VNI: ‘Permettre aux soins ambulatoires de se poursuivre’

| |

Les internistes voient le nombre de patients atteints de covid-19 dans leurs unités de soins augmenter. Cela rend inévitable la réduction partielle des soins cliniques planifiables. Cependant, affirment-ils, il est essentiel que les soins ambulatoires se poursuivent.

Selon l’Association néerlandaise des internistes (NIV), les soins ambulatoires continus peuvent éviter une surcharge supplémentaire des soins aigus. Une partie importante des soins actifs est le résultat de la détérioration de maladies chroniques telles que le diabète, l’insuffisance cardiaque et rénale. Interniste et président de la NIV Robin Peeters dit dans un communiqué: “Un traitement moins efficace de ces patients en réduisant les soins ambulatoires entraînera plus de complications et donc encore plus de patients aux urgences.”

Dans la première vague, une énorme diminution de plus de 30 pour cent du nombre de diagnostics a été observée, selon la NIV. Les patients sont restés hors de l’hôpital, à la suite de quoi les tableaux cliniques sont manqués ou sont reconnus trop tard. Selon lui, il y a «une réelle chance» que les internistes ne voient pas tous les patients atteints de cancer, de troubles de la coagulation, de troubles immunitaires et d’insuffisance rénale à temps, de sorte que le traitement puisse être démarré trop tard.

Lorsque les soins ambulatoires se poursuivent, les internistes utilisent également davantage les appels téléphoniques ou vidéo pour les consultations. «Bien que ce ne soit pas toujours optimal, nous pouvons continuer à traiter nos patients de cette manière. De plus, l’hôpital doit rester accessible pour les diagnostics supplémentaires nécessaires ».



lire aussi


Previous

Bartomeu rompt le silence sur son conflit avec Leo Messi

Les chrétiens critiquent le français au président allemand Bela Macron

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.