qu’elle est petite et a visité 42 pays

« À la maison, je veille toujours à conserver mes restes », dit-elle.

« Alors, si possible, j’emporte un contenant avec moi pour pouvoir emporter mes restes à la maison.

“Cela peut vraiment aider à réduire la quantité de déchets, car vous pourrez les manger au petit-déjeuner le lendemain.”

Caitlin a également réussi à réduire autant que possible ses bagages en utilisant une « garde-robe capsule », qui consiste à emporter moins de vêtements mais plus polyvalents.

«Je fais presque tous mes voyages avec des bagages à main uniquement», a-t-elle déclaré.

Caitlin voyage avec son sac
Caitlin essaie généralement de rester chez ses amis et sa famille ou opte pour des hôtels à énergie verte

« Cela signifie que je ne prends pas de poids supplémentaire, car chaque kilo que nous ajoutons à nos bagages augmente l’empreinte carbone globale de notre voyage.

“Donc, cette paire de jeans passe de votre jean de jour avec un T-shirt à votre jean de nuit avec un joli petit haut fantaisie.”

En 2017, elle a réussi à voyager de la Nouvelle-Zélande au Royaume-Uni, en Scandinavie, en Islande, au Canada et aux États-Unis avec un simple bagage à main pesant moins de 10 kg.

Caitlin appelle également à l’avance pour demander aux hôtels de retirer tous les produits en « petites bouteilles » gratuits dans la salle de bain, tels que le gel douche, le shampoing et l’après-shampooing.

Lire aussi  Un train à grande vitesse Montréal-Toronto pourrait bien se produire
Le bagage à main de Caitlin
Chaque kilo supplémentaire se traduit par davantage de gaz à effet de serre rejetés dans l’atmosphère.

«Envoyez un message à l’avance disant ‘S’il vous plaît, ne faites pas ça, je vais apporter ma propre barre solide de shampoing, d’après-shampooing et de dentifrice’.

“Je n’ai pas besoin de petites bouteilles en plastique qui finiront par être recyclées ou plus susceptibles d’être mises en décharge.”

Elle voyage également avec une cuillère et des baguettes pour éviter d’avoir à utiliser des couverts jetables lors des commandes de plats à emporter.

«C’est une fourchette de plus qui n’ira pas à la décharge», a-t-elle déclaré.

Caitlin regarde par la fenêtre d'un train
Caitlin a pris conscience de son empreinte carbone après avoir rempli un calculateur de carbone en ligne

« Une paire de baguettes et une cuillère passeront tous les contrôles de sécurité de l’aéroport et sont légères à transporter.

« Apporter un couteau – il sera confisqué, c’est garanti.

“Même si vous vous retrouvez garé au bord de la route, au milieu des Rocheuses canadiennes, en train d’essayer de cuisiner sur la plus petite cuisinière à gaz que vous ayez jamais vue, vous pourrez tout faire avec des baguettes et une cuillère.”

La demande de voyages internationaux en 2022 a rebondi à 80 % du niveau d’avant la pandémie, atteignant 800 mégatonnes (Mt) de CO2, selon l’Agence internationale de l’énergie.

Caitlin mange avec des baguettes
Caitlin utilise ses propres baguettes au lieu de couverts jetables

Une seule personne voyageant de Londres à Athènes et retour génère environ 1 tonne de CO2, selon Le calculateur de vol de myclimate.

Une partie du problème, explique Caitlin, réside dans le fait que les compagnies aériennes reçoivent d’importantes subventions gouvernementales, ce qui signifie que le prix d’un billet d’avion est souvent inférieur à celui des trains, des bateaux ou même des bus.

Le couple doit encore occasionnellement utiliser l’avion pour son travail, mais essaie de les éviter à tout prix.

« Tout est question d’équilibre et de ce qui est durable pour vous », a-t-elle déclaré.

Caitlin remplit ses bouteilles d'eau
Caitlin remplit les bouteilles d’eau en plastique pour réduire les déchets plastiques

« Le transport est généralement le plus gros émetteur de carbone de nos vacances, et certains modes de transport sont bien connus pour être plus consommateurs de carburant que d’autres.

“Les avions et les navires de croisière sont les deux grands à essayer de réduire ou d’éviter complètement.”

Apprenez-en davantage sur les voyages de Caitlin en la suivant sur Instagram : @wastelesswanderess


2023-09-20 13:47:39
1695222794


#Amoureux #des #voyages #écoguerrier #irlandais #évite #les #avions #confort #des #hôtels #pour #réduire #son #empreinte #carbone

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT