Dernières nouvelles: les dirigeants français et allemands manifestent des liens lors du voyage de la Première Guerre mondiale

Mis à jour


PARIS (AP) – Nouvelles de la commémoration de l'armistice (toutes les heures sont locales):

15h15


Les dirigeants français et allemands ont tenu une commémoration intime sur le site au nord de Paris où les Allemands vaincus et les Alliés victorieux mais épuisés ont mis fin à la Première Guerre mondiale.

Le président Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont saisi l'occasion samedi pour louer la paix européenne et démontrer, en personne, que des pays qui étaient autrefois des ennemis acharnés ne doivent pas en rester ainsi.

Merkel s'est même blottie la tête contre celle de Macron alors qu'ils se tenaient devant un mémorial sombre. Les deux dirigeants sont également montés à bord d'une réplique du wagon de train où l'armistice a été signé dimanche dernier. Macron prit affectueusement la main de Merkel après avoir signé un livre d'or.


Après avoir parlé aux jeunes dans la foule, Macron a déclaré que le chancelier allemand et lui-même souhaitaient marquer le centenaire, car "nous le devons à nos soldats qui sont tombés au combat, à ces jeunes hommes de votre âge ou juste un peu plus âgés".

___

11h55

Le président français, Emmanuel Macron, milite pour la création d'une armée européenne commune forte alors qu'il anime des manifestations internationales marquant le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Macron lance dimanche un forum sur la paix pour souligner l'importance de la coopération multilatérale pour prévenir de nouvelles guerres mondiales, mais il a également souligné l'importance d'investir dans les forces militaires de l'Europe.

Lors d'une réunion avec le président américain Donald Trump, M. Macron a déclaré qu '"il est injuste que la sécurité européenne soit aujourd'hui assurée par les États-Unis". "C'est pourquoi je pense que nous avons besoin de davantage de capacités européennes et de plus de défense", a-t-il ajouté.

Macron a réclamé une force d'intervention européenne, mais l'idée rencontre des résistances dans certaines capitales, qui souhaitent maintenir les capacités militaires sous souveraineté nationale.

Il a salué une "superbe opération" contre la Syrie au début de l’année – lorsque les forces américaines, françaises et britanniques ont bombardé des cibles soupçonnées de faire partie du programme d’armes chimiques du président Bashar Assad.

___

11h35

Avec les mots "Fake Peacemakers" écrits sur leur poitrine, trois sympathisants du mouvement de protestation Femen ont manifesté sur le site parisien où les dirigeants du monde commémoreront le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Les photos montraient les trois femmes tenant des pancartes maculées de faux sang et de slogans, y compris «Bienvenue aux criminels de guerre», lors de la manifestation qui a eu lieu tôt samedi à l'Arc de Triomphe.


Selon des reportages français, la police a rapidement emmené les manifestants.

___

11h05

Le bureau du président français Emmanuel Macron s'oppose au tweet du président américain Donald Trump selon lequel il est "insultant" que l'Europe veuille construire sa propre armée.

Un responsable du bureau de Macron a déclaré que Trump avait regroupé deux commentaires différents du président français. Les deux hommes se rencontrent samedi à Paris et le bureau de Macron a annoncé que cette question serait à l'ordre du jour.

Trump a tweeté vendredi soir que Macron "vient de suggérer à l'Europe de se doter de sa propre armée afin de se protéger des Etats-Unis, de la Chine et de la Russie. Très insultant, mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa juste part de l'OTAN, que les Etats-Unis subventionnent énormément! "

Le responsable français, qui n’a pas été autorisé à porter un nom public, a déclaré que Macron "n’a pas dit cela".

Macron a déclaré lors d'une interview en début de semaine que l'Europe devait se protéger contre "la Chine, la Russie et même les Etats-Unis" en termes de cyberespace. Plus tard, Macron a répété que l’Europe avait besoin de constituer sa propre armée, car elle ne pouvait plus compter sur la défense des États-Unis.

–Par Angela Charlton

___

10h50

La Serbie organise d'importants exercices militaires pour marquer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale et montrer une force apparente face à la montée des tensions avec le Kosovo.

Les manœuvres à balles réelles de samedi, baptisées "Le siècle des gagnants", incluent 8 000 soldats, 100 chars de combat et des avions de combat MiG-29 fournis par la Russie.

Les tensions se sont récemment intensifiées dans la région. La Serbie et le Kosovo se sont mutuellement accusés de saper les efforts de réconciliation menés après la guerre de 1998-99, qui a pris fin après l'intervention de l'OTAN. L'ancienne province serbe a déclaré son indépendance en 2008, ce que Belgrade ne reconnaît pas.

La Serbie est souvent accusée à tort d'avoir déclenché la Première Guerre mondiale après l'assassinat de l'archiduc autrichien à Sarajevo, en Bosnie, par un nationaliste serbe, en 1914. La Serbie subit les pires pertes proportionnelles à la taille de son armée pendant la guerre.

___

10h15

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a rendu hommage aux anciens combattants lors d’une commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale dans un cimetière du nord de la France, remerciant les soldats pour leur service alors qu’il se tenait au milieu des tombes silencieuses.

Samedi matin, en présence d'anciens combattants médaillés, Trudeau a parlé de "l'histoire pour laquelle vous avez saigné et combattu, une histoire bâtie sur votre sacrifice."

Il a déclaré que le Canada devait à ses anciens combattants "une immense dette de gratitude" et a ajouté: "Du fond du cœur, merci."

Tenant un chrysanthème rouge, Trudeau a également marché parmi les pierres tombales blanches du cimetière canadien n ° 2, à Neuville-Saint-Victor, dans le nord de la France. Il contient les restes de 820 victimes de la guerre de 1914-1918.

___

9h50

Un week-end de commémorations impliquant des dizaines de dirigeants mondiaux pour marquer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale est en cours, le Premier ministre canadien Justin Trudeau donnant le coup d'envoi des événements en France et ailleurs par une visite dans un cimetière.

Trudeau a rencontré des anciens combattants et a déposé une gerbe samedi dans un cimetière canadien du nord de la France contenant les restes de 820 victimes du conflit de 1914-1918. Plusieurs non identifiés et allongés sous des pierres tombales blanches portent simplement la mention: Un soldat de la Grande Guerre.

Plus de 60 chefs d'Etat et de gouvernement convergent vers la France pour les commémorations qui se dérouleront dimanche avec les cérémonies sur la tombe du soldat inconnu à Paris à la onzième heure du onzième jour du onzième mois, exactement un siècle après l'armistice.

Leave a comment

Send a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.