Premiers affrontements de "gilets jaunes" et de policiers

BLors des manifestations des "gilets jaunes" à Paris, des affrontements ont eu lieu entre des manifestants et la police. Les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau samedi matin contre les participants au rassemblement dans une rue latérale du boulevard des Champs-Élysées, ont déclaré des journalistes à l'AFP.

Plusieurs manifestants ont jeté à la police, entre autres choses, des baguettes et d’autres objets. Environ 1500 personnes se sont rassemblées le matin sur les Champs-Elysées, a annoncé la préfecture de police. À Paris, 8 000 manifestants étaient réunis, contre 31 000 dans l’ensemble du pays. Selon le Premier ministre français Edouard Philippe, plus de 500 personnes ont été provisoirement arrêtées à Paris en fin de matinée, et 211 personnes sont en garde à vue.

Parmi eux se trouvaient des suspects qui avaient porté des masques, des frondes, des marteaux et des pavés. Lors des rassemblements de la semaine dernière, lorsque des scènes de guerre civile étaient arrivées dans la capitale, le nombre d'arrestations avait été de 412 au même moment.

Ring périphérique bloqué

Les manifestations ont également provoqué des perturbations massives du trafic dans la capitale française, Paris. Plusieurs centaines de manifestants ont bloqué samedi matin temporairement l'importante rocade. La police a levé le blocus sans provoquer d’affrontements.

Une porte-parole locale du "gilet jaune" a souligné le caractère pacifique du blocus routier. "Nous voulons être différents des émeutiers", a déclaré Laetitia Dewalle. "Nous voulons nous faire entendre, ne faites pas une émeute."

Au niveau national, 89 000 membres des forces de sécurité sont mobilisés ce week-end, contre 8 000 à Paris. C’est environ un tiers de plus que samedi dernier, au moment où disparaissaient les images de la guerre civile. Des militants demandent la prise du palais de l’Elysée, résidence officielle du président Emmanuel Macron.

Les sites touristiques parisiens tels que la Tour Eiffel et le Louvre, ainsi que de nombreux magasins, sont fermés par peur du chaos et des pillages. De plus, 36 stations de RER de métro et de banlieue seront fermées. Environ 50 lignes de bus ont été interrompues ou déviées.

,

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.