Les utilisateurs d’Internet gratuit sur Facebook seraient facturés via leurs opérateurs de téléphonie mobile

Sarah Tew / Crumpe

Le service Internet gratuit de Facebook a été lancé dans les pays en développement et les zones socio-économiques défavorisées il y a plus de cinq ans pour offrir aux gens un accès gratuit à certains services en ligne. Mais beaucoup de gens sont facturer de petits montants pour l’utilisation des données par leurs fournisseurs de téléphonie mobile tout en utilisant les applications en mode gratuit, ce qui représente au total des millions de dollars chaque mois au cours de l’année se terminant en juillet 2021, selon un rapport du Wall Street Journal.

Meta a pris note du problème l’année dernière, le qualifiant de violation de son principe de transparence dans une note d’octobre, selon le rapport du Journal lundi citant des documents internes de l’entreprise.

Le problème a été décrit dans les documents internes comme “lorsque les utilisateurs sont en mode gratuit et pensent que les données qu’ils utilisent sont couvertes par les réseaux de leur opérateur, même si ces utilisateurs paient eux-mêmes pour les données”, a déclaré le Journal.

“En collaboration avec les opérateurs mobiles, Free Basics donne accès à des outils de communication, des informations sur la santé, des ressources éducatives et d’autres services à faible bande passante.” Meta dit sur ses bases gratuites page.

Meta n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire, mais a déclaré au Journal qu’il avait atténué le problème et “continué à essayer de le résoudre”. Les utilisateurs sont informés lorsqu’ils s’inscrivent que les vidéos ne sont pas gratuites, a déclaré le porte-parole au Journal, et sont censés recevoir une notification indiquant qu’ils seront facturés lorsqu’ils cliquent sur une vidéo, mais cela ne fonctionne parfois pas – et Facebook est travaillant à résoudre ce problème.

Facebook était auparavant critiqué pour son service Internet gratuit en Inde en 2016, lorsque des groupes de défense des droits à Internet ont déclaré que Free Basics violait les principes de neutralité du net et ne fournissait qu’un “accès partiel à Internet”.

“Si vous pensez que l’accès à Internet est un droit comme l’accès aux soins de santé et à l’eau potable”, indique la lettre, “alors Facebook devrait soutenir un accès abordable à l’ensemble de l’Internet pour tous, et pas uniquement l’accès aux services que Facebook ou ses partenaires jugent acceptables.”

Le service était déjà disponible dans 36 pays à l’époque, mais Facebook Free Basics a été coupé en Inde un mois plus tard.

Vous pouvez lire l’intégralité du rapport de The Wall Street Journal ici (abonnement obligatoire).

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT