«Enough is Enough»: des Jamaïcains protestent en faveur de George Floyd

0
31

KINGSTON (Reuters) – Vêtus de noir et bravant un soleil brûlant, les Jamaïcains se sont réunis samedi pour soutenir les manifestations mondiales contre les abus de la police provoqués par la mort de George Floyd à Minneapolis le mois dernier.

Des gens tiennent des affiches alors qu’ils participent à une manifestation contre la mort en garde à vue de George Floyd à Minneapolis, devant l’ambassade des États-Unis à Kingston, en Jamaïque, le 6 juin 2020. REUTERS / Gilbert Bellamy

Plusieurs centaines de personnes se tenaient devant l’ambassade des États-Unis à Kingston avec des pancartes et des t-shirts portant la mention «Black Lives Matter» et «Enough is Enough», demandant justice pour Floyd ainsi que pour les Jamaïcains décédés aux mains des forces de sécurité.

Floyd, un Américain noir, est décédé à Minneapolis après qu’un policier blanc se soit agenouillé au cou lors d’une arrestation.

Les manifestations à Kingston se sont déroulées dans le calme et la police a surtout observé les manifestants exprimer leurs préoccupations.

«Je suis ici pour protester contre l’injustice et le racisme systématique», a déclaré Michael Pottinger, 58 ans.

Selon une étude soutenue par le gouvernement, plus de 3 000 Jamaïcains ont été tués par des responsables de l’application des lois depuis 2000.

Dans un pays où la grande majorité de la population est d’origine africaine, les Jamaïcains disent que le racisme peut prendre des formes plus subtiles.

Jemila Henry, 23 ans, a exprimé sa solidarité avec les manifestants américains et a voulu sensibiliser aux problèmes locaux.

“Vous avez des personnes en Jamaïque qui ne croient pas que nous vivions quelque chose de raciste à distance, mais techniquement, cela peut être décrit comme du colorisme”, a-t-elle déclaré, notant que les Jamaïcains à la peau plus claire sont perçus comme supérieurs à ceux à la peau plus foncée.

Alice Hogarth, 70 ans, qui a organisé une manifestation distincte à Emancipation Park, dans le centre de Kingston, a déclaré que le racisme dû à la couleur de la peau pourrait être moins flagrant, “mais nous avons du classisme ici.”

Le militant des droits de l’homme Lloyd D’Aguilar, qui a assisté à la manifestation à l’ambassade des États-Unis, était préoccupé par l’absence de mesures contre les meurtres perpétrés par les forces de sécurité en Jamaïque.

“Il n’y a jamais de manifestations de suivi”, a-t-il dit. «Le positif est que les gens prêtent attention aux manifestations massives aux États-Unis – c’est là que nous devons aller.»

Reportage de Kate Chappell; Montage par Dave Graham et Dan Grebler

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.