La NASA a lancé une mission spatiale pour défendre la Terre des astéroïdes

| |

Mercredi, l’agence spatiale américaine NASA a lancé une mission DART visant à protéger la Terre d’un éventuel danger de collision avec un corps spatial.

La fusée SpaceX a lancé un module depuis la base des forces spatiales américaines de Vandenberg en Californie qui se dirigeait vers la planète Didymos pour impacter la trajectoire de ce système binaire en heurtant son plus petit compagnon.

Le lancement a été diffusé en direct sur le site Web de la NASA. La fusée Falcon 9 a été lancée mardi à 22h21 heure locale (mercredi à 7h21 CET) dans l’espace, qui atteindra le système binaire de l’astéroïde Didymos à l’automne prochain. La cible directe est la petite lune Dimorphos, qui orbite autour de Didymos, longue de 780 mètres. Selon les experts, l’impact de 6,6 kilomètres par seconde devrait modifier les orbites de ce corps plus petit d’un diamètre d’environ 160 mètres, et ainsi affecter la trajectoire du biplan.

Le système binaire Didymos n’est pas un danger pour la Terre maintenant. Il n’a été sélectionné que pour tester la possibilité d’influencer la trajectoire de corps potentiellement dangereux en utilisant l’énergie cinétique.

L’issue de la mission sera examinée par des experts utilisant des télescopes sur Terre, mais aussi grâce à un petit satellite LICIA, qui se séparera dans le temps et documentera l’ensemble de la manœuvre. Les effets de la mission DART (également traduit par flèche) seront également la mission Hera, que l’Agence spatiale européenne (ESA) devrait lancer en 2023 ou 2024. Elle comprendra le déploiement de deux petits satellites qui étudieront de manière approfondie les astéroïdes. En plus des partenaires suédois, finlandais et allemands, des experts tchèques sont également impliqués dans la préparation de l’un d’entre eux, appelé APEX.

Selon la NASA, les scientifiques ont jusqu’à présent identifié plus de 27 000 astéroïdes à proximité relative de la Terre, dont près de 10 000 mesurent plus de 140 mètres. C’est à cette taille que les experts craignent que de tels organismes puissent causer de grands dommages régionaux. Pour l’instant, cependant, ils ne connaissent aucun objet plus gros qui pourrait frapper la planète bleue dans un avenir prévisible.

.

Previous

Cotations euro, dollar, franc, livre – zloty le 24 novembre 2021. Adam Glapiński, le président du NBP, commente

Critique : La série Marvel “Hawkeye” n’est pas un jour férié

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.