Payer plus pour l’électricité et / ou se plaindre moins?

| |

Il y a quelque temps, j’ai écrit une lettre aux éditeurs du Hartford Courant. Mon opinion était qu’Eversource était injustement mis au pilori pour avoir augmenté ses tarifs en juillet, puis pour ne pas avoir empêché les pannes d’électricité provoquées par la tempête Isaias en août – car cela leur aurait coûté plus d’argent pour être mieux préparés à l’ouragan. J’ai depuis fait plus de réflexion et de recherche, et je me rends compte que la situation est plus compliquée que je ne le pensais au départ. Alerte spoiler: je terminerai cette pièce avec quelques questions toujours en suspens.

Eversource est un «monopole réglementé». À un moment donné, même les passionnés du marché libre les plus dévoués se sont rendu compte que A) il serait inefficace et dangereux d’avoir plusieurs ensembles de fils de transmission électrique serpentant, et B) s’il n’était pas réglementé, un seul fournisseur d’électricité pourrait en effet facturer des tarifs très élevés. Ainsi, comme la plupart des fournisseurs d’électricité, Eversource relève de la surveillance d’une agence gouvernementale, dans notre cas la Public Utilities Regulatory Authority (PURA). Eversource est autorisé à être (principalement) un monopole, mais ses tarifs sont limités par PURA.

Alors, lorsqu’un ouragan frappe et que des arbres tombent sur des fils électriques et des transformateurs, qui est responsable? Qui devrait être responsable? Ce que je lis et entend au cours des dernières semaines indique à peu près qu’Eversource aurait dû prévoir à quel point la tempête tropicale Isaias serait mauvaise, et aurait dû recruter plus d’équipages plus rapidement pour réparer les lignes plus rapidement. Mais bien sûr, le diable est dans les détails. Eversource, en se fondant bien sûr sur diverses prévisions météorologiques, aurait-il pu prévoir quels arbres et poteaux électriques s’effondreraient, et avoir des équipages prêts et attendant à deux pâtés de maisons de les réparer? Eh bien, non, ce n’est pas réaliste.

Ils auraient pu, cependant, mettre plus d’équipages en attente avant que la tempête ne frappe, et auraient pu importer de la main-d’œuvre, des camions et du matériel d’un État qui était très peu susceptible de subir des catastrophes naturelles à la mi-août. Cela aurait bien sûr coûté de l’argent supplémentaire. Qui paierait? N’oubliez pas que les contribuables sont déjà irrités par les augmentations tarifaires de juillet. . .

Craig Hallstrom d’Eversource a souligné dans le CT Mirror qu’en fin de compte, les contribuables supportent le coût de l’embauche d’équipes pour se tenir prêt, ainsi que de les garder sur la liste de paie aussi longtemps que nécessaire pour rétablir le courant. Hallstrom a déclaré qu’Eversource pourrait se tromper du côté du sureffectif, se sauvant des critiques. «Personne ne pourra jamais m’accuser de ne pas être prêt – mais ce n’est financièrement responsable envers personne», a-t-il déclaré.

Plusieurs ont écrit qu’Eversource devait «renforcer la grille» – c’est-à-dire couper les arbres, remplacer les vieux poteaux pourris, enterrer les lignes sous terre. Mais ils ne suggèrent pas comment payer pour cela. Le calcul est qu’en fin de compte, ce sont les contribuables qui paient pour cela, alors PURA devrait permettre à Eversource d’augmenter ses tarifs.

On a souvent souligné que le Connecticut a les tarifs d’électricité les plus élevés du pays, à l’exception d’Hawaï et de l’Alaska. C’est principalement parce que la plupart de nos centrales électriques fonctionnent au gaz naturel, ce que nous n’avons pas localement. Nous devons le faire entrer, ce qui coûte cher, surtout en hiver, quand tout le monde le veut. Nous n’avons pas autant de soleil, ni de vent, ni d’énergie hydroélectrique. Le charbon serait moins cher, mais nous ne voulons vraiment plus brûler de charbon, n’est-ce pas?

Il a été avancé qu’Eversource n’utilise pas ses vastes ressources de manière responsable. Le salaire annuel de 20 millions de dollars versé au PDG Jim Judge est certainement excessif? Eh bien, c’est peut-être le cas, mais Eversource utilise quelques décimales au-delà. Selon sa récente rapport annuel, Eversource a des revenus bruts de 8,5 milliards de dollars, dont 2,9 milliards de dollars en «immobilisations corporelles» – ce que nous souhaitons améliorer. Ainsi, réduire le salaire du PDG ne ferait pas beaucoup de différence dans les ressources disponibles pour la taille des arbres, les équipes de secours, etc.

Bien qu’il reste encore beaucoup de questions à résoudre, il me semble que le calcul est clair: pour mieux préparer et faire face à des événements indésirables comme les tempêtes, Eversource devra nous facturer plus d’électricité. Tant pis. (Divulgation complète: je ne possède pas d’actions Eversource.)

Sandy Becker vit à Middletown.


CTViewpoints accueille les réfutations ou les opinions opposées à cela et à tous ses commentaires. Lisez nos directives et soumettez vos commentaires ici.

.

Previous

Le meurtre de Ballabhgarh filmé! Des images de vidéosurveillance montrent un étudiant de 21 ans abattu de sang-froid

Les jardins d’enfants célèbrent la Journée de la pomme – Schalmont Central School District

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.