La FDA met en garde contre les complications de la grossesse liées à l’utilisation d’un type de médicament contre la douleur et la fièvre

| |

La Food and Drug Administration américaine a annoncé dans un Communication sur la sécurité des médicaments qu’il nécessite des changements d’étiquetage pour les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ces changements comprennent un nouvel étiquetage expliquant que si les femmes prennent les médicaments environ 20 semaines ou plus tard dans leur grossesse, les médicaments peuvent causer des problèmes rénaux rares mais graves chez le bébé à naître, ce qui peut entraîner de faibles niveaux de liquide amniotique (le coussin bébé à naître) et le potentiel de complications liées à la grossesse.

Les AINS comprennent des médicaments tels que l’ibuprofène, le naproxène, le diclofénac et le célécoxib. Les gens ont pris ces médicaments pendant des décennies pour traiter la douleur et la fièvre causées par de nombreuses conditions médicales. Il existe des AINS sur ordonnance et en vente libre (OTC). Les médicaments agissent en bloquant la production de certains produits chimiques dans le corps qui provoquent une inflammation. L’aspirine est également un AINS; cependant, ces recommandations ne s’appliquent pas à l’utilisation d’aspirine à faible dose (81 mg). L’aspirine à faible dose peut être un traitement important pour certaines femmes pendant la grossesse et doit être prise sous la direction d’un professionnel de la santé.

«Il est important que les femmes comprennent les avantages et les risques des médicaments qu’elles peuvent prendre au cours de leur grossesse», a déclaré Patrizia Cavazzoni, MD, directrice par intérim du Center for Drug Evaluation and Research de la FDA. «À cette fin, l’agence utilise son autorité de régulation pour informer les femmes et leurs prestataires de soins de santé sur les risques si les AINS sont utilisés après environ 20 semaines de grossesse et au-delà.»

Comme indiqué dans la Drug Safety Communication, l’avertissement fait suite à l’examen par la FDA de la littérature médicale et des cas signalés à l’agence concernant de faibles niveaux de liquide amniotique ou des problèmes rénaux chez les bébés à naître associés à l’utilisation d’AINS pendant la grossesse.

Après environ 20 semaines de grossesse, les reins du bébé à naître commencent à produire la majeure partie du liquide amniotique, de sorte que les problèmes rénaux fœtaux peuvent entraîner de faibles niveaux de ce liquide. De faibles niveaux de liquide amniotique, une condition connue sous le nom d’oligohydramnios, peuvent être détectés après avoir pris le médicament pendant des jours ou des semaines, mais ils peuvent être détectés dès deux jours après le début de l’utilisation régulière d’AINS. Cette condition disparaît généralement si la femme enceinte arrête de prendre les AINS.

Pour les AINS sur ordonnance, la FDA exige des modifications des informations de prescription pour décrire le risque de problèmes rénaux chez les bébés à naître qui entraînent une faible quantité de liquide amniotique et pour recommander que l’utilisation des AINS soit limitée entre environ 20 semaines et 30 semaines de grossesse en raison de ce risque. . Des avertissements pour éviter de prendre des AINS après environ 30 semaines de grossesse sont déjà inclus dans les informations de prescription car la prise de ces médicaments pendant cette période peut entraîner des problèmes cardiaques chez le bébé à naître. Si un fournisseur de soins de santé estime que l’utilisation d’AINS est nécessaire entre environ 20 et 30 semaines de grossesse, l’utilisation doit être limitée à la dose efficace la plus faible et à la durée la plus courte possible. Les fabricants d’AINS en vente libre destinés à un usage adulte apporteront également des mises à jour similaires aux Étiquettes d’information sur les médicaments.

Bien que certains prestataires de soins de santé traitant des femmes enceintes connaissent généralement le risque de faibles niveaux de liquide amniotique, la FDA communique ces informations plus largement pour éduquer les autres professionnels de la santé et les femmes enceintes.

Les professionnels de la santé et les patients doivent signaler les effets secondaires des AINS au Programme MedWatch de la FDA.

Merci de votre visite! MyChesCo apporte des informations et des ressources fiables au comté de Chester, en Pennsylvanie. Veuillez envisager de nous soutenir dans nos efforts. Votre généreux don nous aidera à poursuivre ce travail et à le garder gratuit. Montrez votre soutien aujourd’hui en cliquer ici et devenir mécène.

Previous

Bio Farma s’associe au CEPI pour produire en masse le vaccin COVID-19 – lun, 19 octobre 2020

L’acteur Danny Ramirez rejoint le casting de The Falcon & the Winter Soldier

Next

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.