Quelles conditions prédominent massivement dans les décès dus au COVID. Docteur : Eh bien, bonhomme, va te faire vacciner !

| |

Gabriel Diaconu, psychiatre, a posté sur sa page de réseau social un message dans lequel il parle en détail des pierres tombales et des vaccins, mais aussi des principales maladies que souffraient les 40 000 Roumains tués par COVID :

Bezna. Thrombi et vaccins.

Les signes d’idiotie sont comme une perle. Les gens ont tendance à les porter à la vue de tous, ou même à s’en vanter, ou à attendre des compliments. Nous, les Roumains, avons un beau mot qui résume ces caractéristiques : fudulie.

Il est temps de régler, une fois pour toutes, un problème. C’est parce que les gens ont peur, terrifiés, terrifiés (à la limite) à l’idée de se faire vacciner contre le COVID. Pourquoi ont-ils peur ?

La thrombose.

Je demande au lecteur de s’arrêter ici, et de chercher dans sa propre conscience, aussi simplement qu’il le peut, une définition du thrombus. Alors, avant de poursuivre la lecture, l’homme ferait bien de se poser la question : est-ce que je sais, ou pas, ce qu’est un thrombus ?

Je risque de spéculer que, bien que ce soit un mot sur toutes les lèvres, l’écrasante majorité n’a aucune idée de ce qu’est un thrombus. Cela pourrait être un plat, cela pourrait être une espèce de fougère, cela pourrait être un poisson exotique ou un extraterrestre. Le même.

En conséquence, une conclusion intermédiaire se dégage : les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas. Inconnu. Je ne prétends pas qu’une fois ces lignes lues, les gens « connaîtront » ou « comprendront » le thrombus, respectivement la thrombose. Mais je me sens obligé de donner une explication.

Plus de cellules meurent, plus de vaisseaux se brisent

Pour comprendre ce qu’est un thrombus, il faut comprendre le sang.

Le sang n’est pas un liquide rouge, c’est tout. Le sang est une merveille, un fluide intelligent, plein de vie et vivifiant, dont la recette peut se résumer en deux grandes catégories d’éléments : des liquides (plasma), respectivement des solides (cellules, protéines qui « portent » diverses choses sur elles , minéraux).

Les parties solides « marchent » à travers le plasma. Mais ça ne marche pas de toute façon. Il voyage à travers le plasma, dans leur flux à travers les vaisseaux, de manière intelligente et, dans la plupart des cas, ordonnée. Pour comprendre, il existe toute une branche de la biophysique dédiée à l’écoulement des fluides intelligents appelée « rhéologie » (de « rhea », écoulement en grec).

Ce mouvement des cellules à travers le plasma, à travers les vaisseaux, on dit est « laminaire » en situation normale, physiologique, respectivement « turbulent » à diverses intersections, intersections anatomiques (où sortent les artères, où il y a des valves, où il y a des courbes anatomiques faites par les navires). Le flux laminaire, c’est comme marcher sur l’autoroute allemande : chacun sur sa propre voie. Turbulent est comme dans un cercle à Mioriţa.

L’infrastructure sur laquelle le sang circule n’est PAS parfaite. C’est encore en train de casser. Plus de cellules meurent. Des blessures mécaniques surviennent également. Les navires se brisent toujours. Les navires sont toujours bouchés pour diverses raisons.

Le sang, qui est en COMMUNICATION permanente avec le vaisseau dans lequel il circule, a une capacité spectaculaire : à savoir “réparer”, de son côté, les dommages sur la route.

Comment fait-il ça? Eh bien, il a deux choses très astucieuses, dédiées au processus (une sorte de “force d’intervention rapide”) : les plaquettes (ou plaquettes), respectivement quelques protéines dédiées, appelées “facteurs de coagulation”, d’une part, le fibrinogène et des enzymes spéciales , d’autre part.

Donc, comme dans la blague avec les évangélistes qui étaient trois, Luc et Matthieu, l’un d’entre eux : plaquettes, facteurs de coagulation, fibrinogène et enzymes. Ou “aiguille et patch”.

Il est accro aux insectes

LE THROMBUS est l’agglomération de fibrine (qui est constituée de fibrinogène), de plaquettes et d’autres éléments figuratifs (globules rouges et blancs) qui “tachent” la lésion.

La thrombose est aussi une chose très intelligente, car ce n’est pas un plug stupide et c’est tout. Quiconque a déjà eu un doigt coupé, ou contusionné, a vu à quoi ressemble un thrombus (on l’appelle aussi caillot) : il est d’abord mou, puis il est dur.

Ce patch passe par un processus d’évolution en soi. Tant qu’il y reste, comme l’échafaudage du bâtiment, d’autres cellules à l’arrière travaillent d’arrache-pied pour « réparer » les dégâts. Quand le « travail » est terminé, il y a une « lyse » (ou « fusion » de celui-ci), qui vaudrait aussi une histoire, mais c’est autre chose.

Le sang, encore une fois clairement et clairement indiqué, est TOUJOURS coagulant/anticoagulant. C’est en équilibre, disons-nous, dynamiquement. Mais la cascade de coagulation, ou le temps de formation du thrombus, dépend de la lésion. L’insecte. La blessure. Dysfonctionnement – généralement – de la membrane la plus intime des vaisseaux (on l’appelle endothélium).

Exceptionnellement à la déclaration dSurtout, notamment dans des situations exceptionnelles et/ou sévères, cette cascade de formation de thrombus, ou coagulation, peut débuter sans lésion endothéliale.

On l’appelle “Coagulation INTRA-vasculaire”, avec ou sans dissémination (diffusion).

Un cas sur un million de doses

Comme c’est le cas avec COVID-19, où l’aberration inflammatoire causée par le virus perturbe l’équilibre sanguin dynamique au deuxième stade de la maladie, alors qu’en fait COVID, d’une infection respiratoire, devient une maladie du sang, puis l’une des deux meurt : soit de pneumonie, soit de thrombose disséminée.

Les vaccins COVID ne provoquent PAS de thrombose. Je le répète : les vaccins COVID ne donnent PAS de thrombose. Tous les cas de thrombose observés après vaccination avec deux vaccins (respectivement Astra Zeneca et Johnson & Johnson) sont survenus chez des personnes qui présentaient une forme rare de trouble de la coagulation, donc une prédisposition antérieure très rare (vulnérabilité), à savoir une mutation du facteur de coagulation extrême 4 rare . Parmi ceux-ci, la plupart avaient des phénomènes thrombotiques ANTÉRIEURS.

Les cas signalés avaient une fréquence d’un cas par million de doses.

En comparaison, l’écrasante majorité des personnes ayant des problèmes de coagulation n’ont PAS eu d’effets thrombotiques. Au contraire, ces personnes DOIVENT être vaccinées.

Pourquoi? Parce que si je fais du COVID, le risque d’avoir – en raison de la maladie – des complications de thrombose est élevé. De l’ordre de 15 à 20 % de chances, voire plus si les gens ont d’autres maladies, que l’on parle d’insuffisance veineuse, de diabète, d’hypertension, d’antécédents d’infarctus du myocarde ou d’accidents vasculaires cérébraux.

Ainsi, le RISQUE de contracter une thrombose à cause du vaccin, par rapport à la maladie (« faisons-nous vacciner naturellement ») est de MILLIONS DE MOINS.

Il hésite à recommander la vaccination

J’ai des collègues hématologues, cardiologues, spécialistes en dermatologie, rhumatologie, etc. (où les problèmes de “sang” ou de “vaisseaux” sont fréquents) et qui, à mon grand étonnement, hésitent à recommander la vaccination anti-COVID.

POURQUOI?

N’avons-nous pas tous appris la même biophysique, la même physiologie et physiopathologie ? Ne nous souvenions-nous pas tous de la même cascade de coagulation ? Ne pratiquons-nous pas tous la même médecine ? Ne lit-on pas tous les mêmes livres, les mêmes études ?

Homme meilleur : si vous connaissez des varices des membres, ou d’insuffisance veineuse, ou d’hypertension ou de diabète, allez-y et faites-vous vacciner. COVID-19 tue. Le vaccin ne le fait pas. Fais bien ce gamin.

Et vous, si vous êtes hématologue ou oncologue ou dermatologue, jugez médicalement jusqu’au bout ces temps où nous vivons, et revenez au fond du jugement médical, pas aux bazacons qui circulent sur les lèvres de tous les imposteurs.

Vous risquez de tuer votre patient COVID, comme cela s’est déjà produit tant.

Le vaccin sauve des vies

Voulez-vous savoir quelles sont les principales “comorbidités” que les autorités continuent d’annoncer à ceux qui sont morts du COVID, tous les plus de 40 000 Roumains MORTS par la couronne jusqu’à présent ?

Maladie cardiaque et vasculaire (voir ci-dessus) : hypertension, antécédents de cardiopathie ischémique, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, insuffisance veineuse chronique) diabète (voir ci-dessus), plus moins la consommation chronique d’alcool, les maladies du sang qui surviennent dans les maladies Maladie chronique du foie ou autre maladies systémiques (des poumons, mais aussi cancers, leucémies) Parmi ceux qui sont décédés du COVID MASSIVE prédominent ceux qui ont eu des problèmes de coagulation secondaires à leurs maladies primaires.

C’est la principale raison pour laquelle le vaccin SAUVE DES VIES. Parce qu’il prévient efficacement la coagulopathie COVID. Parce qu’il prévient la thrombose COVID. Parce qu’il prévient la mort par de multiples dommages aux organes du corps, en plus des poumons.

L’histoire me pardonne, mais nous lui devons d’affirmer toutes ces vérités, et de le faire jusqu’à ce que nous soyons enroués devant le commun des mortels. C’est sa vie qui est en jeu, pas notre science.

Nous recommandons également :

Si vous aimez cet article, nous attendons de vous que vous rejoigniez la communauté des lecteurs sur notre page Facebook, avec un Like ci-dessous :

.

Previous

Avis d’Emma-Jean Thackray sur Fasching

Les retraites ne seront pas versées à tous les Ukrainiens : qui resteront sans paiement en 2022

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.