Les procureurs italiens ont exigé jusqu’à 8 ans de prison contre les dirigeants d’Eni et Shell

(Agence Ecofin) – Les procureurs italiens ont requis 8 ans de prison contre Claudio Descalzi, PDG du groupe Eni, et 7 ans 4 mois contre Malcolm Brinded, ancien directeur de Shell. Les deux dirigeants sont accusés d’avoir acquis la licence d’exploitation d’un bloc pétrolier au Nigeria contre des pots-de-vin.

Les procureurs de la Cour de Milan (Italie) ont demandé le mardi 21 juillet 2020 des peines de prison contre des hauts dirigeants des compagnies pétrolières Eni et Shell. Les deux sociétés sont impliquées dans un scandale de corruption au Nigeria.

Les deux sociétés sont accusées d’avoir acquis une licence d’exploration pour le bloc pétrolier offshore OPL-245 en 2011 sachant très bien que la plupart des fonds qui s’élèvent à 1,3 milliard de dollars iraient à des politiciens et des intermédiaires sous forme de pots-de-vin. De leur côté, les principaux accusés ont toujours nié les faits affirmant que l’argent avait été versé sur un compte officiel de l’État nigérian.

Le procès implique notamment Claudio Descalzi (photo), PDG du groupe Eni. Les procureurs de Milan ont demandé que l’homme de 65 ans soit condamné à huit ans de prison et sept ans et quatre mois ont été demandés contre Malcolm Brinded, un ancien directeur de Shell.

À ces peines d’emprisonnement s’ajoutent une amende de plus d’un million de dollars pour le co-accusé et la saisie de 1,092 milliard de dollars à tous les accusés dans l’affaire, un montant équivalent à des pots-de-vin. du vin qui aurait été versé.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.