Selon le ministère congolais, l'épidémie d'Ebola est la pire de l'histoire du pays

KINSHASA, Congo – La dernière épidémie d’Ebola au Congo est la pire de l’histoire du pays, avec 319 cas confirmés et probables, a annoncé le ministère de la Santé.

Le virus mortel a tué environ 198 personnes depuis que l'épidémie a été déclarée le 1er août dans l'est du pays, a annoncé le ministère. Parmi les personnes décédées figurent 163 cas confirmés d'Ebola et 35 décès probables. Près de 100 personnes ont survécu à Ebola.

Il s’agit du 10ème foyer du Congo depuis 1976, année où la fièvre hémorragique a été identifiée pour la première fois à Yambuku, dans la province de l’Équateur, a annoncé le ministère.

Le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a déclaré vendredi soir que les chiffres dépassaient maintenant cette épidémie.

"Aucune autre épidémie dans le monde n'a été aussi complexe que celle que nous connaissons actuellement", a déclaré Kalenga. «Depuis leur arrivée dans la région, les équipes d’intervention ont fait face à des menaces, des agressions physiques, des destructions répétées de leurs équipements et des enlèvements. Deux de nos collègues de l'unité médicale d'intervention rapide ont même perdu la vie dans une attaque. ”

Des groupes armés en lice pour le contrôle de l’est du Congo, riche en minerais, organisent régulièrement des attaques dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, compliquant ainsi l’intervention des responsables de la santé qui rencontrent également la résistance de la communauté.

Les responsables de la santé ont toutefois réussi à vacciner plus de 27 000 contacts à haut risque, dont au moins la moitié auraient pu développer le virus Ebola, a déclaré le ministre de la Santé.

«Cette épidémie reste dangereuse et imprévisible et nous ne devons pas baisser la garde. Nous devons continuer à rechercher une réponse très dynamique qui nécessite des réajustements permanents et une réelle appropriation au niveau de la communauté », a-t-il déclaré.

Le chef des opérations de maintien de la paix des États-Unis s’est engagé cette semaine à faire plus avec le gouvernement congolais pour améliorer la sécurité dans l’est du pays.

C’est la première fois qu’une épidémie d’Ebola se déclare dans le nord-est du Congo. Le ministère de la Santé a déclaré que les équipes de lutte contre l’épidémie d’Ebola étaient attaquées en moyenne trois ou quatre fois par semaine, un niveau de violence jamais observé dans les neuf épidémies précédentes du pays.

Le virus Ebola se transmet par les fluides corporels des personnes infectées, y compris les morts.

___

Carley Petesch, écrivain de l'AP à Dakar, au Sénégal, a contribué à ce rapport.

Copyright 2018 L'Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.