En Afghanistan, cessez-le-feu de trois jours pour la fin du Ramadan

0
33
À Kaboul, le 19 mai. STR / AFP

L’Afghanistan se dirige vers trois jours de cessation des combats à l’occasion de l’Aïd al-Fitr, la célébration marquant la fin du Ramadan qui doit commencer dimanche 24 mai, après que les talibans ont annoncé samedi un cessez-le-feu, l’incendie immédiatement accepté par le président Ashraf Ghani.

Les talibans, qui mènent des attaques meurtrières contre les forces afghanes depuis des semaines, ont d’abord été surpris en décrétant unilatéralement l’arrêt des combats afin que leurs concitoyens “Peut célébrer dans la paix et le confort” Fêtes de l’Aïd, selon un communiqué envoyé par l’un de leurs porte-parole.

Article réservé à nos abonnés Lisez aussi A Kaboul, la maternité attaquée a vécu “un enfer pur”

La direction insurgée ordonne à ses combattants de “Prenez des mesures spéciales pour la sécurité de leurs compatriotes et ne lancez pas d’opérations offensives contre l’ennemi”. Mais ceux-ci pourront se défendre s’ils sont attaqués, poursuit ce texte. C’est la première fois que les Taliban s’invitent à prendre les armes depuis qu’une coalition internationale dirigée par les États-Unis les a évincés du pouvoir fin 2001.

“Respectez cette trêve de trois jours”

Le président Ashraf Ghani s’est empressé d’accepter leur offre. “En tant que commandant en chef, j’ai dit à l’ANDSF [les forces nationales de défense et de sécurité] de respecter cette trêve de trois jours et de ne se défendre qu’en cas d’attaque “, a-t-il rapidement répondu sur Twitter.

Article réservé à nos abonnés Lisez aussi Le coronavirus frappe au pouvoir en Afghanistan

Ashraf Ghani avait proposé un cessez-le-feu à l’occasion du ramadan fin avril, proposition rejetée par les talibans, qui l’avaient qualifié de “Pas rationnel ou convaincant”. Le chef de l’État afghan, qui réclame de telles demandes depuis des années, a mis fin aux combats pendant trois jours en juin 2018 à l’occasion de l’Aïd al-Fitr. Des scènes surprenantes de fraternisation entre combattants talibans et membres des forces de sécurité afghanes s’étaient alors produites, les deux camps s’étreignant et prenant des photos.

Plus de 3 800 attaques depuis mars

Les talibans ont également respecté une trêve partielle de neuf jours du 22 février au 2 mars sur la signature de l’accord de Doha avec les Américains, qui vise à retirer les troupes étrangères d’Afghanistan d’ici l’été 2021 en échange de considérations de sécurité.

Mais ils ont ensuite intensifié leurs attaques contre les forces de sécurité afghanes, effectuant plus de 3 800 attaques depuis mars, qui ont tué 420 civils et blessé 906 autres, selon les autorités afghanes.

La mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (Manua), dans un rapport rendu public mardi, a identifié 208 civils tués en avril par les rebelles, un chiffre en hausse de 25% par rapport à avril 2019. Les pertes civiles infligées par les forces de sécurité à la population, pour leur part, a augmenté de 38% sur un an, avec 172 décès en avril, selon Manua.

Article réservé à nos abonnés Lisez aussi En Afghanistan, les Américains veulent sauver leur accord avec les talibans

Malgré la forte augmentation de la violence, le dirigeant taliban Haibatullah Akhundzada a déclaré mercredi dans un rare message écrit que son mouvement “Est attaché à l’accord signé avec l’Amérique”.

L’envoyé américain Zalmay Khalilzad était à Doha, au Qatar, pour rencontrer les talibans. Le négociateur américain, tout en saluant une série de trois pourparlers “constructifs” avec son homologue des Taliban, le mollah Abdul Ghani Baradar, avait lancé un appel à l’ordre. “J’ai dit aux Taliban que la violence de tous les acteurs devrait diminuer”, a-t-il tweeté.

Le monde avec l’AFP

https://platform.twitter.com/widgets.js

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.