Ministère de l’Intérieur au Parquet : Nous avons détenu un policier, nous vous en avons informé. Pourquoi n’as-tu pas gardé la taupe pendant 4 ans ?

Le bâtiment du ministère de l’Intérieur

Un homme de la gendarmerie a été détenu dans le gang qui trafiquait des migrants, et le bureau du procureur a été avisé. Cela a été annoncé par le ministère de l’Intérieur à l’occasion de la publication de l’acte d’accusation selon lequel un employé du ministère de l’Intérieur n’était pas détenu.

Pourquoi n’avez-vous pas révélé pendant 4 ans qui exportait des informations des services “hors SANS”, demande le ministère de l’Intérieur. La raison de la question est que le bureau du procureur a souligné qu’une personne extérieure à l’agence, mais dans les forces de sécurité, a aidé le gang.

Voici l’intégralité de l’annonce du ministère de l’Intérieur :

Dans le cadre d’une déclaration du bureau du procureur concernant un groupe criminel organisé brisé pour les migrants illégaux, dans lequel il est allégué que des informations fausses et manipulatrices ont été diffusées, le ministère de l’Intérieur a précisé :

Les actions des employés de la direction de la sécurité intérieure / ICE / – ministère de l’Intérieur sont basées sur un décret reçu par un procureur du bureau du procureur spécialisé / SP / pour l’attribution de l’AIM et du PSD dans le cadre d’une procédure pénale. Séparément au ICE-Ministère de l’Intérieur, une lettre a été reçue avec № … / 2022 sur la liste du Bureau du Procureur Spécialisé pour la nomination d’un employé pour assister à une réunion de coordination entre toutes les structures impliquées dans l’opération dans le bâtiment du SP. La raison en est les actions conjointes prévues. L’empathie d’un employé du ministère de l’Intérieur a été établie au ministère de l’Intérieur. Afin de détecter et de documenter pleinement l’activité criminelle, un plan a été préparé, coordonné avec le procureur superviseur du SP.

L’annonce de l’organe de contrôle de la légalité, publiée sur le site officiel du parquet, précise qu’aucun employé du ministère de l’Intérieur n’a été détenu lors de l’exécution.

Citation du communiqué du parquet :

“Ce n’est certainement pas vrai dans certaines publications qu’un officier de gendarmerie a été arrêté dans le cadre de la procédure préliminaire.”

Les faits:

Au cours de l’opération sur le fondement de l’art. 72, al. sécurité “/ ICE /. Un entretien a eu lieu avec l’employé dans le bâtiment du CDCOC, puis il a été interrogé en tant que témoin. L’ordre de détention est connu du procureur de tutelle.

En effet, après coordination avec un enquêteur principal du CA au SP, l’employé du ministère de l’Intérieur a été libéré et aucune autre mesure de contrainte ne lui a été appliquée.

Le communiqué du parquet affirme qu’il y a une fuite d’informations d’une “structure de pouvoir extérieure au SANS” et c’est la raison pour laquelle le chef du groupe criminel n’a pas été détenu. Le bureau du procureur affirme que le développement a été initié par SANS.

Le législateur a prévu que le procureur exerce un contrôle sur la régularité de l’enquête, sa direction afin de traduire en justice les personnes pour lesquelles, au cours de l’enquête, des données suffisantes ont été recueillies pour un crime.

La question se pose de savoir pourquoi pendant 4 ans le bureau du procureur n’a pas recueilli de preuves et n’a pas révélé qui divulguait des informations. Une question rhétorique, étant donné qu’il s’agit d’un des cas pour lesquels le ministère de l’Intérieur a notifié à l’Inspection du CJS des retards injustifiés du parquet.

Il convient de noter qu’une fois de plus, lorsque le ministère de l’Intérieur remplit ses obligations légales d’informer le public des résultats de son travail, le bureau du procureur accepte cela comme une atteinte à son indépendance. Dans le même temps, nous assistons une fois de plus à la façon dont l’organe censé exercer un contrôle juridique fait de fausses déclarations et de faux faits dans des communications ou des prises de position officielles.

Le ministère de l’Intérieur espère que la publication de fausses informations est involontaire par le parquet et l’attribue à sa charge de travail dans la lutte contre la délinquance ou à une mauvaise coordination entre ses différentes structures.

Le ministère de l’Intérieur appelle les médias à publier des informations exactes et vérifiées, reflétant tous les points de vue, même lorsqu’elles sont rapportées par un organisme officiel.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

La Russie est la menace n°1. 1

Le concept stratégique précédent avait été adopté en 2010, en présence du président de la Fédération de Russie de l’époque, Dmitri Medvedev, « considérant la

ADVERTISEMENT