Le cancer va tuer 10 millions de personnes en 2018 malgré une meilleure prévention

CANCER va tuer près de 10 millions de personnes cette année, selon les experts, avertissant que le fardeau mondial de la maladie continue d’augmenter malgré une meilleure prévention et un diagnostic plus précoce.

Selon un rapport du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), environ 18,1 millions de nouveaux cas de cancer auraient été recensés dans le monde en 2018, soit 9,6 millions de décès.

Il s’agit d’une augmentation par rapport au nombre estimé de 14,1 millions de nouveaux cas de cancer et de 8,2 millions de décès signalés lors de la dernière évaluation de l’agence il ya seulement six ans.

Le coût augmente à mesure que les populations grandissent et vieillissent et que les habitants des pays en développement adoptent des modes de vie malsains et à haut risque, traditionnellement associés aux économies les plus riches.

L'accent mis sur la prévention – encourager les gens à faire de l'exercice, cesser de fumer et manger sainement – a entraîné une baisse de certains types de cancer dans certains groupes de population, selon le CIRC.

Pourtant, le nombre total de nouveaux cas est en avance sur les efforts visant à contenir la maladie.

«Ces nouveaux chiffres montrent qu’il reste beaucoup à faire pour faire face à l’augmentation alarmante du fardeau mondial du cancer et que la prévention a un rôle essentiel à jouer», a déclaré le directeur du CIRC, Christopher Wild.

Un homme sur cinq et une femme sur six développeront un cancer au cours de leur vie, selon l'étude, et l'Organisation mondiale de la santé s'attend à ce que la maladie soit la principale cause de décès au 21ème siècle.

Il existe des dizaines de types de cancer et l’agence a constaté d’importantes différences entre les pays en raison d’une multitude de facteurs socioéconomiques.

Sans surprise, l'Asie, compte tenu de son énorme population, représentait près de la moitié des nouveaux cas et plus de la moitié des décès par cancer dans le monde en 2018.

Le cancer du poumon reste la principale cause de décès, responsable de quelque 1,8 million de décès, soit près du quart des coûts mondiaux.

Pour les femmes, le cancer du sein était à l'origine de 15% des décès par cancer, suivi du cancer du poumon (13,8%) et du cancer colorectal (9,5%).

Les chiffres mettent en évidence une augmentation inquiétante des taux de cancer du poumon chez les femmes – il est désormais la principale cause de décès par cancer chez les femmes dans 28 pays, dont le Danemark, les Pays-Bas, la Chine et la Nouvelle-Zélande.

Les données ont montré que les types de cancer traditionnellement associés aux modes de vie des pays riches – plus de personnes en surpoids moins portées à exercer – étaient de plus en plus répandus dans les pays en développement.

«L’environnement est l’une des choses qui se produit lors des transitions vers des niveaux de développement socioéconomique élevés», a déclaré à l’AFP Freddie Bray, responsable de la surveillance du cancer au CIRC.

"Il y a plus d'inactivité physique et cela se révèle être un facteur de risque particulièrement élevé pour le cancer du côlon, par exemple."

Bray a déclaré que les modèles utilisant les statistiques actuelles sur le cancer et les tendances prévisibles prévoient pas moins de 29 millions de nouveaux cas par an d'ici 2040.

"La mesure dans laquelle cela devient un problème majeur de santé publique et la diversité des cancers que nous observons dans différentes régions est également un point frappant", a déclaré Bray.

Les mesures anticancéreuses pourraient prendre la forme de contrôles antitabac plus stricts visant à limiter le cancer du poumon ou d'initiatives visant à encourager l'activité physique afin de réduire le risque de cancer du côlon. Mais l’étude met en garde contre le fait que les efforts mondiaux visant à maîtriser l’une des plus grandes causes de mortalité de l’humanité soient toujours «sans élan».

«Du point de vue social ou économique, les chiffres augmentent», a déclaré Bray.

Cela signifie qu’il faut investir dans des programmes de prévention et de santé publique et développer les capacités des services de santé, en particulier dans les pays à faible revenu. »- AFP Relaxnews

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.