Nouvelles Du Monde

à la recherche des points perdus

à la recherche des points perdus

La 12e journée de Pro D2 arrive et il ne reste que trois matchs avant la trêve guirlandes-sapin-cadeaux et quatre avant la vraie fin de la phase aller. Déjà. Le Biarritz Olympique est 10e. Rien d’affolant mais rien d’affriolant non plus. Un peu comme ce déplacement chez le 8e, Aurillac (vendredi, 19h30). Il n’a l’air de rien mais le résultat pourrait servir de piste d’élan aux Biarrots pour cette fin d’année ou de planche glissante. « On s’est donné l’objectif d’essayer de gagner les trois, on va se donner à 100% pour ça », affirme le troisième ligne mondialiste…

La 12e journée de Pro D2 arrive et il ne reste que trois matchs avant la trêve guirlandes-sapin-cadeaux et quatre avant la vraie fin de la phase aller. Déjà. Le Biarritz Olympique est 10e. Rien d’affolant mais rien d’affriolant non plus. Un peu comme ce déplacement chez le 8e, Aurillac (vendredi, 19h30). Il n’a l’air de rien mais le résultat pourrait servir de piste d’élan aux Biarrots pour cette fin d’année ou de planche glissante. « On s’est donné l’objectif d’essayer de gagner les trois, on va se donner à 100% pour ça », affirme le troisième ligne mondialiste géorgien Tornike Jalagonia.

En attendant, « le constat est que 10e, c’est la moitié basse du classement, décrit l’entraîneur des avants Roger Ripol. Jusqu’à cette pause que les gens apprécient fêter, il faudrait avoir récupéré des points pour, nous aussi, la passer de manière sereine. » A la maison contre Mont-de-Marsan (défaite 17-37) et Dax (défaite 21-22). Ailleurs, surtout à Montauban, il y a 15 jours (défaite 32-21 après avoir mené au score jusqu’à la 58e).

Lire aussi  La police liée à un appel d'alarme sur les drogues illégales – Go

Pour une moisson, un voyage dans le Cantal début décembre : bon courage. Il a plu toute la semaine et s’il ne neige pas à cette période, c’est toujours un petit miracle. Fin du bulletin météo. Le bulletin de stats du BO n’est cependant pas beaucoup plus radieux. Si on y jette un rapide coup d’œil, il va falloir un sacret shoot de précision et de rigueur pour ramener quelque chose.

Avoir le ballon

Il faudrait déjà commencer par avoir des munitions et actuellement, Biarritz est dernier de Pro D2 sur le pourcentage de possession, La dépossession donc, pourquoi pas. Mais elle oblige à l’efficacité quand vous récupérez la balle. Or, c’est trop rarement le cas : Biarritz est la 9e équipe au classement des ballons perdus (146) Aurillac est celle qui en a perdu le moins du championnat (118).

« Nous n’avons pas assez le ballon chez l’adversaire et quand on l’a, on n’a pas su en profiter »

« Nous n’avons pas assez le ballon chez l’adversaire, abonde Ripol. Et quand on l’a, on n’a pas su en profiter. C’est ce qui nous a manqué à Montauban par exemple. Pour moi, la gestion de la frustration sur ce manque de réussite se fera en trouvant comment on fait pour passer plus de temps chez l’adversaire pour profiter de nos munitions, aussi bien en conquête que dans le jeu courant.

Jeu au pied souffrant

Parmi les solutions d’occupation, le jeu au pied s’impose. Les rouge et blanc n’en sont pas avares (7e équipe du championnat à l’utiliser le plus, juste derrière Aurillac) mais là encore, l’imprécision est trop récurrente et les empêche d’inverser la pression. Les bons pieds biarrots sont en reprise (Romain Lonca, Illian Perraux tout juste de retour pour Aurillac) ou moins en confiance (Christopher Hilsenbeck).

Lire aussi  Marco Galinha estime qu'il n'y a pas d'intérêt stratégique à avoir Lusa.

« Illian amène beaucoup de calme au groupe, je me sens en confiance avec lui, détaille le demi de mêlée titulaire Kerman Aurrekoetxea. La pression du jeu au pied est sur nos épaules mais chacun à son poste sait que ça sera dur. Les avants, les centres auront moins de ballons donc devront être précis et les ailiers aussi sous les chandelles. »

D’abord la conquête

Sur la guerre de devant et la conquête, là où tout commence comme le rugby le répète à l’envi, les Biarrots doivent encore et toujours rehausser leur niveau. Ils sont derniers des rucks gagnés (loin derrière Vannes, Provence et Valence), des mauls gagnés (loin derrière Béziers, Colomiers et Nevers) et des touches réussies (Nevers, Vannes et Colomiers dominent ce classement). Ça fait mal. D’autant plus que l’adversaire du soir est premier en mêlées (83 contre 57 pour le BO) et sait provoquer les pénalités dans ce domaine (deuxième derrière Brive).

« Si on veut avoir de meilleurs résultats, il va falloir que chacun apporte plus au groupe »

« Si on veut avoir de meilleurs résultats, il va falloir que chacun apporte plus au groupe, concède Aurrekoetxea. On n’est pas toujours au niveau qu’on voudrait mais ça part de chacun d’entre nous. Individuellement, il faut augmenter notre qualité et notre investissement. »

Continuer d’attaquer

Il y a tout de même de quoi espérer quelques éclaircies. Notamment en attaque, où la frustration témoigne d’un potentiel basque bien présent. Au contraire des Aurillacois qui pointent à la dernière place de Pro D2 (le BO est 8e) et à l’avant-dernière pour ce qui est des essais marqués (6e pour Biarritz). Il s’agit aussi de leur deuxième réception d’affilée. Un piège mental. Alors l’attelage de jeunesse et d’expérience Jonas-Cordin-David-Morgan-Barry et autres Kibirige, Fariscot, Vergnaud doit aider à tuer les actions. Pagès et Joseph sont aussi attendus pour y participer une fois revenus de blessure.

Lire aussi  Salesforce Automotive Cloud crée une « source unique de vérité » pour l'industrie automobile

« Même si rien ne remplace le match, en fin d’entraînement, on met en place des scénarios pour améliorer les différents secteurs, explique Ripol. Pour la conquête, on dit qu’il reste trois minutes et qu’il nous faut le ballon à tout prix. Pareil pour le jeu au pied : nous sommes dans cette zone du terrain, il reste 10 min et il faut qu’on marque trois points pour rentrer dans le bonus ou gagner le match. »

L’an dernier, la rencontre à Aurillac avait soldé la saison avec une 7e défaite d’affilée. Cette année, elle pourrait être un nouveau point de départ.

Hébert pas avant Noël

L’infirmerie biarrote s’est de nouveau remplie après Montauban. Touché au genou, le capitaine Thomas Hébert est ménagé jusqu’à la trêve après laquelle un point sera fait. Le deuxième ligne Johnny Dyer et le troisième ligne Simon Augry sont eux indisponibles pour le déplacement dans le Cantal sans que la nature des blessures n’ait été précisée par le club. Jonathan Joseph, forfait à l’échauffement à Montauban était présent à l’entraînement ce jeudi.

2023-11-30 22:18:08
1701475503


#recherche #des #points #perdus

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT