Home » L’acide perfluorobutanoïque chimique industriel est moins susceptible de s’accumuler dans les poumons et les reins humains

L’acide perfluorobutanoïque chimique industriel est moins susceptible de s’accumuler dans les poumons et les reins humains

by Nouvelles

Une étude de 2013 de Pérez et al. ont signalé une très forte accumulation de l’acide perfluorobutanoïque industriel (PFBA) dans les poumons et les reins humains. L’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR) a vérifié ces résultats en utilisant une méthode de quantification plus précise. Le résultat : un seul échantillon contenait une valeur quantifiable de PFBA de 0,17 nanogramme (ng) par gramme (g) de tissu pulmonaire. Le BfR arrive à la conclusion qu’il est très peu probable que le PFBA s’accumule fortement dans les tissus pulmonaires et rénaux humains. Ceci est soutenu par la courte demi-vie du PFBA dans le sang, qui a été déterminée dans une autre étude.

L’étude BfR a été publiée dans l’International Journal of Hygiene and Environmental Health : https://doi.org/10.1016/j.ijheh.2021.113830

L’acide perfluorobutanoïque – PFBA en abrégé – appartient au groupe complexe des substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS). Les PFAS sont des produits chimiques industriels largement utilisés dans les processus industriels et présents dans de nombreux produits de consommation tels que le papier, les textiles, les casseroles et les cosmétiques. Alors que certains PFAS à longue chaîne s’accumulent dans le corps humain en raison de leur longue demi-vie, les composés de PFAS à chaîne courte tels que le PFBA ont une demi-vie relativement courte dans le sang. En conséquence, des concentrations sanguines inférieures à 0,1 nanogramme (ng) par millilitre (ml) ont été trouvées dans plusieurs études.

Étonnamment, cependant, une étude de 2013 de Pérez et al. ont rapporté des concentrations médianes très élevées de PFBA de 807 ng/g et 263 ng/g (≈ng/ml) dans les tissus pulmonaires et rénaux humains (https://doi.org/10.1016/j.envint.2013.06.004).

Pour vérifier ces résultats, le BfR a examiné la teneur en PFBA de sept échantillons de poumons et de neuf échantillons de rein provenant d’opérations tumorales entre 2011 et 2014. Les concentrations étaient majoritairement inférieures à la limite de quantification ; il n’a été possible de quantifier un niveau de PFBA de 0,17 ng/g de tissu pulmonaire que dans un seul échantillon. Le grand défi dans l’analyse par spectrométrie de masse du PFBA est la présence d’une seule fragmentation qui peut conduire à des mesures incorrectes.

Par conséquent, l’étude actuelle du BfR (https://doi.org/10.1016/j.ijheh.2021.113830) a utilisé un spectromètre de masse à haute résolution qui permet une quantification plus précise en utilisant la masse exacte. Sur la base des résultats des mesures, le BfR a conclu qu’il est peu probable que le PFBA s’accumule de manière excessive dans les tissus pulmonaires et rénaux humains. Le BfR recommande d’autres études pour confirmer ces résultats.

Une étude de 2020 de Grandjean et al. ont signalé un lien entre des concentrations plasmatiques de PFBA plus élevées et des cas plus graves de COVID-19 (https://doi.org/10.1371/jour-nal.pone.0244815). Cependant, les concentrations de PFBA mesurées étaient très faibles. L’hypothèse selon laquelle des concentrations élevées de PFBA dans les poumons pourraient être la cause de la gravité élevée des cas de COVID-19 a été avancée sur la base des résultats de Pérez et al.

Au vu des résultats de l’étude BfR actuellement disponible, un tel lien est considéré comme moins plausible. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a réévalué les risques pour la santé posés par les PFAS dans les aliments en septembre 2020. apport (TWI) de 4,4 nanogrammes (ng) par kilogramme (kg) de poids corporel par semaine (https://www.efsa.europa.eu/de/ef-sajournal/pub/6223).

Ce TWI s’applique pour la première fois à la somme de quatre PFAS : l’acide perfluorooctanesulfonique (PFOS), l’acide perfluorooctanoïque (PFOA), l’acide perfluorononanoïque (PFNA) et l’acide perfluorohexanesulfonique (PFHxS). Il est basé sur une étude épidémiologique dans laquelle les enfants qui avaient des concentrations sériques plus élevées de certains PFAS présentaient un niveau inférieur de formation d’anticorps après les vaccinations habituelles.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.