Priyadarsan sur la réalisation du film le plus coûteux du cinéma malayalam, ‘Marakkar : Arabikadalinte Simham’

| |

Le réalisateur Priyadarsan sur la recréation du passé pour sa star de Mohanlal “Marakkar: Arabikadalinte Simham”, sortie le 2 décembre

Priyadarsan dit Mohanlal-starrer Marakkar : Arabikadalinte Simham, sorti en salles le 2 décembre, est le meilleur de sa carrière. En plus du malayalam, il sera publié en tamoul, télougou, kannada et hindi.

La saga épique avait suscité des vagues d’excitation dès son annonce en 2017. Les exploits de Kunjali Marakkar IV, un guerrier de la marine et aventurier, avaient enflammé l’imagination du réalisateur depuis qu’il avait lu à son sujet à l’école. Des récits complètement contrastés de Kunjali l’ont intrigué.

« Vénéré par les commerçants arabes et vilipendé par les marins portugais, Kunjali était un marin et un guerrier capricieux qui a vécu et est mort pour sa terre. Je suis tombé sur un proverbe africain qui dit “Jusqu’à ce que le Lion apprenne à écrire, l’histoire favoriserait toujours le chasseur”. Cela explique pourquoi les Arabes l’ont mis sur un piédestal tandis que les Portugais l’ont qualifié de pirate.

Mohanlal joue le rôle titulaire dans Priyadarsan ” Marakkar : Arabikadalinte Simham ‘ | Crédit photo : Arrangement spécial

La loyauté de Kunjali était avec les Zamorins, les dirigeants de l’ancien Malabar, qui l’ont nommé Marakkar, l’amiral de la flotte.

Peut-être le réalisateur grand public le plus titré du cinéma malayalam, Priyadarsan a fait ses preuves dans plusieurs genres et langues. Des comédies qui chatouillent les côtes aux thrillers, en passant par les sagas d’époque et les films d’action, il a remporté l’or au box-office. Des ratés occasionnels entre les deux n’ont pas affecté sa position au box-office.

Marakkar : Arabikadalinte Simham est le film malayalam le plus cher jamais réalisé ; son budget serait supérieur à 100 crores. Le film est dédié à la gloire de la marine indienne.

Scénarisé par Priyadarsan avec un scénario du réalisateur et d’Ani Sasi, le film d’époque se déroule au XVIe siècle, lorsque le monopole des commerçants arabes traditionnels a été contesté par les navires portugais qui sont arrivés au Kerala en 1498.

Réalisateur Priyadarsan

Il n’existe pas beaucoup de récits fiables de Kunjali Marakkar I; les histoires sur ses origines ne sont pas claires. Certaines histoires prétendent qu’il était un Égyptien qui est entré au service des Zamorin tandis que d’autres prétendent qu’il était un Arabe qui s’est installé sur la côte de Malabar. Même les faits sur Kunjali Marakkar II, III et IV sont entourés de mystère.

Prendre la liberté cinématographique

« Les histoires contradictoires abondent sur les Marakkars. Néanmoins, les personnages de mon film sont tous des personnages historiques. Ils n’étaient peut-être pas tous contemporains. Ce sont des libertés cinématographiques que j’ai prises.

Il n’y a aucune peinture des Marakkars ou comment Kunjali Marakkar IV est devenu un guerrier naval si redouté et qui l’a entraîné. « Était-ce un poste héréditaire ? Nous ne sommes pas sûrs. Donc, mon scénario est un mélange de faits, de fiction et de folklore », dit-il.

Mohanlal joue le rôle principal de Kunjali Marakkar dans

Mohanlal joue le rôle principal de Kunjali Marakkar dans “Marakkar: Arabikadalinte Simham” de Priyadarsan | Crédit photo : Arrangement spécial

Comme il n’y a pratiquement pas de références picturales concernant le costume et les ornements des guerriers et du peuple, les costumiers du film, qui ont remporté un prix national du film pour leur travail, ont dû se fier à leur imagination et à quelques références de livres et de peintures.

Mohanlal et Priyadarsan avaient discuté de la réalisation d’un film sur Kunjali Marakkar en 1996, mais les défis auxquels ils ont été confrontés lors de la réalisation de Kaalapani les a persuadés de reporter l’idée. Le réalisateur se souvient à quel point il était difficile de tourner avec un seul navire en Kaalapani et voici un film qui allait se dérouler dans les eaux troubles de la mer d’Arabie au tournant du XVIe siècle.

Cependant, les avancées considérables dans les effets visuels et les producteurs désireux de financer le projet grandiose ont motivé Priyadarsan à revisiter l’idée d’un film sur le guerrier légendaire.

Mohanlal joue le rôle principal de Kunjali Marakkar dans

Mohanlal joue le rôle principal de Kunjali Marakkar dans “Marakkar: Arabikadalinte Simham” de Priyadarsan | Crédit photo : Arrangement spécial

Le film, réalisé sous les bannières d’Aashirvad Cinemas avec Moonshot Entertainments et Confident Group en tant que coproducteurs, a démarré fin 2018.

Avec Mohanlal dans le rôle principal de Kunjali Marakkar IV, la distribution stellaire comprend Nedumudi Venu, Prabhu, Suresh Kumar, Arjun Sarja, Suniel Shetty, Manju Warrier, Keerthy Suresh, Siddique, Mukesh et Pranav Mohanlal. Il dit que le film a été écrit avec Mohanlal en tête car il estimait que le personnage avait besoin d’un acteur avec une image pour correspondre à la stature plus grande que nature de Kunjali. La version plus jeune de Kunjali est rédigée par Pranav Mohanlal.

Mais pour quelques plans de la mer d’Oman à Kovalam, Thiruvananthapuram, le film entier a été tourné à Ramoji Film City à Hyderabad.

Art et VFX

Terminé en 102 jours, Priyadarsan affirme que le film n’aurait pas pu être réalisé sans l’aide de son directeur artistique de confiance Sabu Cyril avec qui il a travaillé dans plusieurs films. « Un plan d’eau d’un acre rempli d’un lakh et demi de litres d’eau a été créé dans la ville de Ramoji. Nous avons construit quatre navires qui ne sont jamais allés sur l’océan. La caméra du directeur de la photographie Thirunavukarasu n’a jamais vu la mer pendant le tournage ; toute l’action en haute mer, les tempêtes, les vagues tonitruantes ont été créées à l’aide de VFX », explique Priyadarsan.

Nedumudi Venu et Suniel Shetty dans

Nedumudi Venu et Suniel Shetty dans « Marakkar : Arabikadalinte Simham » de Priyadarsan | Crédit photo : Arrangement spécial

Le film ne sort peut-être que maintenant, mais il a déjà remporté trois National Film Awards : pour le meilleur long métrage, pour le costume et pour les effets visuels. Le prix décerné à son fils Siddarth Priyadarsan pour VFX donne de la crédibilité à la confiance du réalisateur que les effets VFX du film n’ont aucun parallèle en Inde. C’est pour la première fois qu’un duo père-fils remporte les National Film Awards.

La musique de Rahul Raj a fait des vagues avant même la sortie du film.

Mohanlal avec Jay J Jakkrit et Siddique dans

Mohanlal avec Jay J Jakkrit et Siddique dans “Marakkar: Arabikadalinte Simham” de Priyadarsan | Crédit photo : Arrangement spécial

« Marakkar était un patriote dont la loyauté envers sa terre dépassait les barrières de caste et de religion. C’est mon message dans mon film. Si Kunjali Marakkar pouvait le faire il y a tant d’années, pourquoi trouvons-nous si difficile de faire passer notre pays avant la caste, la religion et la région ?

Priyadarsan souligne que les cinéastes sont au-delà de la religion et de la politique. « Je suis cinéaste et c’est mon gagne-pain. Il n’y a ni politique ni religion au cinéma. C’est comme cela devrait être.”

Hareesh Peradi et Arjun Sarja dans une photo de

Hareesh Peradi et Arjun Sarja dans une photo de « Marakkar : Arabikadalinte Simham » de Priyadarsan | Crédit photo : Arrangement spécial

Tandis que Marakkar : Arabikadalinte Simham se prépare à atteindre le cinéma, Priyadarsan est occupé à réaliser un long métrage en tamoul avec Urvashi en tête. « J’ai aimé lire le scénario de Appatha, un petit film sur une femme et son chien. C’est le 700ème film d’Urvashi. Vingt-huit ans après Mithunam, je travaille avec elle. Madhu Ambat est le directeur de la photographie.

.

Previous

Fusion5 obtient la première place pour le développement d’applications Microsoft low code trans-Tasman

Newport Racing & Gaming célèbre aujourd’hui l’ouverture d’un nouveau lieu de divertissement agrandi

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.