Nouvelles Du Monde

Abdul Majeed Al-Zindani… une vie pleine de connaissances, de travail et de jihad

Abdul Majeed Al-Zindani… une vie pleine de connaissances, de travail et de jihad

Le lundi 13 Shawwal 1445 AH, correspondant au 22 avril 2024 après JC, les Yéménites et la nation arabe et islamique ont fait leurs adieux à l’un des drapeaux de cette nation, à l’une de ses étoiles, à l’un de ses guides et à l’un de ses pionniers, Cheikh Abdul Majeed bin Aziz Al-Zindani, l’érudit, moudjahid, éducateur et modèle. L’enseignant, le divin Coranique Muhammadan, le propriétaire des efforts de la da’wah, des fournitures éducatives, des efforts éducatifs et des phases du jihad. , et une de ces qualités est suffisante pour que son possesseur entre dans l’histoire et soit placé parmi les grands réformateurs et les érudits divins. Alors qu’en est-il de celui qui a combiné ces qualités comme aucune d’elles ne l’était auparavant, sauf ceux qui croyaient et enseignaient la justice ? des actes, et ils sont peu nombreux.

Il a déménagé au Royaume d’Arabie saoudite, où il a rencontré d’éminents universitaires, notamment Cheikh Abdullah bin Baz et Sheikh Muhammad bin Saleh Al-Uthaymeen, et a obtenu un doctorat de l’Université islamique d’Omdurman au Soudan.

Carte de vie

Cheikh Abdul Majeed Al-Zindani est né le 13 Dhul-Hijjah 1360 AH, correspondant au 1er janvier 1942 après JC, dans un village appelé « Al-Dhahabi » parmi les villages du district d’Al-Sha’ar dans le gouvernorat d’Ibb, l’un des gouvernorats du Yémen, et son origine est liée à la région de « Zindan » dans le district d’Arhab du gouvernorat de Sanaa, à laquelle il est attribué.

Le défunt Cheikh a reçu sa formation initiale dans le livre dans sa ville natale et a rejoint l’enseignement régulier à Aden, avant de se rendre en Égypte pour poursuivre ses études universitaires. Il a rejoint la faculté de pharmacie de l’université d’Ain Shams et y a étudié pendant deux ans. , mais il a abandonné ses études dans ce domaine en raison de son intérêt croissant pour les sciences de la charia ; Où il a commencé à apprendre les sciences de la charia et à interagir avec elles, ce qui lui a donné l’occasion de rencontrer des érudits célèbres à Al-Azhar Al-Sharif. Il a également rencontré des étudiants yéménites en Égypte, tels que Muhammad Mahmoud Al-Zubayri et Abdo Muhammad Al. -Mikhlafi a interrompu ses études et est retourné avec eux à Sanaa pour participer au soutien de l’instauration du régime républicain et à la protection des acquis de la révolution dans les années 1960.

Il a ensuite déménagé au Royaume d’Arabie Saoudite, où il a rencontré les érudits les plus éminents, notamment Cheikh Abdullah bin Baz et Cheikh Muhammad bin Saleh Al-Uthaymeen, et a obtenu un doctorat de l’Université islamique d’Omdurman au Soudan, ce qui a élargi l’étendue de ses connaissances. ses connaissances et la profondeur de ses perceptions, en recevant de ces… Tous bords : l’Egypte, Al-Azhar, le Pays des Deux Saintes Mosquées et le Soudan. Ainsi que le Yémen.

Le Cheikh a occupé de nombreux postes, notamment : diriger l’Institut scientifique Al-Nour au Yémen, enseigner dans certains établissements d’enseignement et assumer le poste de gestion des affaires scientifiques au sein du ministère yéménite de l’Éducation, et a été nommé chef du bureau d’orientation et d’orientation lorsque il a été créé en 1975, avant qu’il ne soit nommé au ministère de l’Éducation. Il est également président du Conseil de la Choura du parti yéménite Islah.

Sa « plus grande vertu » et son « plus grand bien » dans son histoire de prédication et d’éducation fut sa fondation de « l’Université de la Foi », cette ancienne université qui comprenait de nombreux collèges et spécialisations légitimes et illégitimes, et il mobilisa les plus grands érudits du monde islamique. développer ses programmes et y enseigner.

Dans l’ombre des miracles scientifiques et de l’Université de la Foi

Cheikh Al-Zindani est devenu l’un des érudits les plus célèbres du pays dans le domaine des miracles scientifiques dans le Saint Coran et la Sunna du Prophète. Presque aucun (miracle scientifique) n’est mentionné sans que Cheikh Al-Zindani ne soit mentionné avec lui, jusqu’à ce que Cheikh Al-Zindani soit mentionné avec lui. il est devenu l’un des érudits contemporains les plus éminents qui ont tenté de prouver la préséance du Coran dans le domaine des découvertes scientifiques dans de nombreux domaines tels que la médecine, la création humaine et la géologie. Il a poursuivi ses efforts dans ce domaine. jusqu’à ce qu’il fonde la « Commission internationale pour les miracles scientifiques du Coran et de la Sunna à La Mecque ». Ses efforts dans ce domaine ont eu un grand impact en appelant à Dieu Tout-Puissant, en attirant de nombreuses personnes vers l’Islam et en renforçant la foi des croyants. Il a fait des découvertes, des inventions et des traitements pour de nombreuses maladies, à travers les textes du Coran et de la Sunna, et cela mérite d’être souligné pour une étude des efforts scientifiques et appliqués du Cheikh dans ce domaine.

Lire aussi  St. Pete Youth Farm clôt le Mois de l'histoire des Noirs avec la journée de travail du samedi | Événements de restauration | Tampa

Quant à sa « grande réussite » et son « grand bien » dans son histoire de plaidoyer et d’éducation, c’est sa fondation de « l’Université de la Foi », cette ancienne université qui comprenait de nombreux collèges et spécialisations légaux et illégaux, et il a mobilisé les principaux universitaires. du monde islamique pour développer ses programmes et y enseigner, et les étudiants en science affluaient de toutes les vallées profondes, pour assister aux leçons de connaissance qui s’y trouvaient, aux conseils d’éducation dans ses périphéries et aux conférences de sagesse de ses savants. et puiser aux sources de la foi et aux vérités de la bienveillance, au pays de la sagesse et de la foi.

Cette université a produit des centaines, voire des milliers d’étudiants dans les pays du monde islamique, en commençant par les pays arabes et en terminant par les pays d’Asie de l’Est, où elle a produit de nombreux diplômés porteurs de l’approche modérée, de la compréhension modérée et de la direction. lumière pour leurs pays et leurs institutions, et ils sont maintenant devenus pleins d’ouïe et de vue : de grands professeurs et érudits vertueux, bons prédicateurs, et si Cheikh Al-Zindani n’avait d’autres vertus que cette université, cela lui aurait suffi pour un travail. cela rencontrerait Dieu Tout-Puissant. C’est une œuvre caritative continue jusqu’au Jour du Jugement.

Son intérêt remarquable pour le jihad afghan, dans lequel il a effectué des tournées et des arrivées, mobilisé des efforts pour lui et collecté de l’argent pour lui, jusqu’à ce qu’il atteigne le point de s’y rendre et de rencontrer le cheikh martyr, érudit et moudjahid Abdullah Azzam.

Position de Cheikh Al-Zindani sur les questions musulmanes

Nous avons évoqué il y a peu la position du Cheikh sur la révolution yéménite dans les années soixante du siècle dernier. Il avait également une position positive sur la révolution yéménite de mars 2011 et il a annoncé son soutien depuis la plateforme Change Square. et a déclaré : « Cette révolution est l’un des meilleurs jihads, comme l’a dit le Prophète : le meilleur jihad. » Une parole de vérité d’un futur sultan. Il a ajouté : « Nous voulons un changement vers ce qui est meilleur et ce qui est juste. » et nous avons lancé un slogan clair et clair : que Dieu a confié à la nation le soin d’établir le pouvoir et de nommer les dirigeants, et que le calife ne peut être un calife s’il n’a pas prêté allégeance à la nation. Il a appelé les services de sécurité à protéger les jeunes. et jouent leur rôle dans la préservation de la vie des gens.

Le Cheikh avait également des intérêts et a émis des fatwas liées aux musulmans d’Occident, y compris sa fatwa concernant ce qu’on appelait à l’époque « le mariage d’un ami ». Cette fatwa a suscité une large controverse à l’époque où j’ai écrit une enquête jurisprudentielle à ce sujet et. il a été publié dans le magazine koweïtien Al-Muqama’at.

Cheikh Al-Zindani avec le moudjahid Abdullah Azzam en Afghanistan (sites de communication)

Quant à son intérêt remarquable, c’est son intérêt pour le jihad afghan, dans lequel il a effectué des tournées et des visites, mobilisé des efforts et collecté de l’argent pour cela, jusqu’à ce qu’il en arrive au point de s’y rendre et de rencontrer le cheikh, martyr, érudit et moudjahid Abdullah Azzam, et en conséquence, les États-Unis d’Amérique l’ont mis sur la liste des terroristes !

Quant à son intérêt pour Jérusalem, Al-Aqsa et la Palestine, il était son compagnon tout au long de ses jours et de ses nuits, et son amour pour la Palestine était sa chair et sa chaîne, son matin et son soir, donc ses efforts en ce sens sont importants, son affliction pour cela est bien connue, et son travail pour cela et ses efforts pour sa cause sont connus et connus.

Lire aussi  Salukis du sud de l'Illinois - Site officiel d'athlétisme

Parmi ses livres pionniers qu’il a laissés figurent : La science de la foi, Le chemin de la foi, Vers la foi, le monothéisme, les preuves scientifiques dans le Saint Coran et Enraciner le miracle scientifique.

Ses écrits et articles

Al-Zindani a laissé un certain nombre de livres divers et d’articles uniques, qui constituent une connaissance utile, si Dieu le veut, qui profite à son propriétaire après sa mort, comme lui a dit Al-Sadiq Al-Maduq, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix : « Si une personne meurt, son œuvre cesse sauf dans trois cas : sauf pour la charité continue ou la connaissance qui lui profite ou un fils juste qui prie pour elle. [أخرجه مسلم في صحيحه بسنده عن أبي هريرة برقم (1631)].

Parmi ses livres pionniers qu’il a laissés figurent : « La science de la foi », « Le chemin de la foi », « Vers la foi », « Monothéisme », « Les preuves scientifiques dans le Saint Coran » et « Tassing the Scientific Miracle ». » Quant à son livre « Les témoignages du Messager, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix ». Que Dieu le bénisse ainsi que sa famille et lui accorde la paix et les miracles. Faire partie du cours « Culture Islamique » à l’Université de Khartoum ; Cela a eu un grand impact sur de nombreux étudiants et étudiantes.

Parmi ses articles figurent : « Ou comme l’obscurité dans une mer profonde couverte de vagues », « Les satellites témoignent de la prophétie de Mahomet », « La région de la bouche et les barrières entre les mers ». conférences dans lesquelles il a détaillé les manifestations du miracle scientifique dans le Saint Coran et la Sunna du Prophète.

Il a fondé une association pour les miracles scientifiques à Istanbul, et j’étais – et je suis toujours – l’un de ses membres et fondateurs. Le Cheikh s’intéressait également aux problèmes des musulmans d’Istanbul et d’Istanbul, au point qu’il faisait des déclarations à Istanbul. conférences de presse d’universitaires liées aux problèmes de la nation entière.

Sa migration du Yémen vers Istanbul

Après que les Houthis aient pris le contrôle de nombreuses villes et villages du Yémen, ils ont pris d’assaut la maison du Cheikh Abdul Majeed Al-Zindani et y ont fait des ravages.

L’écrivain (à droite) et Al-Zindani (à gauche) (Al Jazeera)

Ils l’ont fait. Le Cheikh est allé en Arabie Saoudite et y a passé environ cinq ans. Il a voyagé en Turquie et s’est installé à Istanbul, où il a commencé son jihad scientifique, intellectuel et de défense. Il a fondé une association pour les miracles scientifiques, dont je faisais partie. Je suis toujours l’un de ses membres et fondateurs. Le Cheikh s’intéressait également aux questions musulmanes d’Istanbul et faisait même des déclarations lors des conférences de presse sur les problèmes de toute la nation. réunion d’universitaires avec le président turc Recep Tayyip Erdogan le 9 août 2023. Il faisait partie de la délégation d’universitaires qui a conseillé le mouvement Hamas sur sa position concernant le rétablissement des relations avec Bachar al-Assad et l’un des signataires de leur déclaration en juillet 2022 après JC, et sa maison était une destination pour les érudits et les prédicateurs jour et nuit.

Il est mort à Istanbul à l’âge de quatre-vingt-deux ans. Il a vécu dans la science, l’éducation, l’éducation, le plaidoyer et le jihad, après être resté en soins intensifs pendant un certain temps, au cours duquel les rumeurs de sa mort et les appels l’ont poursuivi. des musulmans et des érudits l’entouraient de partout.

Il est mort à Istanbul

Et voici le cheikh partant pour son voyage vers l’au-delà et descendant de cheval en noble chevalier qui n’a ménagé aucun effort pour servir la cause de l’Islam et des musulmans, et le voici mourir en émigré prospère, selon les paroles de Dieu. Tout-Puissant : « Et quiconque émigre sur le chemin de Dieu trouvera sur terre beaucoup d’amertume, de chagrin et d’abondance, et quiconque quitte sa maison en tant qu’émigrant vers Dieu et Son Messager, alors la mort le rattrape, car sa récompense est tombée sur Dieu. » , et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. [النساء ١٠٠]. Et selon les paroles du Prophète, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix : « Si un homme meurt sans sa naissance, cela lui sera mesuré depuis sa naissance jusqu’à la fin de ses traces au Paradis. » [أخرجه السيوطي في الجامع الصغير بإسناد صحيح عن عبد الله بن عمر، رقم: “1979”، والنسائي برقم (1832)، واللفظ له].

Lire aussi  Actualité fiscale 2023 pour les allocataires - Événements

Ici, il est mort à Istanbul à l’âge de quatre-vingt-deux ans. Il a vécu dans la science, l’éducation, l’éducation, le plaidoyer et le jihad, après avoir passé un certain temps en soins intensifs, au cours duquel les rumeurs de sa mort l’ont poursuivi. les prières des musulmans et des savants l’ont entouré de partout, mais le temps de Dieu s’il vient ne tarde pas, donc il n’y a pas de renversement de son jugement, et il n’y a pas de suivi à sa décision.

Face au départ des adultes, nous n’avons d’autre choix que d’exprimer – en toute vérité, sans faire semblant – une entière satisfaction et une totale soumission au décret de Dieu Tout-Puissant, qui a décrété la mort de chaque âme. Où se trouvent les prophètes, les érudits, les saints, les réformateurs et les grands imams.

Que Dieu ait pitié du cheikh et érudit Abdul Majeed Al-Zindani, lui accorde les nuages ​​de son contentement, l’honore de son pardon et élève son rang dans les cieux.

Allama Al-Zindani est à la tête de la délégation scientifique qui a visité la présidence turque (Presse turque)

Le brillant poète algérien Da’wa, le professeur Muhammad Barah, a écrit un poème dans son éloge funèbre, qui est la meilleure façon de conclure cet éloge funèbre. Il l’a intitulé : « Dans l’éloge funèbre de Cheikh Abdul Majeed Al-Zindani, que Dieu ait pitié de lui. lui… le départ de la connaissance », dans lequel il dit :

La gloire de l’Irak, la gloire du Levant et du Yémen… la gloire de l’Egypte, la gloire de Jérusalem et de notre patrie

Dans notre deuil pour un défunt qui a vécu et nous a rempli de lumière et a choisi le chemin de l’Élu pour un temps

C’est comme un trou que rien ne peut combler… et la mort répand en nous tristesse et tristesse.

Le cheikh de l’argument nous convainc par des preuves… Je l’aurais choisi comme personne de confiance en connaissance

L’évidence de la médecine et la foi dans les arguments… Je vois la chose cachée qui était cachée en nous

Abdul Majeed, et quel homme précieux il est… un homme libre qui nous rend faibles et faibles

Il a mentionné les versets du Coran pour les expliquer… et avec la science, Il a ravivé nos traditions pour nous.

Si tout a un prix à notre époque… alors sa connaissance est un miracle qui n’accepte pas de prix

Loin de là, loin de là. Un homme viendra après lui… et cet homme pur, brillant et beau a vécu.

Son sourire l’a toujours accompagné. Il n’a jamais été dur, bruyant ou dur.

Qui peut arrêter les larmes de la poussière ? Et le vieil homme s’est installé dans la poussière de la tombe ?

Et de Sanaa si la noirceur l’enveloppait… et la gloire de Palmyre dans cette perte ou nous reviendrons

Le Cheikh a fait ses adieux à notre voyage et à notre direction… et nous ne nous sommes pas détournés de lui et n’avons pas arrêté notre conflit avec lui.

Et les nuages ​​sont dans sa région et l’injustice s’étend… et au-dessus ils plantent des épines et des tribulations.

Cheikh Sadaha part avec son soutien… vers la terre de Gaza, que ce soit secrètement ou publiquement

Il dit : « Montez à Al-Aqsa pour que nous puissions la rendre… Et Jérusalem, mon peuple, et le voyage nous appartient. »

Si l’on avait dit : « Qui rachètera un vieil homme et le sauvera ? » Tout le monde aurait dit : « Je rachèterai la Galilée ».

Que Dieu ait pitié de Cheikh Allama Abdul Majeed Al-Zindani, lui accorde les nuages ​​de son plaisir, l’honore de son pardon, élève son rang au plus haut des cieux, lui accorde de vastes jardins de bonheur et récompense la connaissance, les érudits et la nation avec la bonté pour lui. Nous appartenons à Dieu et c’est à lui que nous retournerons.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale d’Al Jazeera.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT