nouvelles (1)

Newsletter

Les dirigeants locaux pénalement, administrativement responsables des rassemblements de masse: DILG

Les habitants de Quezon City font la queue devant l’école élémentaire Paltok de Quezon City le 7 avril 2021 pour recevoir une aide en espèces dans le cadre du programme d’amélioration sociale (SAP) du gouvernement. Jonathan Cellona, ​​Actualités ABS-CBN

MANILLE – Les responsables locaux seront accusés de ne pas avoir interdit les rassemblements de masse, a averti dimanche le ministère de l’Intérieur et du Gouvernement local.

Le non-respect par les autorités locales des protocoles de santé peut entraîner des sanctions administratives ou des poursuites pénales pour manquement au devoir en vertu du Code pénal révisé, a déclaré le DILG dans un communiqué.

«Une plainte administrative ou une affaire pénale peut être déposée contre des LCE (chefs d’entreprise locaux) négligents. Le DILG ne veut pas en venir au point de faire cela, donc j’espère que les LGU (unités du gouvernement local) mettront correctement en œuvre la politique sur les rassemblements de masse selon la classification de quarantaine dans leur région », a déclaré le secrétaire du DILG Eduardo Año.

(Les LCE peuvent faire face à des affaires administratives ou pénales. Le DILG ne veut pas cela, nous espérons donc que les LGU pourront appliquer des politiques sur les rassemblements de masse en fonction de la classification de quarantaine de leur zone.)

En vertu des directives du Groupe de travail interorganisations contre le COVID-19 à compter du 15 avril, les rassemblements à l’extérieur des résidences et les rassemblements dans les résidences sont interdits dans les zones soumises à une quarantaine communautaire renforcée (ECQ), à une ECQ modifiée (MECQ) et à une quarantaine communautaire générale (GCQ). ).

Les rassemblements sont autorisés jusqu’à 50 pour cent de la capacité des sièges ou des salles pour les zones sous GCQ modifié (MGCQ).

Les rassemblements pour la prestation de services gouvernementaux et les activités humanitaires autorisées sont autorisés dans tous les domaines sous ECQ, MECQ, GCQ et MGCQ.

Les rassemblements religieux sont interdits en vertu de l’ECQ, alors qu’ils sont autorisés au MECQ pour 10 à 30 pour cent de la capacité d’accueil, sous réserve des réglementations du gouvernement local. Sous GCQ, il est autorisé jusqu’à 30 à 50 pour cent. Dans les zones sous MGCQ, il est permis jusqu’à 50 pour cent de la capacité des sièges.

Les services nécrologiques et les funérailles pour ceux qui sont décédés de causes autres que COVID-19 sont autorisés mais limités aux membres de la famille dans les zones ECQ et MECQ. Dans les zones sous GCQ, il est autorisé jusqu’à 30 à 50 pour cent de capacité. En vertu du MGCQ, il est autorisé jusqu’à 50 pour cent de la capacité du site.

Les projections de films, les concerts, les événements sportifs, les activités de divertissement et les conférences de travail sont interdits dans les zones sous ECQ, MECQ et GCQ. Dans les zones sous MGCQ, ceux-ci sont autorisés jusqu’à 50 pour cent de la capacité des sièges conformément aux normes de ventilation.

Le public est instamment prié de déposer des plaintes contre les fonctionnaires locaux en erreur auprès des bureaux régionaux de DILG ou du centre des opérations d’urgence DILG à [email protected] ou (02) 8876-3454 local 881 à 884.

Le groupe de recherche indépendant OCTA a déclaré dimanche que les cas de virus quotidiens dans la région métropolitaine de Manille étaient tombés à 2100 en moyenne, contre un pic de 5500.

La région métropolitaine de Manille et ses provinces environnantes de Bulacan, Cavite, Laguna et Rizal ont été placées sous ECQ du 29 mars au 11 avril, puis sous MECQ du 12 avril au 14 mai, pour enrayer la hausse alarmante des infections qui a commencé début mars.

La région métropolitaine de Manille a maintenant un taux de reproduction du virus de 0,67 et un taux de croissance hebdomadaire de -27%, a déclaré Guido David, un chercheur d’OCTA, à TeleRadyo d’ABS-CBN.

“Nous prévoyons d’ici la semaine prochaine, d’ici le 14 mai, baka moins de 2 000 cas na yan (cela pourrait être moins de 2 000 cas)”, a-t-il dit.

Le ministère de la Santé a déclaré plus tôt que le nombre inférieur de cas de COVID-19 frais signalés au cours des dernières semaines peut être attribué au nombre réduit d’échantillons reçus par les laboratoires accrédités pour les tests.

Les Philippines ont signalé samedi 6 979 nouveaux cas de COVID-19, portant son total à 1 094 849, dont 63 376 étaient des infections actives.

Depuis que le pays a déployé son programme de vaccination contre le COVID-19 le 1er mars, plus de 2 millions de vaccins ont été administrés, dont plus de 1,74 million étaient des premières doses et plus de 320 000 étaient des secondes doses.

Samedi, plus de 7,5 millions de doses de vaccins COVID-19 ont été livrées au pays.

DILG, maires, responsables locaux, rassemblement de masse, ECQ, MECQ, GCQ, MGCQ, ministère de l’Intérieur et des Gouvernements locaux, quarantaine COVID-19, Philippines COVID-19 quarantaine, site uniquement

.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT