nouvelles (1)

Newsletter

L’Alabama termine 2021 avec un taux de positivité COVID record : plus d’hospitalisations, des décès redoutés

L’Alabama a clôturé 2021 avec une vague de cas de COVID-19 alors que la variante omicron extrêmement contagieuse du coronavirus continue de balayer le pays.

L’Alabama a atteint jeudi un nouveau sommet pour le taux de positivité moyen sur sept jours – le pourcentage de tests COVID revenant positifs – à 31,4%. C’est la première fois que la moyenne sur sept jours dépasse les 30 %.

Les 67 comtés de l’État sont désormais considérés comme ayant des niveaux élevés de transmission communautaire. La moyenne mobile sur sept jours des nouveaux cas quotidiens en Alabama est passée au cours des deux dernières semaines de 682 nouveaux cas par jour le 14 décembre à 2 742 nouveaux cas par jour le 28 décembre, selon des chercheurs de l’Université Johns Hopkins.

Le Dr Bert Eichold, responsable de la santé du comté de Mobile, a déclaré jeudi que la variante hautement contagieuse de l’omicron entraînait une augmentation du nombre de cas et d’hospitalisations. Il a déclaré que plus de 50% des échantillons récemment séquencés de patients COVID-19 sont revenus en tant que variante de l’omicron.

«Ce que nous essayons vraiment de faire, c’est d’éviter que les gens ne tombent malades, le masque est donc extrêmement important. Vous devez vous faire vacciner. Vous devez recevoir votre injection de rappel », a déclaré Eichold lors d’un briefing.

Alors que les premières indications montrent que la variante omicron ne provoque pas une maladie aussi grave que les variantes précédentes, les responsables ont averti que la variante hautement contagieuse signifierait que plus de personnes tomberaient malades et que certaines d’entre elles tomberaient gravement malades.

“Même si c’est moins grave, nous verrons probablement de nombreuses hospitalisations et décès”, a déclaré jeudi le Dr Rendi Murphree, épidémiologiste au département de santé publique du comté de Mobile.

Le nombre de personnes atteintes de COVID-19 dans les hôpitaux publics a doublé au cours des deux dernières semaines, passant à 791 jeudi. Alors que le nombre d’hospitalisations est encore bien inférieur à ce qu’il était lors des deux poussées précédentes – lorsque plus de 3 000 patients COVID-19 étaient dans les hôpitaux publics – les responsables de la santé ont exprimé leur inquiétude face à l’augmentation rapide.

Des responsables de l’Université de l’Alabama à l’hôpital de Birmingham ont déclaré que les salles d’urgence connaissaient une augmentation du nombre de patients COVID-19, bien que certaines personnes ne présentent que des symptômes légers.

“Tous ces services d’urgence – pas seulement le nôtre mais tout le monde dans la ville – connaissent un nombre record de patients présentant COVID et toutes les autres plaintes que nous voyons au quotidien”, Dr Bobby Lewis, vice-président pour les opérations cliniques au département de médecine d’urgence de l’UAB, a déclaré lors d’un briefing cette semaine.

Lewis a exhorté les patients présentant des symptômes légers, ainsi que les personnes ayant simplement besoin d’un test COVID, à se rendre chez leur médecin ou clinique local au lieu de la salle d’urgence.

L’Université d’Auburn a annoncé cette semaine que les masques seront obligatoires sur le campus à partir du 3 janvier, quel que soit le statut vaccinal.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT