Plus de décès dus au COVID-19 dans les foyers de soins à but lucratif en Ontario, selon une étude

TORONTO – Les foyers de soins de longue durée à but lucratif en Ontario ont connu des épidémies de COVID-19 nettement pires et plus de décès associés que leurs homologues à but non lucratif ou gérés par la municipalité, selon une nouvelle étude publiée mercredi.

L’article publié dans le Journal de l’Association médicale canadienne, évalué par des pairs, soulève des questions sur le statut de propriété des maisons de soins infirmiers, un facteur que l’association qui parle au nom des établissements a déclaré l’année dernière n’avait aucun impact sur la qualité des soins.

La recherche a porté sur les 623 foyers de soins de longue durée en Ontario, du 29 mars – date du premier cas signalé de coronavirus dans une maison – au 20 mai. Collectivement, les établissements abritaient plus de 75000 personnes âgées – la plupart avec plusieurs les conditions de santé, à la fois physiques et cognitives.

En tout, plus de 5 200 résidents ont contracté le COVID-19 pendant la période d’étude. Plus d’un quart des personnes infectées – 1 450 – sont décédées.

En Ontario, 57% des foyers de soins sont conçus pour être à but lucratif – le taux le plus élevé au pays. Un autre 26 pour cent sont à but non lucratif et 16 pour cent sont gérés par les municipalités. Bien que le statut de profit n’ait aucun impact sur la question de savoir si un établissement a eu une épidémie de coronavirus, l’étude révèle qu’il a joué un rôle important dans ce qui se passait si une épidémie se produisait.

“Nous avons trouvé des preuves que les maisons de SLD à but lucratif ont des épidémies de COVID-19 plus importantes et plus de décès de résidents dus au COVID-19 que les maisons à but non lucratif et municipales”, conclut l’étude. “Ceux qui ont des normes de conception plus anciennes semblent montrer de pires résultats.”

L’étude, co-écrite par le Dr Nathan Stall avec le Sinai Health System et le University Health Network à Toronto, suggère également que les maisons à but lucratif exploitées en chaîne – 85% des installations commerciales – courent un risque significativement plus élevé de pires résultats de COVID .

Un commentaire d’accompagnement note que la mise à niveau des installations – de nombreux lits sont conformes ou inférieurs aux normes de 1972 – ne résoudra probablement pas la situation à but lucratif si des recherches supplémentaires confirment que la propriété de la chaîne est un facteur clé en soi.

Le Dr Samir Sinha, un gériatre de Toronto qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré que 30 000 lits de soins de longue durée en Ontario avaient un besoin urgent de modernisation.

«Beaucoup de ces vieilles maisons à plusieurs lits appartiennent à des entreprises à but lucratif», a déclaré Sinha. “L’étude parle vraiment de la nécessité de réaménager cela.”

Le gouvernement du premier ministre Doug Ford avait initialement promis de construire 15 000 lits en cinq ans et de réaménager 15 000 autres, a déclaré Sinha. Cependant, seule une poignée relative a été construite ou réaménagée, et le gouvernement a maintenant considérablement tempéré ses ambitions.

La semaine dernière, le gouvernement a annoncé qu’il modifiait la façon dont il finance l’agrandissement des foyers de soins de longue durée afin de stimuler la construction, tout en concédant qu’il paierait maintenant 8 000 nouveaux lits et 12 000 lits rénovés au cours de la même période de cinq ans.

Dans l’intervalle, il a également limité l’occupation des chambres à deux, ce qui aggrave encore la pénurie de lits.

L’association ontarienne des soins de longue durée, qui parle pour les maisons de soins infirmiers et s’est plainte du sous-financement, n’a pas répondu à une demande de commentaires sur l’étude.

Mercredi, la Coalition ontarienne de la santé a déclaré que 95% du personnel des foyers de soins infirmiers de la province ont déclaré que les besoins de soins de base des résidents – comme le bain, les soins bucco-dentaires et le soutien émotionnel – n’étaient pas satisfaits en raison de la pénurie de personnel.

D’autres ont déclaré qu’ils n’avaient pas assez de temps pour nourrir correctement les résidents, les amener aux toilettes à l’heure ou s’assurer qu’ils ne développaient pas d’escarres de pression – une situation particulièrement problématique la nuit et le week-end. La plupart des répondants ont indiqué que la situation s’était aggravée depuis que la pandémie a frappé en mars.

En réponse, Ford a déclaré que les résultats de l’enquête montrent pourquoi son gouvernement a adopté des pouvoirs d’urgence en cours pour pouvoir «transférer le personnel des hôpitaux vers les soins de longue durée».

Des recherches antérieures ont montré que les niveaux de personnel jouent un rôle clé dans les résultats du COVID-19, une étude californienne ayant révélé que le sous-effectif doublait les chances que les résidents soient infectés.

«Si les exigences pour financer des niveaux adéquats de personnel affectent les résultats des établissements à but lucratif, alors il est peut-être temps que ces soins soient confiés à des entités publiques et à but non lucratif», indique le commentaire de la revue.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 22 juillet 2020.

Colin Perkel, La Presse canadienne

Previous

Greenwood marque un point pour Manchester United après la faute de Pogba | Football

Un homme qui a battu sa femme autour de la tête avec un rouleau à pâtisserie pendant une épreuve de sept heures obtient trois ans

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.