Nouveau jour de tension à Alcorcn, où la mairesse du PSOE ferme la plaza de la cacerolada contre Snchez “pour éviter les contagions”

0
25

Mardi,
19
mai
2020

22:42

Les groupes d’extrême gauche sont revenus harceler et insulter les concentrés qui demandent la démission de Snchez.

Des radicaux insultent une femme avec le drapeau de l’Espagne.JAVIER BARBANCHOMONDE

  • Vivre.Coronavirus Espagne aujourd’hui, dernière heure en direct

Alcorcn a vécu une nouvelle journée de tension après le maire, Natalia de Andrs, du PSOE,La place où le match contre Snchez a eu lieu pendant d’autres jours fermera cet après-midi., appelée Plaza de los Prncipes, “pour éviter les contagions” et pour empêcher les affrontements verbaux d’hier entre les manifestants contre le gouvernement et les groupes d’extrême gauche.

Malgré la fermeture de la place, dans le quartier du Parque Lisboa, les manifestants d’une enseigne et d’une autre se sont concentrés aux alentours,forçant la police nationale à rétablir un cordon de sécurité pour éviter les affrontementset pour disperser les foules qui se déroulaient.

Les voisins qui protestaient contre le gouvernement ont continué à marcher et à montrer leur rejet de l’exécutif central, et lorsqu’ils ont dépassé les radicaux, il y a eu des moments de nervosité à nouveau.Les groupes d’extrême gauche ont insulté et réprimandé ceux qui portaient des drapeaux espagnols au cri des fascistes et des fachas. Les agents ont formé une barrière entre les deux parties et il y a même eu une attaque d’agression contre une femme portant un drapeau espagnol. “C’est dommage qu’ils nous insultent et nous traitent comme ça aux personnes âgées qui viennent seulement pour montrer leur rejet du gouvernement”, a déclaré une femme. Plusieurs jeunes ont répondu aux radicaux en enlevant une banderole sur laquelle était inscrit le slogan: “Nous ne sommes pas fascistes, nous sommes pacifistes”.

Les radicaux ont continué de harceler ceux qui portaient des drapeaux et des casseroles au cri d ‘«Alcorcn, antifasciste» et de «Santé publique». “C’est malheureux ce qui s’est passé, nous n’avons insulté personne, nous avons seulement demandé la démission de Snchez, mais ilsils nous écrasent avec des disqualifications et des délits pour avoir porté le drapeau de l’Espagne, c’est inadmissible. Sinon pour la police, ils nous ont battus. Les violents et fascistes sont-ils avec cette attitude “, a expliqué une femme.

La police
La police face aux radicaux d’extrême gauche et aux anti-systèmesJAVIER BARBANCHO

“Nous l’avons fermé pour éviter les infections par Covid-19 face à la foule de ces derniers jours et ainsi protéger les voisins”, a confirmé la maire, Natalia de Andrs, via ses réseaux sociaux.

Des sources municipales ont indiqué qu’il avait été décidé de fermer la Plaza Prncipes de Espaa, car “les normes établies sont violées, car entre huit et onze heures du soir, il y a beaucoup de monde,Les limites de distance établies ne sont pas respectées. ““De la mairie d’Alcorcn, nous demandons à la population la responsabilité, la tranquillité et, surtout, le strict respect des consignes fixées par les autorités sanitaires”, a souligné ce matin le maire dans un communiqué diffusé sur ses réseaux sociaux.

Le conseiller socialiste a insisté sur le fait que les rassemblements de lundi, “tous deux illégaux, ne devraient pas avoir lieu à nouveau, car la santé de tous les habitants d’Alcorcn est menacée par ces initiatives”. “Ce type d’action met gravement en danger la santé des citoyens de la régionet c’est notre obligation d’agir pour défendre la santé de la population, a réitéré le maire, qui rappelle que “les mesures imposées par l’état d’alerte sont pour tout le monde”.

Manifestations à Madrid

Le dixième jour de ce mardi de rassemblements et de casseroles dans différentes parties de Madrid a été marqué par un vaste dispositif policier qui a empêché la fermeture de la Calle Ferraz, siège du PSOE. Un jour de plus,La rue Nez de Balboa, dans le quartier de Madrid de Salamanque, était l’un des endroits les plus populaires pour les manifestants, lieu où les manifestations ont commencé.

Les agents déployés sur place ont pris les données d’un des représentants du Mouvement de résistance, organisateurs de l’appel.

Cependant, le Paseo de la Habana a été ce mardi la zone où plus de personnes se sont rassemblées, plusieurs centaines, dont une bannière avec le drapeau de l’Espagne et le mot “liberté”.

Le vaste dispositif de police a empêché cela devant le siège du PSOE sur la Calle Ferraz,les manifestants, environ deux cents, fermeront la circulation comme les deux jours précédents.

De tout temps,les agents ont obligé ces personnes à se déplacer sur les trottoirs et à ne pas rester immobilesà proximité du siège socialiste.

Dans d’autres régions comme Montecarmelo, Sanchinarro, Pinar de Chamartn, Aravaca et dans les municipalités de la périphérie comme Arganda, Majadahonda, Las Rozas ou Pozuelo, la tranquillité a régné et le nombre de participants a diminué par rapport aux autres jours. D’autres quartiers de Madrid ont vécu la journée en toute tranquillité comme la Plaza de Coln, Vallecas ou Villaverde.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.