« Le seuil du dentiste est élevé dans ce pays, il est temps de réformer en profondeur les soins dentaires » – Belgique

| |

«La règle du tiers payant n’aidera pas beaucoup le patient dentaire», écrit Frieda Gijbels (N-VA). « Le seuil du dentiste doit être abaissé. »

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke annonce qu’il veut faire quelque chose pour rendre les soins dentaires abordables. Il évoque l’introduction de la règle du tiers payant (c’est-à-dire qu’en tant que patient vous ne payez que la contribution patient) et le remboursement des couronnes et des implants. Mais je ne pense pas que ce soit la bonne voie à suivre. Les soins dentaires doivent être profondément réformés.

Le seuil du dentiste est élevé dans ce pays. Et cela a souvent à voir avec les coûts que les soins dentaires entraînent. soins dentaires (Je préfère en fait appeler cela des soins bucco-dentaires, car les dentistes ne s’occupent pas seulement des dents dans la bouche) est en effet cher dans ce pays. En effet, en Belgique, nous devons payer environ 57 % des frais de soins dentaires de notre poche. C’est beaucoup plus qu’aux Pays-Bas et en Allemagne, disons.

Et c’est parce que le tarif que le gouvernement met sur les différents traitements ne correspond plus au coût des techniques de soins dentaires modernes. De nombreux dentistes n’adhèrent donc pas au tarif officiel, car ce n’est tout simplement pas faisable. Certains soins dentaires ne sont pas remboursés du tout. Et puis il ne s’agit pas que de soins de luxe, comme le blanchiment des dents (qui n’est pas toujours un traitement de luxe, il suffit de penser aux dents qui se décolorent après avoir été dénervées). Mais cela concerne également le traitement, par exemple, de la gingivite. Ce n’est pas remboursé si vous avez 55 ans ou plus. Alors qu’une telle infection est associée à des maladies cardiovasculaires et à la démence.

Les soins dentaires spécifiques deviennent de plus en plus chers, car les techniques évoluent et parce qu’on peut en faire de plus en plus simplement. Et parce qu’un groupe croissant de dentistes n’adhère plus aux tarifs “officiels”, une règle du tiers payant (dans laquelle le patient ne paie que la contribution du patient) sera donc très peu utile si les traitements ne sont pas remboursés ou sont remboursés loin trop petit.

Mais cela ne signifie pas que cette évolution n’est pas durable et que les soins dentaires deviendront de toute façon inabordables à l’avenir.

Parce qu’il y a aussi de bonnes nouvelles. Vous pouvez prévenir la plupart des problèmes dentaires. Parce que la cause des caries (cavités) et de la parodontite (inflammation des gencives et des os de la mâchoire) est simplement la « plaque dentaire ». Et il peut être parfaitement nettoyé. C’est une bonne idée de le faire tous les jours à la maison (oui, entre les dents aussi), et c’est une bonne idée de consulter régulièrement un professionnel pour enlever la plaque et le tartre qui ont échappé au brossage quotidien. Cela semble simple, mais c’est le seul moyen à la fois d’améliorer la santé bucco-dentaire générale et de garder les soins bucco-dentaires abordables.

Depuis trois ans, nous avons même des « hygiénistes dentaires » en Flandre, parfaitement formés pour perfectionner la technique du brossage et nettoyer les dents de manière professionnelle. Ils pourraient également faire un travail formidable dans les centres de soins résidentiels et les institutions pour personnes handicapées. Et la meilleure nouvelle : ils pourraient limiter le nombre de soucis plus gros et plus chers ! Et puis il pourrait aussi y avoir des tarifs corrects avec un remboursement correct. Seulement… ces hygiénistes dentaires sont là, mais leurs traitements ne sont pas remboursés. Malheureusement. Une règle du tiers payant n’aidera pas non plus.

Ma question au gouvernement est donc de vraiment travailler sur des soins dentaires abordables. Un milliard coûte des soins dentaires au gouvernement, mais les dépenses réelles sont d’environ 1,8 milliard. Un coup de pouce supplémentaire de 45 millions d’euros, promis par le ministre Vandenbroucke, est certes le bienvenu, mais un véritable changement est nécessaire pour rendre les soins bucco-dentaires abordables. Jusqu’à présent, j’ai entendu dire qu’il voulait résoudre le problème en introduisant la règle du tiers payant et en remboursant des soins plus coûteux. Maintenant, rembourser les implants et les couronnes, c’est un “bon d’avoir“, mais cela n’améliore pas la qualité de nos soins bucco-dentaires.

Ce seuil du dentiste, il devrait en effet être beaucoup plus bas. Mais ce dont nous avons vraiment besoin, c’est d’un choix clair pour une prévention plus importante et meilleure, afin que le nombre de soins dentaires plus coûteux puisse être considérablement réduit. L’objectif devrait être de garder autant de dents aussi saines que possible, au lieu de rembourser les couronnes et les implants.

Et c’est pourquoi il est grand temps, après 5 ans de concertation, d’un encadrement financier pour les hygiénistes dentaires. C’est pourquoi les traitements des gencives doivent être correctement remboursés, quel que soit l’âge de la personne. C’est pourquoi nous devons garantir une facture dentaire transparente et compréhensible, afin que le risque de fraude soit réduit. C’est pourquoi un calcul des coûts des différents soins dentaires est également nécessaire et des tarifs raisonnables doivent être fixés, auxquels les dentistes peuvent adhérer. C’est pourquoi nous devons veiller à ce que les dentistes qui viennent travailler ici de l’étranger soient soumis à un test de langue. Et c’est pourquoi nous devons également fournir un cadre clair pour les pratiques dites « en chaîne ».

Nous avons déjà regroupé nos propositions dans une proposition de résolution. Espérons que le gouvernement le reniflera au moins.

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke annonce qu’il veut faire quelque chose pour rendre les soins dentaires abordables. Il évoque l’introduction de la règle du tiers payant (c’est-à-dire qu’en tant que patient vous ne payez que la contribution patient) et le remboursement des couronnes et des implants. Mais je ne pense pas que ce soit la bonne voie à suivre. Les soins dentaires doivent être réformés en profondeur.Le seuil du dentiste est élevé dans ce pays. Et cela a souvent à voir avec les coûts que les soins dentaires entraînent. Les soins dentaires (je préfère appeler cela des soins bucco-dentaires, car les dentistes ne s’occupent pas que des dents dans la bouche) sont en effet chers dans ce pays. En effet, en Belgique, nous devons payer environ 57 % des frais de soins dentaires de notre poche. C’est beaucoup plus qu’aux Pays-Bas et en Allemagne, disons. Et c’est parce que le tarif que le gouvernement met sur les différents traitements ne correspond plus au coût des techniques de soins dentaires modernes. De nombreux dentistes n’adhèrent donc pas au tarif officiel, car ce n’est tout simplement pas faisable. Certains soins dentaires ne sont pas remboursés du tout. Et puis il ne s’agit pas que de soins de luxe, comme le blanchiment des dents (qui n’est pas toujours un traitement de luxe, il suffit de penser aux dents qui se décolorent après avoir été dénervées). Mais cela concerne également le traitement, par exemple, de la gingivite. Ce n’est pas remboursé si vous avez 55 ans ou plus. Alors qu’une telle infection est associée à des maladies cardiovasculaires et à la démence. Les soins dentaires spécifiques deviennent de plus en plus chers, car les techniques évoluent et parce que de plus en plus sont possibles. Et parce qu’un groupe croissant de dentistes n’adhère plus aux tarifs “officiels”, une règle du tiers payant (dans laquelle le patient ne paie que la contribution du patient) sera donc très peu utile si les traitements ne sont pas remboursés ou sont remboursés loin trop petit. Mais cela ne signifie pas que cette évolution n’est pas durable et que les soins dentaires deviendront de toute façon inabordables à l’avenir. Parce qu’il y a aussi de bonnes nouvelles. Vous pouvez prévenir la plupart des problèmes dentaires. Parce que la cause des caries (cavités) et de la parodontite (inflammation des gencives et des os de la mâchoire) est simplement la « plaque dentaire ». Et il peut être parfaitement nettoyé. C’est une bonne idée de le faire tous les jours à la maison (oui, entre les dents aussi), et c’est une bonne idée de consulter régulièrement un professionnel pour enlever la plaque et le tartre qui ont échappé au brossage quotidien. Cela paraît simple, mais c’est le seul moyen à la fois d’améliorer la santé bucco-dentaire générale et de garder les soins bucco-dentaires abordables.Depuis trois ans, nous avons même des « hygiénistes dentaires » en Flandre, parfaitement formés pour perfectionner la technique du brossage et nettoyer les dents d’une manière professionnelle. Ils pourraient également faire un travail formidable dans les centres de soins résidentiels et les institutions pour personnes handicapées. Et la meilleure nouvelle : ils pourraient limiter le nombre de soucis plus gros et plus chers ! Et puis il pourrait aussi y avoir des tarifs corrects avec un remboursement correct. Seulement… ces hygiénistes dentaires sont là, mais leurs traitements ne sont pas remboursés. Malheureusement. Donc là non plus une règle du tiers payeur n’aidera pas… Ma question au gouvernement est donc de vraiment travailler sur des soins dentaires abordables. Un milliard coûte des soins dentaires au gouvernement, mais les dépenses réelles sont d’environ 1,8 milliard. Un coup de pouce supplémentaire de 45 millions d’euros, promis par le ministre Vandenbroucke, est certes le bienvenu, mais un réel changement est nécessaire pour rendre les soins bucco-dentaires abordables. Jusqu’à présent, j’ai entendu dire qu’il souhaitait résoudre le problème en introduisant la règle du tiers payant et en remboursant des soins plus coûteux. Désormais, le remboursement des implants et des couronnes est un “bien à avoir”, mais cela n’améliore pas la qualité de nos soins bucco-dentaires. Ce seuil du dentiste, il devrait en effet être beaucoup plus bas. Mais ce dont nous avons vraiment besoin, c’est d’un choix clair pour une prévention plus importante et meilleure, afin que le nombre de soins dentaires plus coûteux puisse être considérablement réduit. L’objectif devrait être de garder autant de dents aussi saines que possible, au lieu de rembourser les couronnes et les implants. Et c’est pourquoi il est grand temps, après 5 ans de concertation, d’un encadrement financier pour les hygiénistes dentaires. C’est pourquoi les traitements des gencives doivent être correctement remboursés, quel que soit l’âge de la personne. C’est pourquoi nous devons garantir une facture dentaire transparente et compréhensible, afin que le risque de fraude soit réduit. C’est pourquoi un calcul des coûts des différents soins dentaires est également nécessaire et des tarifs raisonnables doivent être fixés, auxquels les dentistes peuvent adhérer. C’est pourquoi nous devons nous assurer que les dentistes qui viennent travailler ici de l’étranger soient soumis à un test de langue. Et c’est pourquoi nous devons également fournir un cadre clair pour les pratiques dites « en chaîne ». Nous avons déjà regroupé nos propositions dans une proposition de résolution. Espérons que le gouvernement y jette au moins un coup d’œil.

.

Previous

F1: La nouvelle astuce Mercedes est incroyablement ingénieuse

Erick Thohir exprime sa déception envers la Thaïlande et le Japon

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.