Home » Les écologistes dénoncent le non-respect par Valladolid des nouvelles normes de qualité de l’air

Les écologistes dénoncent le non-respect par Valladolid des nouvelles normes de qualité de l’air

by Nouvelles

Ecologists in Action a dénoncé aujourd’hui que de nombreuses villes d’Espagne, dont Valladolid, ne pas se conformer aux nouvelles directives de l’Organisation mondiale de la santé sur la pollution de l’air, les seules recommandations scientifiquement reconnues au monde sur la qualité de l’air que nous respirons, dont le respect réduit considérablement les risques pour les personnes.

Ainsi, la concentration annuelle recommandée de dioxyde d’azote (NO2), un polluant toxique dont la principale source en ville est la circulation motorisée, est passée de 40 à 10 µg/m3 (microgrammes par mètre cube). De son côté, la directive annuelle pour les particules inférieures à 2,5 microns (PM2,5) –les plus nocives pour la santé– passe de 10 à 5 µg/m3, alors que la réglementation autorise 20 µg/m3.

En ce sens, les écologistes ont reconnu que de nombreuses villes ont fait des progrès dans la réduction de la pollution par le NO2 et les PM2,5 ces dernières années. Cependant, les données montrent que toutes les villes espagnoles dépassent actuellement les nouvelles directives sur la qualité de l’air établi par l’OMS, malgré la forte baisse de ses niveaux en 2020 en raison des mesures de lutte contre le COVID-19.

Écologistes en action lors d’un événement à Valladolid

NCYL

De cette façon, et en prenant comme référence la dernière année sans confinement (2019), les niveaux de NO2 à Barcelone, Grenade et Madrid ont quadruplé le nouveau guide annuel de l’OMS, dépassant la valeur limite légale actuelle qui coïncide avec la précédente recommandation.

Cette année-là, ils ont dupliqué la nouvelle directive de l’OMS pour ce même polluant, en plus de Valladolid, des villes telles que La Corogne, Algésiras, Alicante, Almería, Avilés, Bilbao, Castellón, Ceuta, Córdoba, Cuenca, Donostia, Gijón, Girona, León , Lleida, Malaga, Murcie, Ourense, Oviedo, Palma, Las Palmas de Gran Canaria, Pampelune, ​​Santa Cruz de Tenerife, Santander, Séville, Tarragone, Torrelavega, Valence, Vigo, Vitoria et Saragosse.

Cause de décès

Ecologists in Action a rappelé que le NO2 provoque chaque année en Espagne environ 7 000 décès prématurés, selon l’Institut de la santé Carlos III et l’Agence européenne pour l’environnement, plus de 200 d’entre eux dans la ville de Valladolid. C’est un gaz irritant qui provoque des maladies respiratoires telles que l’asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), et diminue la résistance à l’infection. Diverses études ont lié la mortalité de la maladie COVID-19 à ce polluant atmosphérique.

C’est pourquoi l’organisation souligne que la réduction significative des niveaux de pollution que l’OMS considère comme malsaine devrait être une incitation pour les différents gouvernements à avancer autant que possible dans l’amélioration de la qualité de l’air. Ces objectifs doivent être considérés comme un but et non des limites légales fixées par la réglementation, qui ne garantissent pas toujours la protection de la santé. Du moins tant que la législation ne se rapproche pas des connaissances scientifiques, ce qui devrait arriver en 2022, avec la révision de la directive européenne sur la qualité de l’air.

Zones à faibles émissions

À l’occasion de la Journée européenne sans voiture et à la lumière de ces données, Miguel Ángel Ceballos, porte-parole d’Ecologistas en Acción, a demandé aux autorités « de consolider les bonnes pratiques acquises pendant la pandémie comme commerce de proximité, télétravail, administration électronique ou horaires décalés, en plus de favoriser les transports collectifs électriques et la mobilité active piétonne et cycliste, redistribuer l’espace urbain au profit de ces moyens ».

Dans le cas de la ville de Valladolid, l’organisation environnementale demande à la mairie de mettre en œuvre le ZBE prévu dans le centre historique le 1er janvier et de procéder à son extension en 2023 à l’ensemble de la zone ORA et en 2024 à l’ensemble de la ville. , englobé par l’intérieur de Ronda et l’autoroute A-62. Limiter l’accès au centre et aux quartiers des véhicules les plus polluants et à faible taux d’occupation.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.